octobre 1, 2020

La Trêve Saison 2

D’Après une Idée de : Benjamin d’Aoust, Stéphane Bergmans, Matthieu Donck

Avec Yoann Blanc, Jasmina Douieb, Aurélien Caeyman, Sophie Breyer

Pays : Belgique

Nombre d’Episodes : 10

Genre : Thriller

Résumé :

Yoann Peeters, 40 ans, est un homme sur le fil. Il ne travaille plus depuis la mort de sa femme, et a décidé de venir s’installer ​à Heiderfeld, le village de son enfance, avec sa fille Camille. Un poste s’est libéré à la police locale. Yoann y voit l’occasion de se mettre au vert et de prendre un nouveau départ. Mais la réalité fait rapidement irruption. Quelques jours après le carnaval, le corps d’un jeune footballeur togolais, Driss Assani, est retrouvé dans une rivière. Personne n’a l’expérience de ce genre d’enquête dans le village. Sauf lui. Alors que tout le monde se désintéresse du sort de ce gamin mort à des milliers de kilomètres de chez lui, Yoann Peeters se met à déterrer les secrets les plus enfouis de cette petite communauté qu’il connaît bien. Mais Yoann n’aurait pas dû reprendre le service si rapidement, pas sur une affaire de ce type, pas à cet endroit-là.

Avis :

Diffusée en 2016, « La trêve » est une série belge réalisée par Matthieu Donck qui a trouvé un succès surprise. Diffusée sur la RTBF, la série réunissait à chaque nouvel épisode un peu plus de quatre cent mille spectateurs devant leur poste de télévision. Forcément, avec des scores pareils, cela équivaut à 22,5 % de part de marché les soirs de diffusion, l’équipe de scénaristes s’est lancée dans la création d’une deuxième saison.

Il aura alors fallu attendre presque trois ans pour que la saison deux de la série de Matthieu Donck voit le jour. Si la première saison est une jolie réussite, elle était aussi une saison qui se suffisait à elle-même et une fois le générique final arrivé, l’intrigue était donc bouclée. Après un succès comme ça, il était logique que l’inspecteur Peeters revienne, mais encore fallait-il savoir quoi raconter. Une suite de ses traumatismes, un élément qui fera changer la vision des choses sur l’enquête, ou encore carrément un nouveau meurtre et donc une nouvelle enquête… Pour cette nouvelle saison, plus que de faire un choix radical, d’Aoust, Bergmans et Donck ont fait le choix de prendre un peu de toutes ces propositions et de les mélanger pour faire la trame de la deuxième saison et vous savez quoi, il se pourrait bien que cette deuxième saison soit meilleure que la première…

Trois ans se sont écoulés depuis les événements de Heiderfeld. Aujourd’hui, Johan Peeters s’est retiré de la police et il enseigne dans une école de police. À Musso, le corps sans vie de la baronne Astrid du Tilleul est retrouvé flottant dans sa piscine. Dany Bastin, un ancien condamné, est rapidement soupçonné puis arrêté. Persuadé que le jeune homme n’est pas coupable, l’ancienne psychiatre de Peeters, Yasmina Orban, fait appel à lui afin d’innocenter le jeune homme qui semble être le coupable idéal.

J’avais beaucoup aimé la première saison de « La trêve » et l’idée que le trio en fasse une deuxième saison m’était sympathique, même si je ne voyais pas bien ce qu’il y avait à raconter. Oui, aller savoir pourquoi je n’ai jamais pensé qu’ils puissent faire une tout autre enquête…

Toujours sur la base de dix épisodes de cinquante minutes, cette saison deux est loin d’être parfaite, d’ailleurs, je pourrais même dire que dans ses premiers épisodes, la série apparaît presque anecdotique. Si on est mis dans le bain directement, la série va très vite se prendre les pattes dans ses intrigues et ses suspects. Dès lors, on se demande où la série va aller, c’est parfois un peu bordélique, entre les flashbacks, les genres qui se mélangent, les tests de trames ou encore le nombre assez impressionnant de personnages qu’il faut apprendre à connaître ou réapprendre à connaître, car les deux saisons sont séparées de plusieurs années. Mais pourtant, malgré le boxon, malgré son côté décousu, peut-être trop riche, il y a quelque chose qui nous accroche, et petit à petit, une fois que la série a trouvé ses marques, elle va faire bien plus que d’être prenante. Non, une fois qu’elle sait où elle va, et comment elle compte nous tenir, alors cette saison deux se fait passionnante et surtout surprenante jusqu’à la fin. Encore une fois, la série nous réserve au cœur de son intrigue des surprises, un nombre incalculable de suspects et de pistes. Passé et présent se mélangent, on rouvre d’anciens dossiers, la série devient complexe, explorant beaucoup de pistes, amant, politique, vengeance, accident, et évidemment tout le monde est suspect et son secret, alors que dans la première saison il finissait par être prévisible, il est ici gardé intact jusqu’à sa fin. D’ailleurs, ce retournement est assez couillu et excellent, car même si l’on y a pensé, l’espace d’une seconde ou d’une minute, on n’en voulait pas, il fut éliminé d’emblée.

Comme pour la première saison, « La trêve » jouit toujours d’une ambiance pesante. Une ambiance presque secrète, qui rend chaque scène prenante, même quand c’est le bordel. Si la première saison avait un côté classique, pour cette nouvelle saison, d’Aoust, Bergmans et Donck essaient de nouvelles choses, ainsi, cette saison deux oscillera entre le drame, le tragique, le policier pur et dur, mais aussi et c’est très étonnant, le fantastique, et le paranoïaque, d’autant que ces deux éléments, s’ils sont perturbants au départ, finissent par être bien intégrés, et même convaincants. Il y a même une idée qui pourrait être très sympa, si elle était développée sur une troisième saison.

Notons aussi le ton très réaliste de la série, qui fait tout pour coller au plus près d’une certaine réalité, et ça, même quand elle fait dans le fantastique, ce qui est assez couillu, oui, je le répète, car ça marche vraiment et surtout ça en dit énormément sur l’état de son personnage principal.

Enfin, si l’on retrouve avec plaisir la plupart des acteurs de la première saison. Si Yoann Blanc est formidable, cette saison deux, c’est tout un tas de nouveaux personnages et donc de comédiens et si Aurélien Caeyman est très perturbant, si c’est toujours un plaisir de revoir Noémie Schmidt tout comme Lubna Azbal, je dois bien avouer avoir eu un coup de cœur aussi pour Anne-Cécile Vandalem et Vincent Lecuyer. Un coup de cœur aussi bien pour ces deux acteurs qui sont extraordinaires, mais aussi pour leurs personnages qui sont en décalage total avec le reste. Deux personnages bruts de décoffrage, sans filtre et dans un sens, qui sonnent si juste, si vrai et les histoires en sont presque drôles tant elles sont tragiques et malchanceuses. Bref, c’est un très gros coup de cœur de ce côté-là.

En s’installant progressivement, en gardant son suspect intact jusqu’au bout et en dévoilant un final percutant et osé, cette deuxième saison pour « La trêve » qui ne paraissait pas essentielle et pire encore qui apparaissait comme bordelique au début, finit par s’imposer et mieux, elle finit par être plus prenante et surprenante que sa saison précédente. Avec une telle qualité donc, s’il devait alors y avoir une troisième saison, celle-ci pousserait vraiment à la curiosité, tant cette saison deux est une bonne surprise.

Note : 15/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.