octobre 28, 2020

XXL

De : Ariel Zeitoun

Avec Gérard Depardieu, Michel Boujenah, Elsa Zylberstein, Catherine Jacob

Année : 1997

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Tout allait bien pour Alain Berrebi, qui coulait des jours heureux et prospères dans sa boutique de prêt-à-porter XL au cœur du Sentier. Jusqu’au jour où un vieil Auvergnat casse sa pipe au fin fond du Cantal. Et le pompon, c’est cet Auvergnat de malheur, Bourdalou, le patron de la brasserie le Canal Sentier, qui lui pourrit l’existence.

Avis :

Ariel Zeitoun s’est tout d’abord fait connaître en tant que producteur. Dès la fin des années 70, le nom d’Ariel Zeitoun se fait de plus en plus présent dans la production cinématographique française. En 1984, Ariel Zeitoun se lance dans la réalisation avec « Souvenirs souvenirs« . S’il passe les années 80 de manière discrète, c’est dans les années 90 qu’il « explose » développant un don pour la comédie, ainsi qu’une collaboration avec Michel Boujenah.

Après « Le nombril du monde » et « Une femme très, très, très amoureuse« , le duo Zeitoun et Boujenah était de retour fin 1997 avec « XXL« , une comédie qui veut surfer sur le succès de « La vérité si je mens » de Thomas Gilou sorti quelques mois plutôt. Mais là où Gilou réussit à imposer un film amusant, Zeitoun lui, nous offre un film dont on va peiner à y trouver un intérêt. Long, doté d’un scénario peu captivant et de personnages qui ne sont que des clichés et des caricatures toutes plus insupportables les unes que les autres, « XXL« , qui se veut être une comédie, n’arrivera même pas à nous faire sourire, c’est dire.

Alain Berrebi tient une boutique de prêt-à-porter dans le cœur du sentier, quartier dont il est éperdument amoureux. En parlant d’amour, Alain est sous le charme d’Arlette, une jeune femme d’une trentaine d’années, fille d’un riche homme d’affaires. L’homme d’affaires en question a un local qu’Alain se verrait bien acheter et en plus de convaincre l’homme qu’il est avec sa fille, Alain veut aussi le convaincre de lui vendre ce local. Quand ce dernier perd un oncle qui résidait en Auvergne, Alain propose d’emmener cet homme et Arlette aux obsèques, mais ce qu’Alain n’avait pas prévu dans ce voyage, c’est Jean, le fils du défunt, qui jette aussi bien son dévolu sur Arlette que sur le local du vieil homme…

La vie et les mésaventures d’une famille dans le sentier, ça ne vous rappelle rien ? Franchement, la comparaison est telle qu’elle en est même trop facile, mais comme je le disais, là où Thomas Gilou, avec son « La vérité si je mens« , arrivait à nous offrir une comédie drôle, huit mois plus tard, Ariel Zeitoun, lui, nous entraîne dans un film dont on peine à tout simplement en voir le bout.

Ariel Zeitoun n’a jamais été un grand réalisateur et « XXL » ne va pas déroger à la règle. Ne sachant pas vraiment de quoi il allait en retourner avec ce film, me basant que sur son affiche improbable que je trouvais amusante, je me suis lancé sans a priori dans ce deuxième cru 1997 (« Une femme très, très, très amoureuse » était sorti quelques mois plus tôt) pour le réalisateur franco tunisien et le moins que je puisse dire, c’est que j’ai très vite déchanté. J’ai même si vite déchanté que je ne sais par où commencer tant rien ne va dans ce qui ressemble plus à un mauvais téléfilm qu’autre chose.

Long et sans relief, Ariel Zeitoun nous entraîne dans un film dont l’intrigue ne présente aucun intérêt. Terriblement basique et classique, « XXL » est une succession de scènes et de moments qu’on connaît par cœur et au-delà de ça, le scénario nous présente des personnages auxquels on a bien du mal à croire. Ici, tout apparaît comme forcé, et plus encore, on sent que le réalisateur veut livrer quelque chose de drôle, mais force est de constater que ça ne fonctionne pas. « XXL » peine à nous faire sourire et heureusement que l’hystérique Catherine Jacob et ses problèmes familiaux sont là, car pour le reste, nos lèvres restent plates et ce sont nos yeux qui s’écarquillent.

Puis, si l’on a bien du mal à croire en ces personnages, « XXL« , c’est aussi un film dont l’intrigue déclenche le même constat que ses personnages. Très confuse, très forcée, plongeant dans une caricature sans retenue, que ce soit la façon de présenter le sentier ou les Auvergnats, que ce soit dans son triangle amoureux, ou encore dans cette amitié improbable qui naît entre Boujenah et Depardieu, ou plus encore, que ce soit avec cette histoire de jeunes garçons sauvés par un couple d’Auvergnats pendant la Seconde Guerre mondiale, tout sonne faux, et surtout rien n’arrive à trouver de l’intérêt. C’est même assez dingue de réussir à rater à tel point quelque chose.

Avec un tel constat, on aurait pu se dire que le film serait au moins rattrapé par ses acteurs, car Ariel Zeitoun a réuni du monde, entre Michel Boujenah, Gérard Depardieu, Elsa Zylberstein, Gad Elmaleh, Catherine Jacob, Emmanuelle Riva, Pascal Elbé, Maurice Chevit, Jenny Clève, Gina Lollobrigida, mais rien n’y fait, ces personnages sont la définition de la caricature, mais pire encore, c’est que finalement derrière la caricature, on se rend compte qu’ils ne sont pas intéressants et l’on se fiche royalement de ce qui peut leur arriver.

« XXL » est donc aussi raté que son titre se veut largué. Ne trouvant que peu d’intérêt à nos yeux, n’arrivant ni à être drôle, ni à être touchant, Ariel Zeitoun livre un film qui, plus il avance et plus l’on reste dans l’attente qu’il nous fasse rire, ou finisse par nous toucher. Malheureusement, ni l’un ni l’autre ne se produira et l’on restera plongé dans l’ennui et la catastrophe la plus totale.

Note : 05/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.