novembre 30, 2020

The Worthy

De : Ali F. Mostafa

Avec Maisa Abd Elhadi, Rakeen Saad, Samer Al Masri, Ali Suliman

Année : 2017

Pays : Emirats Arabes Unis

Genre : Post-Apocalyptique

Résumé :

Dans un monde post-apocalyptique, un groupe de survivants se lance sur les traces d’une source d’eau potable.

Avis :

Le post-apocalyptique n’est pas un genre très facile à appréhender et surtout à mettre en scène. Si des endroits désertiques sont facilement trouvables sur notre planète, mettre en place des ruines et un décor adéquat est plus compliqué. Sauf si l’on a du budget. Néanmoins, certains artisans ont prouvé qu’avec un petit budget, on pouvait faire du post-apo de qualité, en témoigne le tout premier Mad Max de George Miller. C’est peut-être ce que s’est dit Ali F. Mostafa, réalisateur arabe, quand il s’est lancé dans le projet de The Worthy. Production maous des émirats arabes unis, le film (disponible sur Netflix) propose de suivre un groupuscule de survivants qui doit faire face à un taré qui souhaite tous les dézinguer. Petite histoire dans la grande, The Worthy à beau avoir de belles images et une réalisation proprette, il n’arrive jamais à nous conquérir vraiment. Pourquoi ?

Le film débute de suite avec deux jeunes qui font une partie d’échecs sur le toit d’un grand immeuble délabré. Très vite, une jeune femme en détresse se présente au portail de la communauté et il s’avère que c’est un piège. Le chef de la bourgade est sauvé par un inconnu qui va trouver les faveurs de la communauté. Sauf qu’il est aussi un bon gros taré et il ne souhaite qu’une chose, déglinguer tout le monde, sans aucune raison. Dès lors, le film se transforme en une sorte de survival post-apo qui ne raconte pas grand-chose de son monde et se concentre uniquement sur une chasse à l’homme qui se passe mal. D’un point de vue scénaristique, ça ne vole pas bien haut. On retrouve des redondances dans le récit, comme le passage obligé des morts les uns après les autres, ou encore les quelques pièges posés çà et là par le grand méchant. Rien de bien neuf dans ce film qui déroule les situations sans vraiment se poser de questions, ou en poser aux spectateurs.

La survie se joue avec l’eau, qui va venir à manquer et on va se retrouver avec des protagonistes qui vont vouloir se venger. L’un pour la mort de son père, l’autre pour la mort de son amant, ou encore pour faire sa charge de travail au sein de la communauté. Les enjeux sont vraiment minimes et le film n’arrive jamais à vraiment les relever, même si sur la fin, on tombe sur un cliffhanger qui pourrait donner une suite avec un univers étendu. Mais avons-nous vraiment envie de voir cela ? Le problème vient du fait que les personnages ne sont pas forcément intéressants.

Leur caractérisation est très sommaire. On aura tous les clichés du genre, avec le couple de vieux qui sert à rien, le poète qui refuse la violence, la femme forte, la petite sœur qu’il faut protéger mais qui veut faire ses preuves, ou encore le héros nerveux qui s’en sort à chaque mais en perdant un être cher. De ce fait, il va être compliqué de ressentir de l’empathie et de craindre dans les situations délicates. Des situations qui, parfois, peuvent s’apparenter à du Saw, avec quelques pièges démoniaques totalement improbables, mais qui en imposent visuellement. Cependant, émotionnellement, on n’arrivera à sentir de l’empathie pour ces pauvres hères qui vont en prendre plein la tronche par un psychopathe.

Les acteurs ne sont pas mauvais. Le héros, très calibré, avec ses muscles saillants et sa fougueuse jeunesse, joue plutôt bien, même s’il force grandement sur les émotions, notamment la tristesse et la colère. Le moment où il crie quand son père se fait tuer est ridicule. Le problème vient aussi de l’antagoniste. Si ses motivations ne seront connues que sur la fin du métrage, l’acteur est en perpétuel surjeu. Il fait les gros yeux pour symboliser la folie, il cabotine comme si cela était un passage obligatoire, et de ce fait, il en devient ridicule. Il en va de même pour certains personnages vraiment ridicules, comme le chauve de la bande, une sorte de paranoïaque qui sème le doute dès le début du film et qui, au final, ne sert strictement à rien. L’acteur est insupportable. Bref, outre des personnages sans intérêt, les acteurs, sans être nuls, n’arrivent pas à se dépatouiller avec ce qu’ils ont entre les mains.

Mais il faut bien donner une force au film, il est beau. Les décors sont sympathiques, malgré des fonds verts dès qu’il faut faire un plan large avec du ciel derrière, et certaines séquences veulent nous faire claquer la rétine. Alors oui, c’est souvent putassier, avec les ralentis quand les héros évitent de justesse des éléments du décor, mais pour une production de ce calibre, c’est assez étonnant de voir cela et on sent que le réalisateur souhaite faire un beau film. Pas forcément un bon, mais un film qui a de la gueule et pour lequel on se souviendra de certaines scènes, comme lorsque le château d’eau s’écroule, bien loin de tout effet numérique. Malheureusement, ces effets sont aussi un peu un cache-misère face à un film bavard pour rien et qui en oublie ses enjeux principaux. La fin est aussi terriblement longue et sans grand intérêt, si ce n’est offrir une boucle avec le tout début, mais c’est une peau de chagrin.

Au final, The Worthy est un film qui avait beaucoup d’ambition, peut-être trop. Plaçant son récit dans un monde dystopique, le réalisateur ne parvient jamais à nous faire ressentir l’urgence de la situation et préfère poser un survival proche du slasher autour d’un vieux bâtiment en ruines. Il aurait été plus judicieux de se concentrer sur la survie et l’exploration, plutôt que de faire un film bis où les personnages n’ont aucune épaisseur. Dommage, certaines séquences sont belles, mais elles ne sauvent pas le film d’un ennui poli…

Note : 07/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.