septembre 28, 2020

OSS 117 Le Caire Nid d’Espions

De : Michel Hazanavicius

Avec Jean Dujardin, Bérénice Bejo, Aure Atika, Philippe Lefebvre

Année : 2006

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Égypte, 1955, le Caire est un véritable nid d’espions.
Tout le monde se méfie de tout le monde, tout le monde complote contre tout le monde : Anglais, Français, Soviétiques, la famille du Roi déchu Farouk qui veut retrouver son trône, les Aigles de Kheops, secte religieuse qui veut prendre le pouvoir. Le Président de la République Française, Monsieur René Coty, envoie son arme maîtresse mettre de l’ordre dans cette pétaudière au bord du chaos : Hubert Bonisseur de la Bath, dit OSS 117.

Avis :

Immense réalisateur français, Michel Hazanavicius s’est principalement fait connaître en réalisant les deux volets des « OSS 117« . Mais avant d’arriver au succès qu’on connaît tous, Michel Hazanavicius était loin d’être un nouveau dans le paysage du cinéma français. Débarquant à la fin des années 80, il se fait un petit nom tout d’abord dans l’écriture. Il travaille notamment avec l’équipe des Nuls pour Canal +. Il commence à réaliser dans la publicité, puis réalise son premier long « Mes amis« , en 1999. Le film passera quelque peu sous les radars. Par la suite, Michel Hazanavicius s’emploie à faire un film sur les frères Guérini, figure du grand banditisme marseillais. Finalement, le projet ne se fera pas et c’est ainsi que « OSS 117, le Caire Nid d’espion » sera le deuxième long-métrage du réalisateur et celui qui le fera connaître du grand public.

Pastiche qui manie avec bonheur l’hommage et l’ironie, j’aurais mis bien trop de temps à me lancer dans les deux volets réalisés par Michel Hazanavicius. Alors même que beaucoup était conquis par ce premier film, pour ma part, j’avais énormément de réserve, ayant la crainte de tomber dans une comédie lourdingue. Cet été 2020 est on ne peut plus particulier et pour pallier au manque de nouveautés, bien des cinémas ont décidé de ressortir de « vieux » films, et c’est ainsi que je me suis laissé conquérir par l’idée de découvrir les deux films d’Hazanavicius sur grand écran et j’ai bien fait, puis ce premier « OSS 117 … » est un petit bonheur aussi drôle que subtil !

Hubert Bonisseur de la Bath est un espion français dont les talents ne sont plus à prouver. Alors qu’un agent en place au Caire est retrouvé mort, le Président René Coty envoie alors son espion afin de savoir qui, comment et pourquoi, Jack Jefferson est mort. OSS 117 s’envole donc pour l’Egypte et ce qu’il va découvrir sur place est un bordel monstre. Entre les Français, les Belges, les Soviétiques, la famille du Roi déchu Farouk qui veut retrouver son trône, les Aigles de Kheops, les islamistes, les femmes, les coutumes, et plus encore, Hubert Bonisseur de la Bath va avoir énormément à faire.

Adapté « OSS 117 » n’est pas une chose très neuve, puisque le personnage créé par Jean Bruce dans les années 40 fut plusieurs fois porté à l’écran, notamment par des mecs comme Jean Sacha et surtout André Hunebelle, mais là où l’idée de Michel Hazanavicius s’éloigne de tout ce qui a été fait jusqu’alors, c’est par l’envie d’en tirer non pas une comédie, mais bien une parodie du film d’agent secret, ainsi, avec ce premier « OSS 117« , Michel Hazanavicius s’amuse et parodie notamment un certain espion anglais qu’on connaît tous.

Situant son intrigue dans les années 50, « … le Caire nid d’espions » s’avère être une jolie réussite. Oscillant entre les genres, mélangeant comédie, parodie, enquête, espionnage et film d’action, Michel Hazanavicius et ses complices ont vraiment tout mis en œuvre pour livrer un film qui sache aussi bien nous amuser que tenir son idée de bout en bout. Alors bien entendu tout n’est pas parfait non plus, on aura bien quelques petites lourdeurs, quelques moments plus appuyés que d’autres, des moments qui semblent insister sur le fait qu’il faut rire immédiatement, ou encore quelques moments qui créent des longueurs, mais face à tout cela, on y opposera une écriture ciselée et parfaite.

Une écriture peuplée de répliques tordantes amenées à être cultes d’emblée. On retrouvera un sacré sens du comique et surtout du détournement. Michel Hazanavicius s’en donne à cœur joie, et ça, que ce soit dans la verve du film, dans son délire, dans ses sous-entendus géniaux (tout ce qui fait autour des envies et la sexualité d’Hubert !) ou encore dans son esthétisme (entre son côté vintage pastiché et pas tant que ça, ou sa géniale BO de Ludovic Bource et Kamel Ech-Cheikh, on en prend plein les yeux et les oreilles) et bien sûr son sens de l’action, de l’enquête et de l’espionnage. Bref, Michel Hazanavicius étonne grandement assurant un spectacle drôle, parfois hilarant, enjoué et bon enfant si bien que malgré les petites longueurs évoquées plus haut, c’est presque avec regret qu’on laisse cet espion filer une fois le générique arrivé.

Bien sûr, ce qui fait aussi la très grande réussite d’ »OSS 117, le Caire nid d’espions« , c’est Jean Dujardin qui est au top du top avec ce personnage. On sent, tout comme son réalisateur, que l’acteur s’éclate dans ce rôle, avec cet espion raté et terrible à la fois. Dujardin compose un personnage si cool, si attachant, si tordant, si ringard et si dingue en même temps, qu’il est difficile, très difficile, de lui résister (à condition d’aimer la parodie et d’entrer dans le délire). « OSS 117 … » ne se résume pas non plus à Dujardin, il faut aussi mentionner Bérénice Bejo, Aure Atika (et se réplique à base d’animaux), Philippe Lefebvre, Richard Samuel, François Damiens, ou encore Youssef Hamid.

S’éloignant de tout ce qui a été fait auparavant, jouant à fond la carte de la parodie, avec ce premier « OSS 117« , Michel Hazanavicius s’offre une très belle réussite qui le sort inévitablement de l’ombre. On rit, on s’amuse, on hallucine parfois devant l’irrévérence et l’audace du réalisateur, des scénaristes et de ses acteurs. Il fallait l’oser, Hazanavicius l’a tenté et ce premier « OSS 117 » peut même se vanter d’être devenu un standard des années 2000.

Note : 15/20

Par Cinéted

Une réflexion sur « OSS 117 Le Caire Nid d’Espions »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.