septembre 28, 2020

The Professor and the Madman

De : Farhad Safinia

Avec Mel Gibson, Sean Penn, Eddie Marsan, Natalie Dormer

Année : 2020

Pays : Etats-Unis

Genre : Biopic

Résumé :

La collaboration entre un philologue écossais et un médecin militaire interné dans un hôpital psychiatrique, qui amena à la création de l’Oxford English Dictionary.

Avis :

Réalisateur iranien, Farhad Safinia quitte son pays à l’âge de quatre ans et s’envole pour Paris avec ses parents. Par la suite, il va pas mal vadrouiller, de Londres à Los Angeles. Il commence en tant que scénariste pour la télévision ou sur des documentaires. Puis au cours des années 2000, il fait la connaissance de Mel Gibson et il participe à l’écriture de son « Apocalypto« .

Ayant fait des études en Angleterre, Farhad Safinia va alors s’intéresser au célèbre English Dictonnary. Du coup, quoi de mieux alors que de lui consacrer un film, surtout si en plus de ça, on a Mel Gibson dans sa poche. « The Professor and the Madman » est un film qui, quand on le survole, a vraiment beaucoup d’arguments pour être très bon. Entre son sujet qui est pour le moins original et son casting de luxe, entre Mel Gibson et Sean Penn, franchement le premier film de Farhad Safinia réunissait énormément de bonnes choses, mais malheureusement, « The Professor and the Madman » est une belle déception. Une déception qui a un goût de frustration, car le film n’est pas inintéressant, bien au contraire.

Angleterre, 1878, James Murray est professeur d’université et il s’est lancé dans une sorte d’énorme livre qui regrouperait tous les mots de la langue anglaise pour donner leur définition. Cherchant des collaborateurs bénévoles, il va faire la rencontre du Docteur C.W Minor, un américain interné dans un hôpital psychiatrique pour meurtre. Ensemble, en plus d’une belle amitié qui va naître, de leur collaboration va naître le premier dictionnaire.

Pour son premier film en tant que réalisateur, on ne peut pas dire que Farhad Safinia ait fait dans la facilité. On peut même dire qu’en plus d’oser un sujet qu’on n’aurait pas forcément été chercher, le réalisateur fait dans l’originalité, puisqu’il a décidé de consacrer tout un film à la naissance du premier dictionnaire. En soit, l’idée est très intéressante et surtout quand on découvre tout le travail que ça a demandé, et au-delà de ça, quand on découvre les histoires qu’il y a derrière cette création, entre la relation entre ses personnages et surtout tout ce qui tourne autour du docteur C.W Minor, son incarcération, sa rédemption et sa folie.

« The Professor and the Madman » est un film qui tient un scénario très intéressant et ça, c’est ce qui est assez frustrant avec ce film. Farhad Safinia s’intéresse à trois ou quatre personnages, ce qui fait qu’il y a plusieurs intrigues dans son intrigue. « The Professor and the Madman » nous propose de suivre le travail du Professeur James Murray qui travaille sur son dictionnaire, qui bute sur des mots, qui essaie tant bien que mal de créer cette immense boutique. Puis en parallèle de ça, on suit le parcours de C.W Minor, qui vient de commettre un meurtre, qui est jugé fou et ainsi il tombe en service de psychiatrie. En assassinant un homme, et surtout un père de famille, le réalisateur nous propose de suivre la veuve de ce dernier et le pardon qu’elle finira par accorder à l’assassin de son mari. Tous ces personnages vont alors se croiser et surtout, ils vont être connectés les uns aux autres parfois même sans le savoir.

Si, cas par cas, c’est très intéressant, et même touchant, notamment tout ce qui est fait autour du pardon, celui de la veuve, mais aussi l’acceptation du pardon de cette dernière, sur l’ensemble, « The Professor and the Madman » est un film bien trop décousu. C’est un film qui peine à conjuguer ses intrigues et c’est vraiment dommage, car on comprend bien où le réalisateur veut en venir, on comprend ce qu’il essaie de faire, et au-delà de ça, c’est intéressant, reste simplement que ce n’est pas assez intéressant avec ce montage-là et le film finit dans son milieu par nous perdre. Il nous rattrapera certes sur la fin, où d’un coup, comme un puzzle, toutes les pièces réunies donneront quelque chose de beau, mais pour arriver à cela, il faudra passer par cette heure de maladresse et surtout de confusion et c’est vraiment dommage.

Puis c’est encore plus dommage car le film jouit d’un travail remarquable sur les décors, les costumes, l’époque, l’ambiance, la photo, on sent que Farhad Safinia s’est donné les moyens de ses ambitions.

Idem quand on passe du côté de son casting. Dire que Mel Gibson et Sean Penn sont excellents est une évidence, et c’est même ultra kiffant de les voir se donner la réplique. On notera un très joli rôle pour Natalie Dormer ou encore Eddie Marsan. Puis, Farhad Safinia conclut son casting avec la crème des comédiens britanniques, Jennifer Ehle, Steve Coogan, Stephen Dillane, Ioan Gruffudd ou encore Jeremy Irvine seront de la partie.

Sur le papier, et dans certains faits, « The Professor and the Madman » est intéressant, très intéressant, mais il est dommage que Farhad Safinia nous entraîne dans un film confus, qui veut parler de trop de choses et de trop de personnages à la fois. Confus, lourd, embrouillé, il aurait fallu faire un film entier sur la relation entre Gibson et Penn et un autre sur le pardon entre Penn et Dormer. Le tout ensemble, ça a bien du mal à marcher, et l’on finit par décrocher, ce qui est terriblement dommage.

Note : 9,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.