I Am Legion – I Am Legion

CS2264295-02A-BIG

Avis :

Quand on parle de super-groupe, on a souvent tendance à évoquer le rock.  Il faut dire que deux super-groupes se sont démarqués ces dernières années avec Chickenfoot, regroupant de membres de Van Halen, des Red Hot Chili Peppers et le guitariste Joe Satriani, et Them Crooked Vultures, composé de Dave Grohl, Josh Homme et John Paul Jones. Mais s’il y a bien deux genres auxquels on ne s’attend pas trop à voir des super-groupes, c’est le rap, plutôt sujet à des featuring ou des querelles à deux balles, et l’électro, car les djs ont plutôt tendance à faire des tubes avec des chanteurs et rares sont les différents musiciens électro à faire un album ensemble ou avec le même chanteur. I Am Legion est un cas à part car il est composé de deux groupes. Le premier est Noisia, un groupe de musique électro virant vers le dubstep industriel d’origine néerlandaise. Le second est Foreign Beggars, un groupe de rap anglais qui tourne depuis 2006. Le mélange de tout cela donne quelque chose d’assez rafraichissant, mêlant habilement du rap nerveux et rapide à de l’électro innovante et du dubstep plus classique. Mais allons voir d’un peu plus près le résultat de cette fusion.

Le skeud commence par Intro qui met en avant le côté électro sombre de l’album et de Noisia. C’est relativement court mais très pesant et assez innovant. Farrda attaque vraiment l’album et il le fait de manière frontale. Le débit des rappeurs est vraiment très impressionnant, ne laissant aucun répit à celui qui écoute le titre. La musique électro derrière est assez fine mais très rapide, à base de percussions classiques et de lignes de basses bien lourdes. Le titre est assez court mais il envoie du pâté. Make Those Move suit la même logique avec un rap hyper énergique et une musique électro qui suit relativement bien. On aura tout de même droit à quelque chose qui donne plus dans le dubstep, surtout dans les refrains ou dans l’intro, avec de belles distorsions et de belles ruptures. Le titre fonctionne à merveille. Upper Ratio n’apporte pas grand-chose et demeure juste une petite transition de dubstep sans grand intérêt. Jelly Fish est beaucoup plus lente que les autres morceaux et s’ancre plus dans un rap classique avec un refrain scandé qui rentre bien en tête. La musique électro derrière est plus légère avec un rythme plus scandé. Le morceau demeure sympathique mais plus classique que les autres. Ice est un morceau qui mêle habilement ce que sait faire les deux groupes entre un rap rapide et une musique électro en fond assez rapide et intéressante. Blue Shift est un autre entracte dans le skeud, avec un fond sonore presque liquide, comme une balle de ping-pong qui rebondirait dans une petite flaque d’eau. C’est anodin mais reste presque hypnotique comme son. Loose on the Leaves est un morceau assez sombre, plutôt calme, assez poétique et qui repose essentiellement sur une ambiance presque lugubre, mélancolique et électro. Il s’agit d’un titre intéressant et différent de ce qui se fait dans l’album.

I+Am+Legion+Noisia++Foreign+Beggars

Au milieu de l’album, on trouve le hit du skeud. Choosing For You est le morceau qui montre le mieux la symbiose entre les deux groupes. Mêlant un rap à la vitesse ahurissante à un dubstep industriel dans la plus pure tradition, on est face au meilleur titre du skeud, celui qui envoie du lourd dans chaque domaine et qui montre que la formation en a sous le pied. Warp Speed Thuggin est le morceau le plus difficilement appréciable de l’album. Sans réel rythme, il s’agit d’un morceau qui reste en tête comme une intro alors qu’il dépasse les trois minutes. Un morceau très spécial et qui ne marque pas spécialement. Ensuite, on obtient deux titres qui se suivent, Stresses Part I et Stresses Part II qui forment quelque chose de suffisamment banal pour que l’on oublie la présence de ces deux titres dans l’album. Le premier se concentre essentiellement sur de l’électro d’ambiance alors que le second se concentre sur un rap classique. Sunken Submarine est encore un morceau très court, moins de deux minutes, mais il possède une véritable ambiance, presque sous-marine et donnant un sentiment d’oppression auprès de l’auditeur. Dust Descends est un morceau qui mêle encore une fois habilement le rap avec une musique électro assez pesante où l’on sent bien l’influence industrielle avec des bruits de tuyaux et autres machineries. Powerplay s’inscrit comme étant le deuxième morceau le plus sympathique du skeud. Rapide, nerveux, hargneux, il assimile parfaitement le dub avec le rap et c’est vraiment très plaisant à entendre. Enfin Foil est un morceau très mélancolique, relativement sombre, avec un rap classique, une musique électro simple, mais un refrain chanté avec une voix cassée et le tout fonctionne très bien malgré une rythmique très lente. La fin du morceau fait penser à du Kavinsky et le tout est très homogène, clôturant parfaitement cet album.

Au final, I Am Legion, le premier album du groupe éponyme est un bon album qui mélange intelligemment le dubstep avec le rap. Energique, varié, l’album n’est pas exempt de défauts, notamment à cause de la trop forte présence de morceaux trop courts, mais certains trop titres sont vraiment addictifs et valent leur coup. Un super-groupe à surveiller de près.

  1. Intro
  2. Farrda
  3. Make Those Move
  4. Upper Ratio
  5. Jelly Fish
  6. Ice
  7. Blue Shift
  8. Loose on the Leaves
  9. Choosing For You
  10. Warp Speed Thuggin’
  11. Stresses Part I
  12. Stresses Part II
  13. Sunken Submarine
  14. Dust Descends feat Strange U
  15. Powerplay
  16. Foil feat D.Ablo

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net