décembre 2, 2020

Les 2 Alfred

De : Bruno Podalydès

Avec Bruno Podalydès, Denis Podalydès, Sandrine Kiberlain, Yann Frisch

Année : 2020

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Alexandre, chômeur déclassé, a deux mois pour prouver à sa femme qu’il peut s’occuper de ses deux jeunes enfants et être autonome financièrement. Problème: The Box, la start-up très friendly qui veut l’embaucher à l’essai a pour dogme : « Pas d’enfant! », et Séverine, sa future supérieure, est une « tueuse » au caractère éruptif. Pour obtenir ce poste, Alexandre doit donc mentir… La rencontre avec Arcimboldo, « entrepreneur de lui-même » et roi des petits boulots sur applis, aidera-t-elle cet homme vaillant et déboussolé à surmonter tous ces défis?

Avis :

Bruno Podalydès est un réalisateur français assez discret, mais qui fait son petit bonhomme de chemin. Réalisant depuis la fin des années 90, Bruno Podalydès s’assure quelques succès comme « Le mystère de la chambre jaune » ou encore « Adieu Berthe, l’enterrement de Méme« . On n’avait plus vraiment de nouvelles du metteur en scène depuis son injustement boudé « Bécassine » (oui, le film n’est pas incroyable, mais dans les adaptations de BD qu’on fait en France, il se trouve qu’il se pose comme l’un de ses plus réussis).

Donc après presque trois ans de silence, Bruno Podalydès est de retour sur nos écrans et il nous revient là où on ne l’attendait absolument pas, puisqu’il se lance dans un film d’anticipation qui en plus de ça, va être une satire hilarante de notre société ultra-connectée. Intelligent, profond, réfléchi, génialement absurde, et vraiment très drôle, Bruno Podalydès étonne de bout en bout, et il fait de ces « … 2 Alfred » l’un de ses meilleurs films et ça, on ne l’avait vraiment pas vu venir.

L’avenir dans trois ans et demi. Alexandre, jeune père de famille qui a la cinquantaine, est chômeur et il est en froid avec sa femme qui est sous-marinière. Se rendant à un entretien pour « The Box », une start-up, Alexandre arrive à se faire embaucher alors même qu’il n’a pas le profil. Alexandre va alors essayer de s’adapter aux exigences de la boite, ce qui va être très compliqué, car cette dernière demande d’être disponible 24h sur 24h. Autre complication, Alexandre a dû mentir pour avoir ce poste, car le dogme de « The Box » et son dirigeant, c’est « No Child », et en plus d’avoir des enfants, il se trouve que ses enfants sont petits, ce qui demande qu’on s’en occupe…

Génial, tout simplement génial, et je pèse mes mots. « Les 2 Alfred » est la très bonne surprise qui fait du bien au cinéma français. « Les 2 Alfred« , c’est le genre de film qui démontre bien qu’on peut faire énormément avec pas beaucoup. C’est le genre de film qui réussit tout ce qu’il entreprend, aussi bien dans sa satire que dans sa comédie ou encore dans son idée du futur et le visuel de ce dernier.

Il est difficile de parler des « … 2 Alfred« , car on ne sait pas par où commencer, car tout ou presque est très bon. Sur un scénario écrit par Bruno Podalydès, « Les 2 Alfred » est un film qui ne s’arrête jamais. C’est un film qui offre sans cesse quelque chose pour nous amuser, pour tourner en dérision cette société qui ne cesse d’être de plus en plus connectée au point d’en être ridicule. Partant sur une idée assez géniale, un homme d’une cinquantaine d’années intègre une start-up écolo-bobo-prônant la déconnection, car c’est tendance, alors même que tous doivent être plus connectés que connecté. Bruno Podalydès va jusqu’au bout de son idée et nous entraîne dans une satire qui va relever toutes les absurdités de ce monde. Ainsi, « Les 2 Alfred« , çà et là, est un film qui parlera du monde du travail, de ces gens qui enchaînent les petits boulots à droite et à gauche pour arriver à boucler les fins de mois (le personnage incarné par Bruno Podalydès est génial et il faut noter une excellente scène avec Philippe Uchan, chauffeur VTC qui est son propre patron).

Le film abordera évidemment l’hyper-connexion, avec des notes partout, avec des livraisons par drone, avec des voitures autonomes qui dysfonctionnent et avec lesquelles on finit par s’engueuler, avec des réunions tout le temps, n’importe quand, pour ne rien dire, avec des concepts novateurs qui ne vendent rien au final ou qui sont simplement de la démonstration. Bruno Podalydès, de manière géniale, tourne en ridicule tout l’apparat des start-up, le coté bobo-écolo improbable, les anglicismes en veux-tu en voilà, des acronymes employés à tort et à travers au point qu’on ne comprend plus rien à ce que l’on raconte, ce qui peut provoquer des crises de fou-rires, surtout quand Sandrine Kiberlain finit par ne plus en pouvoir. Bref, c’est intelligent, c’est mordant, c’est bien vu, ça pousse à la réflexion et une fois lancé, ça ne s’arrête pas pour notre plus grand bonheur.

« Les 2 Alfred« , en plus d’avoir un scénario aux petits oignons, est un film qui prouve qu’on peut faire quelque chose de bien sans avoir un budget mirobolant. « Les 2 Alfred« , c’est un film qui est bourré d’idées et de trouvailles. Bruno Podalydès a imaginé un futur assez crédible, et ça peut être terrifiant. Puis derrière le bon film d’anticipation, « Les 2 Alfred » est une très bonne comédie qui là aussi est pleine de trouvailles. Bruno Podalydès livre là son film le plus mordant, son film le plus inspiré. Le film dégage une bonne énergie, il est subtil dans son humour, et même si parfois, il peut en faire un chouia trop, sur l’ensemble, ça reste juste, et surtout, c’est marquant. C’est bien simple, on ressort avec des scènes, des moments et des répliques plein la tête. On notera aussi l’excellence de la BO que tient le film. Une BO aux sonorités électroniques qui donne une énergie folle au film.

Enfin, que dire ce casting hilarant, qui s’en donne à cœur. Que ce soit les principaux, Denis et Bruno Podalydès, Sandrine Kiberlain, ou les secondaires, Luàna Bajrami, Yann Frisch, Phillipe Uchan, tous sont géniaux, et tous servent au mieux cette intrigue.

« Les 2 Alfred » de Bruno Podalydès est donc la très belle surprise qu’on n’attendait pas. Mordant et intelligent, subtil et absurde, franchement, on n’a trop rien à lui reprocher, tant on s’est amusé de cette société qui part dans tous les sens. Avec ce film, Bruno Podalydès fait du bien à la comédie française et des films comme celui-là, on en redemande !

Note : 16/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.