décembre 4, 2020

Thundermother – Heat Wave

Avis :

Le Hard Rock est un genre qui semble avoir beaucoup de mal à bouger de ses codes et de ses bases. Pour preuve AC/DC recycle sans arrêt la même recette et ça marche à chaque fois. Du coup, pourquoi vouloir innover en prenant le risque, en plus, de se mettre les fans à dos. Bref, le Hard Rock, c’est un feeling répétitif qui doit donner envie de bouger la tête, et c’est tout. Si on peut avoir des solos de folie, c’est mieux, bien évidemment, mais le rythme prime sur le reste. Et ça, Thundermother l’a bien compris. Groupe 100% féminin venu de Suède, Heat Wave est le quatrième album de la formation, qui a connu de gros changements de line-up durant sa durée de vie. Second album pour la chanteuse Guernica Mancini, Thundermother compte bien faire bouger les nuques avec ce nouvel effort qui, à vrai dire, n’apporte absolument rien de marquant dans le domaine du Hard, si ce n’est une énergie folle et une envie de sauter dans tous les sens. Mais réduire Heat Wave à cela est trop facile, puisque malgré des chemins balisés, on aura droit à des élans bluesy fort agréables et même à des passages un peu Heavy que d’habitude.

D’entrée de jeu, les quatre nanas portent bien haut l’étendard du Hard avec Loud and Alive. Pur titre Hard jusque dans les veines, avec en prime un joli solo, le morceau nous met immédiatement dans l’ambiance et on a une forte envie de suivre ce groupe jusqu’aux confins du monde. Maîtrisé à la perfection, parfaitement produit, les suédoises font étalage d’un savoir-faire exemplaire et d’une évolution perceptible. Et des titres Hard qui vont vite donner envie de sauter de partout, on en a une pelletée. On peut citer Dog From Hell et son refrain hyper catchy, Back in ’76 qui donne une patate d’enfer ou encore Into the Mud et ses élans un peu punk dans la rythmique. C’est bien simple, sur les quatre premiers morceaux, ça n’arrête pas une seule seconde et il y a une énergie folle qui se dégage de cette vague de chaleur. Un élan classique mais qui fait mouche à chaque fois, comme on peut l’entendre sur le morceau de clôture, Bad Habits, ou encore le très efficace Driving in Style et son refrain qui laisse un champ libre à Guernica pour poser son timbre si chaud.

Cependant, il ne faut pas réduire Thundermother à du simple Hard et les filles ont voulu insérer d’autres influences au sein de cet album. Ainsi donc, on trouvera une ballade, Sleep, qui prône l’émancipation des femmes et c’est presque dommage d’avoir fait un texte aussi fort sur un morceau en mid-tempo un peu mou du genou. On retrouvera aussi des élans un peu plus délirants, comme par exemple Mexico et sa rythmique ultra festive. Et puis on pourra se réjouir d’avoir des connotations blues avec le sublime Purple Sky qui démontre, si besoin l’en est, l’excellence vocale de la chanteuse, qui apporte une véritable chaleur à l’ensemble. Néanmoins, il ne faut pas plus porter cet album aux nues. Certes, il est excellent, mais il n’est pas exempt de défauts. Par exemple, Sleep ou Ghosts sont des titres plutôt fébriles et qui ne marquent pas l’auditeur. On pourra aussi reprocher au groupe de ne pas forcément prendre de risque sur la composition même de l’album. On y retrouve une paire de ballades, des titres très énergiques et deux morceaux un peu plus faiblards, on reste dans une certaine norme et c’est presque dommage. On aurait peut-être aimé un peu plus de folie, comme celle que l’on retrouve dans les clips. Bref, c’est du pipi de chat, mais il ne faudrait pas que les filles se fourvoient dans une répétition abusive qui risque de lasser au bout d’un moment.

Au final, Heat Wave, le dernier album de Thundermother, est une jolie réussite si on estime que le Hard Rock doit rester dans un schéma très structuré. Les rythmes sont endiablés, le chant est tout simplement parfait, on ressent les différentes influences blues ou punk qui sont à l’intérieur de certains morceaux. Mais il est vrai aussi que l’album reste très calibré, très normé, et un peu plus de risque aurait été appréciable. Malgré tout, l’album fonctionne à plein régime, alors, finalement, on ne va pas se plaindre.

  • Loud and Alive
  • Dog From Hell
  • Back in ‘76
  • Into the Mud
  • Heat Wave
  • Sleep
  • Driving in Style
  • Free Ourselves
  • Mexico
  • Purple Sky
  • Ghosts
  • Somebody Love Me
  • Bad Habits

Note : 16/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.