Les Mains en l’Air

affiche-Les-Mains-en-l-air-2009-1

De : Romain Goupil

Avec Valeria Bruni Tedeschi, Hippolyte Girardot, Linda Doudaeva, Jules Ritmanic

Année : 2010

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

22 mars 2067, Milana se souvient de ce qui lui est arrivé, il y a soixante ans… En 2009, Milana, d’origine tchétchène, est élève en classe de CM2 à Paris. Ses copains, sa bande, ce sont Blaise, Alice, Claudio, Ali et Youssef. Mais un jour Youssef, qui n’a pas de papiers, est expulsé. Puis, c’est au tour de Milana d’être menacée. Se sentant alors en danger, les enfants décident de réagir. Ils prêtent serment de toujours rester ensemble et organisent un complot pour sauver Milana…

Avis :

Romain Goupil, dont c’est le premier film que je regarde de lui, malgré une filmographie conséquente, réalise avec « Les mains en l’air » un film volontairement engagé pour la cause des sans-papiers. Si le film a quelques lourdeurs, le réalisateur livre un film plein de bonne humeur de jeu d’enfant, qui est loin d’être déplaisant.

les-mains-en-l-air-1

2067, Milana se souvient des événements qu’elle et ses copains de classe ont vécu l’année 2009. Milana est d’origine tchétchène. Elle, ses parents et ses cousins n’ont pas de papiers. Seule sa petite sœur est française, puisqu’elle est née en France. Avec sa bande, Blaise, Claudio, Youssef, Alice et Ali, ils font les quatre cents coups. Un matin, Youssef qui n’a pas de papiers lui aussi, se fait expulser avec sa famille. Dans le cœur de ses petits camarades c’est l’incompréhension et la peur, car Milana et d’autres sont dans la même situation.

Ensemble, avec l’aide de la mère de Blaise, ils vont organiser une protection de Milana et si les choses devaient mal tourner, ils ont même un plan pour que toujours ils restent ensemble.

Avant l’histoire, ma première motivation pour voir ce film est que j’aime bien Valeria Bruni-Tedeschi. Je trouve que c’est une actrice très naturelle, pleine de charme et surtout j’adore sa façon de parler, son accent et son phrasé particulier et comme d’habitude je n’ai pas été déçu, car elle est exactement comme je l’aime dans ce film.

Ensuite, je voulais voir ce film car elle joue toujours dans des films sympas qui me plaisent et l’histoire de celui-ci me plaisait beaucoup. Alors je me suis lancé et le moins que je puisse dire c’est que j’ai été très surpris par ce film, surtout sur son final, car je ne m’attendais pas du tout à ça.

L’histoire est belle et émouvante et le film est parcouru, malgré la dureté de son sujet, par une bonne humeur ambiante que les enfants apportent sur presque toutes les scènes, même les plus dures. Ce qui est très bon aussi, c’est que le réalisateur ancre son histoire dans notre quotidien, mais nous l’a fait regarder à travers les yeux des enfants, ce qui donne au film un aspect naïf et frais. Plusieurs fois j’ai souri aux bêtises des gamins. J’ai trouvé leurs idées d’agir sans les parents simples et amusantes, leurs motivations très enfantines et basé sur l’amitié et la perte d’une copine. Bien sûr à deux ou trois reprises le réalisateur nous fait sortir du monde des gamins pour nous confronter à la réalité vue par les parents. Ce n’est pas la même chanson, parfois le film en fait un peu trop (La scène de l’interrogation, pas crédible du tout à mes yeux), mais comme on retourne avec les enfants peu de temps après c’est vite pardonnable.

Là où j’ai eu le plus de mal c’est avec le regard sur la cause du réalisateur. A la place d’être neutre et continuer dans la lignée de ce qu’il avait commencé avec les enfants, j’ai trouvé le film trop engagé, il montre trop du doigt et ne nous laisse pas faire notre propre jugement, qui aurait été surement le même, enfin pour ma part. Le réalisateur veut faire passer un message, mais je trouve qu’il le fait mal, car chaque histoire n’est pas la même, chaque raison, chaque conclusion, chaque destin, que ce soit des sans-papiers, ou de ceux qui prennent des décisions ne sont pas les mêmes. Il dénonce les autorités, mais met tout le monde dans le même sac, c’est dommage. C’est bien la seule chose qui m’ait vraiment déplu, car le reste du film est bon.

Hormis Valeria Bruni-Tedeschi que je trouve excellente comme toujours, le film bénéficie d’un casting d’enfants tous adorables, talentueux et très bien dirigé par Goupil. Linda Doudaeva qui joue la jeune Milana est toute jolie et timide, cette petite fille s’en tire admirablement, comme Jules Ritmanic qui joue Blaise. Drôle, charmeur et un peu empoté il est très drôle. Louka Masset (Ali), Louna Klanit (Alice) chapeau à cette petite fille pleine de naturel et Jeremie Yousaf (Claudio) sont terribles et continuent de compléter ce casting.

les-mains-en-l-air-de-romain-goupil-4339575ubuso

« Les mains en l’air » est un film vraiment sympa, que j’ai apprécié.

Les « aventures » de ces gamins qui se réfugient dans des cachettes, que seuls les enfants savent en trouver sont bonnes. Et malgré que le réalisateur insiste trop sur son message, le film n’en ait pas moins joli. C’est un film à voir, moi je ne suis pas déçu de ma découverte.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net