octobre 24, 2020

Swimming Pool

De : François Ozon

Avec Keith Yates, Ludivine Sagnier, Charlotte Rampling, Charles Dance

Année : 2003

Pays : France, Angleterre

Genre : Thriller

Résumé :

Sarah Morton, auteur anglais de polars à succès, se rend en France dans le Luberon, dans la maison de son éditeur, pour se reposer et travailler. Mais une nuit, Julie, la fille française de ce dernier, débarque dans la demeure et vient perturber la quiétude de la romancière…

Avis :

Au début des années 2000, François Ozon est un jeune réalisateur français qui sort de plus en plus de l’ombre. Après avoir passé des années 90 extrêmement riches en courts-métrages, il avait sorti en 1998 son premier long-métrage. Depuis, avec toujours la même voracité de travail, il a enchaîné les longs-métrages et ces derniers ont commencé à se faire remarquer. « Les amants criminels« , « Sous le sable« , « Gouttes d’eaux sur pierre brûlantes« , puis est arrivé 2002 et « 8 femmes » qui est le premier gros succès du réalisateur, le faisant dépasser pour la première fois le million de spectateurs.

Fort de ce succès, François Ozon aurait pu se laisser aller dans une comédie du même type, voyant que la gloire est au rendez-vous, mais c’est très mal connaître ce bourreau de travail, qui avait déjà en tête un tout autre film et un tout autre style. Après la comédie musicale colorée, Ozon a décidé de revenir à quelque chose de plus sombre et de plus alambiqué. Ce film, ce sera « Swimming Pool« , un film intriguant à l’ambiance quasi-hypnotique. Pour son sixième film, le metteur en scène s’aventure encore sur d’autres sentiers et à l’heure de la redécouverte, je dois dire que François Ozon ne cesse de m’étonner, livrant ici un film bien moins simple qu’il n’en avait l’air.

Sarah Morton est une écrivaine anglaise qui est en panne d’inspiration. Son éditeur, pour lui changer les idées, lui propose alors de passer quelques jours de vacances dans sa maison qui se trouve dans le sud de la France. Ainsi, seule, elle pourra prendre du temps pour elle et se retrouver et peut-être même commencer l’écriture d’un nouveau livre. Sur place, Sarah découvre un petit paradis, mais ce dernier va vite être assombri par l’arrivée de Julie, la fille illégitime de son éditeur.

Le Luberon, le soleil, les cigales, les petits villages, un écrivain qui vient se ressourcer, deux femmes qui s’observent, Charlotte Rampling, Ludivine Sagnier, la participation de Charles Dance, une ambition qui ne fait que s’assombrir au fur et à mesure que l’intrigue prend forme, des névroses, un soupçon de fantasme, un poil d’érotisme, et puis les idées de François Ozon… Franchement, ce « Swimming Pool » a tout de l’excellent cru. D’ailleurs, si François Ozon avait un joli parcours jusque-là, si « 8 Femmes » fut un carton, je pense que c’est avec « Swimming Pool » que le réalisateur s’installe définitivement dans le paysage du cinéma français. Le film fut un échec quand il est sorti, que ce soit du point de vue de la presse ou des spectateurs, et c’est bien dommage, car à l’heure de la redécouverte, « Swimming Pool » se révèle être un film plus fascinant et moins évident qu’il ne le laisse paraître.

Ce qui est terrible avec ce film, c’est justement son intrigue qui laisse libre cours à l’interprétation. François Ozon nous entraîne dans un film qui a tout du film noir et il laisse planer pendant tout son film une issue sombre, comme s’il pouvait se passer tout et n’importe quoi, n’importe quand. Ainsi, Ozon tient notre intérêt et plus son intrigue se construit, plus ses personnages deviennent troubles et troublants. Ozon crée un mystère, il y a quelque chose qui ne va pas, on le sent, on le sait, mais on reste dans l’incapacité de mettre le doigt dessus. Le réalisateur tient donc sa ligne, et au moment où l’on aurait pu se résoudre, il clôture son spectacle en changeant son fusil d’épaule, en laissant planer un doute génial qui va remettre beaucoup d’éléments en question et finalement, il nous laissera juge de ce que l’on vient de voir, et au-delà ça, il nous laisse juge d’en conclure ce que l’on veut, entre réel et imaginaire, vérité ou mensonge. Bref, c’est surprenant, et surtout ce final, aussi étrange que grisant, ne va alors cesser de nous revenir en tête, avec cette idée géniale.

Pour pousser et tenir cette intrigue plus complexe qu’elle n’en a l’air, François Ozon a choisi de faire un film d’ambiance. Un film qui va prendre le temps d’installer son ambiance, devenant de plus en plus pesante. Un film qui va énormément jouer sur les regards que peuvent avoir ses deux femmes et plus particulièrement cet écrivain qui regarde et s’inspire de cette jeune femme.

Ozon, que ce soit dans son imagerie, ses idées ou encore l’emploi terrible des notes du fidèle Philippe Rombi, réussit son film noir, naviguant en eaux troubles avec beaucoup d’assurance et une envie de cinéma assez folle.

« Swimming Pool« , c’est aussi une tension latente qui tient aussi beaucoup de sa justesse grâce à ses deux interprètes. S’il y a bien quelques petits rôles qui existent ici et là, comme un génial Michel Fau, Marc Foyelle ou encore Mireille Mossé et Jean-Marie Lamour, il est vrai que « Swimming Pool« , c’est avant tout Charlotte Rampling et Ludivine Sagnier, toutes deux habituées du cinéma de François Ozon. La première en écrivaine névrosée crève l’écran (mais ça, à la rigueur, on le savait déjà), et la seconde en jeune femme pleine de vie, fascine, car on sent clairement qu’il y a un mal-être derrière.

« Swimming Pool » est un très bon cru Ozon et c’est à mon sens le film qui installe définitivement le réalisateur dans le décor du cinéma français. Échec au moment de sa sortie, « Swimming Pool » est une œuvre pourtant fascinante. Une œuvre bien plus complexe qu’elle ne le laisse penser. Une œuvre qui a plusieurs niveaux de lecture, qui remet en cause ce qu’elle raconte. Bref, « Swimming Pool« , c’est une œuvre et un film devant lequel j’ai pris beaucoup de plaisir à redécouvrir et mieux encore, j’aurais presque envie de m’y replonger de suite, afin de m’assurer d’avoir bien compris ce que j’en ai compris.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.