décembre 2, 2020

L’Auberge Espagnole

affiche

De : Cédric Klapisch

Avec Romain Duris, Audrey Tautou, Cécile de France, Kelly Reilly, Judth Godrèche

Année : 2001

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Xavier, un jeune homme de vingt-cinq ans, part à Barcelone pour terminer ses études en économie et apprendre l’espagnol. Cette langue est nécessaire pour occuper un poste, que lui promet un ami de son père, au ministère des finances. Mais pour ce faire, il doit quitter sa petite amie Martine, avec qui il vit depuis quatre ans.
En Espagne, Xavier cherche un logement et trouve finalement un appartement dans le centre de Barcelone qu’il compte partager avec sept autres personnes. Chacun de ses co-locataires est originaire d’un pays différent.

Avis :

Ah « L’auberge espagnole« . Ah Barcelone. Ce film, c’est un peu une partie de mon adolescence. C’est un film que j’adore regarder, qui me fait beaucoup rire à chaque fois. C’est un film dont je suis amoureux de l’ambiance et qui me donne envie de faire moi aussi une grosse coloc bordélique avec Xavier, Wendy, Isabelle, Soledad, Alessandro et Lars et tous les autres.

article_auberge

Xavier a vingt-cinq ans, pour terminer ses études en économie et apprendre l’espagnol, une langue nécessaire pour le poste qu’un ami de son père lui a promis au ministère de l’économie, il va partir en Espagne. C’est comme ça que Xavier fait ses bagages et après avoir rempli maintes demandes part via un cursus Erasmus un an à Barcelone.

Cette année d’étude va alors tout changer pour lui et il est très loin d’imaginer la vie qu’il va avoir et les surprises que lui réservent ces rues encore inconnues.

Une fois sur place, il trouve vite un appartement dans une coloc pour le moins bordélique, car ils sont sept à vivre dans cet appartement et chacun vient d’autres horizons.

Il y a la belle Wendy, une anglaise, Soledad la seule espagnole du groupe, Alessandro, qui vient d’Italie, Lars de Hollande et Helmut d’Allemagne et tout ce petit monde est bientôt rejoint par Isabelle qui vient de Belgique.

Cette année-là, Xavier n’est pas prêt de l’oublier.

« L’auberge espagnole » c’est une belle bouffée d’air frais, un film qui, au fil des années, est devenu culte.

C’est un film que j’adore, devant lequel je m’amuse beaucoup (Surtout avec l’arrivée d’Alistair, à chaque fois ça fait mouche), même si je le connais par cœur. Je souris toujours autant devant, je suis toujours aussi ému ou émerveillé à certains passages. Je trouve qu’il y a une ambiance de folie dans ce film. Klapisch nous raconte son film à la première personne et c’est comme ça qu’on découvre Xavier, un brin névrosé qui ne sait pas trop où il en est et tout de suite on se sent proche de lui.

C’est un film qu’on comprend bien, assez proche des gens, même si l’on n’a pas fait Erasmus. Je trouve que le film dégage quelque chose de simple et sincère. Ce que j’adore dans « L’auberge Espagnole », c’est qu’au fur et à mesure de l’histoire, un peu comme Xavier, on découvre la ville, l’Espagne, l’ambiance, le mode de vie et on finit par s’approprier la ville et les décors.

Le scénario est assez simple quand on le regarde bien, on va suivre un mec, qui part pour ses études. De là s’en suit évidemment tout ce que l’on est en droit d’attendre. Aventure, sexe, découverte de soi, soirées, petites engueulades sur la vie en communauté, des chamailleries, un peu de drogue, tout ceci est cliché, mais la manière dont le fait Klapisch sonne juste. C’est tout bête, mais Klapisch arrive à filmer une tranche de vie et ces personnages, chacun dans leur façon d’être, nous ressemblent et en fin de compte le réalisateur dresse là un beau portrait de la génération du début des années 2000.

De plus le film est très original dans la façon dont il est mis en scène, dans la façon que Klapisch a de monter son film, qui est un peu comme peut l’être l’appartement de ces étudiants Erasmus, un gros bordel organisé. Cela renforce le côté cool et fun de « L’auberge espagnole« .

J’adore le casting de ce film. A l’image du film c’est un casting européen qu’a choisi Klapisch. En tête d’affiche, le réalisateur retrouve Romain Duris pour la quatrième fois et l’acteur est excellent dans la peau de Xavier. J’aime beaucoup son amourette avec Audrey Tautou (Sympa, mais pas exceptionnelle). Cécile De France est géniale dans la peau d’une lesbienne au franc parlé. Il y a aussi la belle Kelly Reilly (C’est dans ce film, que je l’ai découverte) que je trouve magnifiquement filmée et son personnage est vraiment très sympa. Son frère est joué par Kevin Bishop qui est presque insupportable, mais drôle. Les autres colocs sont joués par Federico D’Anna, l’italien, Cristina Brondo l’espagnole, Barnaby Metschurat l’allemand qui m’a bien fait rire dans une scène face à Kevin Bishop et Christian Pagh le hollandais. Tous s’accordent très bien et nous offrent une joyeuse bande de potes. C’est dommage, car dans ce beau tableau, je trouve que Judith Godrèche fait un peu trop fade. C’est son rôle qui veut ça, mais l’actrice parait complètement éteinte.

auberge3

Je suis charmé par l’énergie de ce film, la bonne humeur, les délires, les cuites et toutes les discussions sur la vie et puis les conseils d’Isabelle aussi.

C’est un film que j’aime beaucoup. Quand je le regarde, j’ai vraiment envie de vivre dans ce boxon et de partir un an à l’étranger avec eux. Cette « Auberge espagnole » restera comme l’un des films cultes de mon adolescence.

Note : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.