novembre 30, 2020

The Vigil – Le Dur Métier de Shomer

De : Keith Thomas

Avec Dave Davis, Menashe Lustig, Malky Goldman, Lynn Cohen

Année: 2020

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

New York, Brooklyn. Après avoir quitté la communauté juive orthodoxe, Yakov, à court d’argent comme de foi, accepte à contrecœur d’assurer la veillée funèbre d’un membre décédé de ce groupe religieux. Avec la dépouille du défunt pour seule compagnie, il se retrouve bientôt confronté à des phénomènes de plus en plus inquiétants…

Avis:

Il y a 20 ans de ça, Jason Blum créait une petite société de film, la Blumhouse Production. Cette petite société, quelques années plus tard, va devenir extrêmement rentable quand Jason Blum décide de produire pour quinze mille dollars, un certain « Paranormal Activity« . Le film fera le carton qu’on lui connaît et rapportera pas moins de cent-soixante-treize millions de dollars. Depuis, la recette « Blumhouse production » est lancée et elle a vu naître ou renaître des réalisateurs tels que Scott Derrickson, James Wan, Barry Levinson, James DeMonaco, Mike Flanagan, Damian Chazelle, Jordan Peele, Leigh Whannell, M. Night Shyamalan, Oren Peli, et à cette liste qui commence à se faire très conséquente, aujourd’hui on peut y ajouter Keith Thomas.

Réalisateur américain, avec « The Vigil« , Keith Thomas signe là son premier film. Un premier film assez singulier qui prend ses racines là où personne n’avait encore jamais eu l’idée de mettre les pieds, dans la religion juive et ses traditions. Prenant son temps pour installer son ambiance et son intrigue, Keith Thomas nous livre un petit film intéressant aussi bien de par son fond, car le film tient plus d’un démon, que de par son visuel qui tient de belles idées, qui laissent envisager un avenir assez prometteur pour le jeune réalisateur.

New York, Brooklyn, après un drame qu’il a vécu, Yakov est un jeune homme qui a récemment quitté la communauté juive orthodoxe. Yakov ne veut plus avoir affaire avec cette communauté qu’il juge trop renfermée sur elle-même. Un soir, à la sortie d’un groupe de paroles, Yakov est approché par l’un de ses anciens amis. Ce dernier lui propose d’être Shomer pour la nuit. L’emploi ne durera que cinq heures et il est bien payé. Yakov, qui a déjà été Shomer de par le passé, accepte à contre cœur. Cette nuit-là va alors remettre bien des choses en question.

Scénarisé et réalisé par Keith Thomas, « The Vigil » est un petit film d’horreur qui peut se vanter d’avoir un joli cachet, jouant avec la peur de manière efficace, même si ce dernier, demeure dans son schéma assez classique, voire même sans grande surprise.

Pour ce premier film, Keith Thomas a donc décidé de faire simple dans son schéma, préférant largement développer son idée, son concept et surtout l’horreur de son concept, plaçant son intrigue dans des traditions qu’on découvre, ce qui donne un ton assez novateur.

« The Vigil« , c’est l’histoire d’un Shomer. Mais qu’est-ce qu’un Shomer ? Un Shomer, c’est un homme qui est là pour surveiller le corps d’un défunt, avant que celui-ci ne soit enterré. Ce dernier est là alors pour faire des invocations, des prières et défendre l’âme du défunt contre le mal. C’est donc sur cette base que Keith Thomas arrive à nous embarquer. En basant son intrigue dans des traditions et des croyances juives qu’on découvre, le réalisateur nous offre, dans un sens, du neuf, et ça change de ce qu’on a l’habitude de voir et ça fait du bien. Surtout que cette mythologie portant sur le tournant dû aux actes passés, peut faire froid dans le dos, et ça, même si le film tient des incohérences, des facilités scénaristiques ou encore un final qui est certes joli, mais qui ira un peu vite.

Puis, au-delà de ça, « The Vigil » développe un fond très intéressant, offrant finalement une intrigue bien plus forte et complexe qu’elle n’en a l’air, car derrière toute la mythologie que le film tient, il y a en sous-texte, un démon bien plus puissant encore, celui du racisme, de l’antisémitisme. Un racisme qui détruit des vies, autant que le démon du tournant, appelé Mazik, qui hante les images et les personnages. Keith Thomas a très bien su intégrer ces deux histoires pour n’en faire qu’une et l’on se laisse prendre au jeu, même si l’ensemble manque peut-être d’émotions. On se laisse aussi prendre au jeu grâce à son acteur principal, Dave Davis, qui tient parfaitement le film sur ses épaules. On est touché par l’histoire de ce personnage et l’acteur livre là une bonne performance. Si l’on pourrait regretter de ne pas avoir plus de personnages que cela, on appréciera que Keith Thomas ait bien développé le peu de personnages qu’il tient, et notamment Lynn Cohen, actrice trop peu connue, qui nous livre là encore une fois une belle performance, alors que son rôle n’est que secondaire.

Pour le reste, comme je le disais plus haut, Keith Thomas a fait très simple, et « The Vigil« , dans sa réalisation, s’axe sur un schéma qu’on connaît déjà. Un schéma qui tient bien la route et qui arrive sans mal à faire son petit effet, même si l’ensemble demeure sans grande surprise. Keith Thomas, ainsi, joue beaucoup avec les bruitages, les craquements de cette vieille maison. Il joue avec des ombres, avec les silences, avec l’attente, ou encore avec tout simplement les peurs qui hantent son personnage.

Si la réalisation se tient tout en offrant ce à quoi l’on s’attendait, Keith Thomas arrive à intriguer avec ces traditions et l’axe de croyance qu’il aborde. En plongeant son intrigue dans la religion juive, religion qu’on connaît assez peu à l’écran et encore moins dans le genre de l’horreur, le réalisateur arrive à livrer un petit film qui se démarque des autres et mieux encore, il livre un film captivant et intéressant, qui sans marquer votre année arrivera sans mal à nous faire passer un chouette moment de cinéma.

Note : 13/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.