septembre 28, 2020

Marilyn Manson – We are Chaos

Avis :

Il y a des artistes qui sont difficilement classable. Que ce soit par les choix de carrière, par des changements de style ou encore par une image qui n’a eu de cesse d’évoluer. Et bingo, Marilyn Manson rentre pile dans ces trois cases. Showman, performeur, artiste complet, il revient cette année dans son domaine de prédilection, la chanson. We are Chaos est son douzième album studio et on l’attendait de pied ferme. Malgré une comm’ presque mutique, cela faisait plus d’un an que Marilyn Manson teasait son nouvel effort musical. Porté par un artwork très artistique, l’album s’inscrit dans une démarche complètement différente du précédent album, qui fut une déception pour de nombreuses personnes. Qu’en est-il de ce nouvel opus, relativement court et pour lequel peu d’informations ont circulé ?

Le skeud débute avec Red, Black and Blue. Démarrant avec une sorte d’introduction avec une voix robotique qui pourrait être celle d’une entité cosmique, le révérend pose rapidement une ambiance morbide, malsaine. Mais très vite, le morceau démarre et on renoue avec les premiers amours du chanteur, un rythme nerveux, des riffs percutants et une atmosphère qui lui est propre. On se dit alors que l’on va retrouver un Manson des belles années. Mais au bout de la deuxième piste, on va trouver autre chose. Quelque chose de plus sensible, de plus doux, de plus vénéneux. Si l’on veut retrouver un titre nerveux et percutant dans l’album, il faut alors se référer à Infinite Darkness, un titre décousu, étrange, mais où ça beugle un peu plus que d’habitude. Et on va vite se rendre compte que la violence n’est plus l’adage du bonhomme.

Jouant moins sur son image sulfureuse et macabre, le révérend va surprendre tout le monde en piochant dans des références rock plus classiques, comme David Bowie ou encore Depeche Mode. We are Chaos ouvre le bal des titres plus acoustiques, plus aérés et cela sied parfaitement au chanteur. Néanmoins, ce titre en question semble plus faiblard que le reste. Moins envoutant, moins entêtant dans ses paroles, le morceau est joli, comporte des paroles bien cinglantes sur notre société, mais ça reste, musicalement, en deçà du reste de l’album. Don’t Chase the Dead est un titre plutôt mélodique et détient une ambiance assez mélancolique. Le résultat est surprenant, très pop-rock, mais fonctionne sur la durée, grâce à un refrain qui rentre immédiatement en tête.

C’est à ce moment-là que l’artiste dégaine la ballade de l’album, très référence 80’s. Paint you With my Love est un petit bonbon sucré étonnant, surprenant, mais parfaitement maîtrisé su début à la fin. On se surprendre à reprendre en chœur le refrain d’une simplicité effarante, mais qui marche du feu de Dieu. Puis on enchaine avec Half-Way & One Step Forward et c’est le bonheur auditif. Morceau très calme, d’une beauté précieuse, le titre nous transporte loin pour ne jamais nous ramener. C’est non seulement parfaitement orchestré, mais c’est aussi très beau, ce que l’on n’attend pas forcément de la part de Marilyn Manson, qui semble s’être bien assagi. Et même si Perfume peut sembler un peu plus nerveux, le titre reste tout de même plus rock qu’autre chose et même s’il est efficace, il manque de peps.

Sur la fin, le chanteur propose trois morceaux assez intéressants et bien différents. Keep my Head Together est un titre sympathique, mais qui ne marque pas assez. Il lui manque une identité propre et surtout des couplets plus marqués. Si on ressent des influences presque Desert Rock dans les riffs saturés, c’est tout de même très léger. Solve Coagula sera bien plus intéressant, aussi bien dans sa structure à la fois violente et touchante, que dans les paroles, Manson répétant inlassablement qu’il n’est pas spécial, mais tout simplement cassé et qu’il ne veut pas être réparé. Une façon de faire taire ses détracteurs et les gens qui ne pensent qu’à une uniformisation de la société. Enfin, Broken Needle est une belle façon de clôturer cet album, avec une jolie guitare sèche et un rythme lancinant, qui correspond au crédo de cet album, une certaine sérénité retrouvée.

Au final, We are Chaos, le dernier album de Marilyn Manson, n’est pas vraiment une terre de désordre. Bien au contraire, le chanteur a bien compris qu’il ne pouvait plus jouer sur son image ou sur l’ultra-violence (vocale ou visuelle) et pour le coup, il essaye de faire quelque chose de plus calme, de plus posé, de plus construit. Il en résulte un album varié, inventif, mais auquel il manque une pointe d’énergie pour pleinement nous convaincre. Le genre d’album auquel il faut plusieurs écoutes pour en saisir toutes les subtilités et rien que pour ça, il mérite le coup d’oreille.

  • Red, Black and Blue
  • We are Chaos
  • Don’t Chase the Dead
  • Paint You With my Love
  • Half-Way & One Step Forward
  • Infinite Darkness
  • Perfume
  • Keep my Head Together
  • Solve Coagula
  • Broken Needle

Note : 15/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.