novembre 30, 2020

Capitaine Sky et le Monde de Demain

Titre Original : Captain Sky and the World of Tomorrow

De: Kerry Conran

Avec Jude Law, Gwyneth Paltrow, Angelina Jolie, Giovanni Ribisi

Année: 2005

Pays: Angleterre

Genre: Aventure, Science-Fiction, Action

Résumé:

New York dans les années 30. Alors que des scientifiques renommés commencent à disparaître et que Manhattan est attaqué par des machines volantes et de gigantesques robots, le reporter Polly Perkins décide d’enquêter. Elle est aidée par l’héroïque pilote capitaine Sky.
Ils découvrent que la personne qui est derrière ce complot est le Dr. Totenkopf. Son but est la destruction du monde…

Avis:

Le cas de Kerry Conran est un cas particulier. Réalisateur, Kerry Conran a seul chez lui, dans les années 90, sur son PC, réalisé un court-métrage de six minutes « The World of tomorrow« . Ce court-métrage avait la particularité de mélanger le style des années 30 aux nouvelles technologies numériques et il fut remarqué par le réalisateur et producteur Jon Avnet. Révolutionnaire à son époque, Jon Avnet se pose d’emblée en producteur et montre le court à Jude Law qui lui aussi restera estomaqué et en plus d’accepter sans sourciller d’être l’acteur principal, couchera aussi son nom en tant que producteur, c’est dire combien les deux hommes croyaient en ce film, et surtout en son réalisateur.

Certains réalisateurs aspirent à sortir directement des rangs, ayant une vision toute particulière de ce que pourrait être leur cinéma et c’est clairement le cas de Kerry Conran qui débarqua au printemps 2005, pour un film puis (échec aidant), il s’en est allé et c’est dommage, car même si « Capitaine Sky et le monde de demain » a ses défauts, voire même ses difficultés, le film montre surtout une envie de cinéma, un regard et des idées intéressantes. Pour son premier film, Kerry Conran propose un spectacle et un divertissement qui vaut le coup d’œil à lui seul et rien que pour cela, cet ovni mérite qu’on s’y arrête au moins un soir.

New York, les années 30, des scientifiques de renom disparaissent les uns après les autres. Polly Perkins, une journaliste, mène l’enquête, mais alors qu’elle est entrée avec un scientifique qui semble être le prochain sur la liste des disparus, les sirènes de la ville retentissent et bientôt cette dernière est attaquée par des robots immenses. Le capitaine Sky est alors appelé en renfort. Après avoir arrêté l’attaque de la ville, Polly Perkins, qui connaît bien le capitaine Sky, se jouit à lui et ensemble, ils vont découvrir que derrière ces attaques qui se multiplient, se cache un savant, le Dr Totenkopf, et ce dernier a un projet pour le monde…

Il y a quinze ans de cela, sortait donc « Capitaine Sky et le monde de demain« , seul et unique film de Kerry Conran. Je me souviens à l’époque l’avoir vu en salle et que j’avais passé un excellent moment devant, mais qu’en est-il quinze ans après ? Quinze années sans avoir revu, ne serait-ce qu’une image… Eh bien l’emballement est bien moindre.

Il est vrai que même si le film a pris un sacré coup de vieux, il fut tourné entièrement sur fond bleu et tous les décors et accessoires furent rajoutés après le tournage, il demeure néanmoins un film qui par bien des images, des idées, des plans, des hommages, et même quelques séquences, démontre bien l’ambition démesurée de son réalisateur et plus largement du projet de Kerry Conran.

« Capitaine Sky et le monde de demain« , c’est une plongée dans des années 30 qui vont très rétros et futuristes à la fois. Avec ce film, Kerry Conran rend hommage à tout un pan du cinéma Hollywoodien des années 30 et 40. Et tout en rendant hommage, le réalisateur s’approprie et crée même un univers et ce dernier est intéressant. Visuellement et techniquement, même si le film a pris une belle claque, ce « Capitaine Sky … » est un film pour lequel on ne peut s’empêcher d’avoir de l’affection. Le film respire la passion de son réalisateur, le film mélange bien des styles, il navigue entre film d’aventures, film noir des années 30 et film de science-fiction. On pense au  » … jour où la Terre s’arrêta« , on pense à du « Voyage au centre de la Terre« , à du « Indiana Jones » parfois, ou encore à plein de films noirs des années 30. Bref, le film de ce côté-là déborde de générosité et de créativité.

De plus, on restera assez fasciné par tout le travail qui est effectué sur l’image. Même si cette dernière a du bon et du mauvais, on ne peut nier que « Capitaine Sky et le monde de demain » dégage quelque chose d’unique en son genre. Mélangeant prises de vue réelle, travail numérique et travail à la main sur les images mêmes, Kerry Conran a superposé plusieurs couches sur son film, ce qui lui donne cette ambiance et ce grain qui plonge le film dans quelque chose d’aussi rétro que futuriste à la fois.

Après, dans ses mauvais côtés, on notera l’intrigue qui, si elle est très intéressante au départ, avec son lot de complots mondiaux, avec ses conspirations, son enquête journalistique, ou encore ses robots diaboliques, au fur et à mesure que cette dernière avance, elle finit par partir dans tous les sens, et l’on finit par rester dubitatif. En fait, plus « Capitaine Sky … » avance, et plus on a l’impression que Kerry Conran a délaissé l’intrigue pour la technique, son visuel et l’univers qu’il veut développer. Certes, l’aventure est là, on peut y trouver une réflexion écologique, ou encore sur la robotique, mais l’ensemble apparaît comme très vite expédié finalement.

De plus, si Jude Law est très bon dans ce rôle de pilote aventurier sans peur, Gwyneth Paltrow apparaît comme assez fade au final, ce qui est étrange, car ce n’était pas le cas en début de film. Mais plus ce dernier avance et moins son personnage est intéressant. On restera aussi déçu par la présence toute anecdotique d’Angelina Jolie, qui pourtant avait un sacré potentiel.

Et enfin, il faut mentionner la BO d’Ed Shearmur qui est bien trop envahissante. Si en elle-même, le compositeur livre de belles notes et si, au-delà de ça, dans l’idée, cette BO correspond bien aux années 30, Kerry Conran et Ed Shearmur l’emploient assez mal et finissent par livrer quelque chose d’assez étouffant.

« Capitaine Sky et le monde de demain » fut un échec lors de sa sortie, et l’on peut très bien comprendre pourquoi, mais pourtant, malgré ses défauts, malgré même ses difficultés (la BO, l’intrigue qui finit par lasser, le manque de fond de ses personnages), il y a quelque chose qui se dégage de cette œuvre. Kerry Conran avait une envie, il avait une démesure, il voulait offrir un spectacle inédit et plus largement, il voulait faire un cinéma autrement et mine de rien, l’ensemble fonctionne, l’aventure est bien là, le style est intéressant et l’on se prend d’affection pour ce film qui demeure une belle curiosité. Très loin d’être essentiel donc, mais si jamais vous voulez vous y aventurer, pourquoi pas…

Note : 10/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.