décembre 4, 2020

Le Président

De : Henri Verneuil

Avec Jean Gabin, Bernard Blier, Renée Faure, Alfred Adam

Année : 1961

Pays : France, Italie

Genre : Thriller

Résumé :

Agé de 73 ans, l’ex président français Emile Beaufort joue toujours un rôle central dans la vie politique du pays. La rédaction de ses mémoires lui permet de revenir sur son parcours et d’évoquer ses relations avec Philippe Chamalont, sur le point de devenir président du conseil.

Avis :

Immense réalisateur, Henri Verneuil est un homme qu’on ne présente plus tant il fait partie intégrante du patrimoine français. Commençant sa carrière dans les années 50, Henri Verneuil s’est très vite fait remarquer avec des collaborations avec Fernandel, puis arrive un premier film avec Jean Gabin, « Des gens sans importance« . Dès lors, c’est la consécration. Verneuil/Gabin étant une collaboration qui paye, ou du moins qui a l’air d’être payante, La MGM va commander alors trois films avec le duo. Duo qui verra se greffer Michel Audiard au scénario et de cette collaboration va alors naître « Le Président« , « Un singe en hiver » et « Mélodie en sous-sol » (on ajoutera plus tard « Le clan des Siciliens« ).

Premier film de cette collaboration, « Le Président » est un drame politique qui est sûrement l’un des oubliés du trio Verneuil/Gabin/Audiard et c’est bien dommage, car on se trouve en face d’un film qui vaut son petit pesant d’or. Peut-être moins beau et bouleversant que « Un singe en hiver » (qui reste à jamais mon préféré du trio), « Le Président« , c’est deux heures de punchlines, de coups bas, de politique, d’ambition, d’intérêt et surtout de Jean Gabin, qui est absolument parfait dans la peau et le costume de cet homme politique aussi droit que « fourbe ». « Le Président« , c’est un film devant lequel on ne boude pas notre plaisir, tant c’est bien écrit, bien incarné et surtout tant c’est intelligent.

À soixante-treize ans, l’ancien Président du conseil Emile Beaufort n’a pas dit son dernier mot et il pèse toujours dans le paysage de la politique française. Alors qu’il écrit ses mémoires et ses dernières intrigues, il revient sur le devant de la scène, avec des questions européennes et il a face à lui son meilleur ennemi, Philippe Chamalont.

Une envie de politique, de s’engouffrer au cœur des discussions au plus près de ceux qui participent à l’évolution d’un pays ? Alors il faut absolument se laisser tenter par ce « … Président » de Henri Verneuil, tant ce film a une tendance à sonner comme juste et passionnant.

Adapté de Gorge Simenon, dialogué par l’immense Michel Audiard, et bien entendu tenu par le Patron des patrons, Jean Gabin, « Le Président » est un film qui réunit bien des arguments pour nous séduire et nous passionner.

Ce qu’il y a d’excellent avec ce film, c’est la plongée radicale qu’offrent Henri Verneuil et Michel Audiard dans le monde de la politique. Les deux hommes ont réussi le pari de livrer un film qui s’approchera du documentaire, tout en restant un divertissement qui a de quoi aussi bien nous captiver que nous amuser (oui, il faut entendre certaines répliques qui valent vraiment leur pesant d’or).

« Le président« , c’est donc un scénario précis, argumenté, riche et réaliste. C’est un scénario qui nous entraîne au cœur des débats. D’ailleurs, plus d’une conversation, plus d’un débat sur l’Europe résonnent comme d’actualité alors que le film vogue tranquillement vers ses soixante ans l’année prochaine. Entre manipulation, crise ministérielle, discussions houleuses, petits coups bas et autres confrontations, Verneuil et Gabin tissent des débats passionnants, et évitent avec brio le politiquement correct ou la démagogie. Ici, c’est minutieux, et rien n’est laissé au hasard, même les punchlines qui sont amusantes, surtout quand c’est Jean Gabin qui les balance, ont toujours un fond et servent l’intrigue ou les personnages.

Si le scénario flirte avec l’excellence, du côté de la mise en scène de Verneuil, c’est assez mitigé. Si l’ensemble est bon, je dois bien avouer que le film manque quelque peu de rythme, il a des longueurs et parfois, malgré des idées, il apparaît quelque peu académique. Mais ce n’est pas bien grave tant le film reste bon et au-delà de ça, il est tenu par un Jean Gabin démentiel. Un Jean Gabin passionné et passionnant, absolument parfait dans la peau et le costume de ce personnage. Si l’on pourrait déplorer de ne pas avoir plus de seconds rôles que cela, on se réjouira de trouver l’immense Bernard Blier face à Gabin.

« Le Président » est un bon film qui vaut son coup d’œil pour son acteur principal qui donne tout ce qu’il a, et pour ses dialogues signés Michel Audiard, qui comme à son habitude, en envoie. Henri Verneuil se frotte à la politique et on doit bien avouer que cette plongée demeure encore aujourd’hui moderne et d’actualité dans certains de ses débats. Bref, à voir, et même revoir, histoire de savourer pleinement toutes les subtilités des dialogues d’Audiard.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.