La Tour Au-Delà des Nuages

Titre Original : Kumo no Muko, Yakusoku no Basho

De: Makoto Shinkai

Avec les Voix Originales de Hidetaka Yoshioka, Masato Hagiwara, Yuka Nanri, Unshô Ishizuka

Année: 2004

Pays: Japon

Genre: Animation

Résumé:

Après la Seconde Guerre Mondiale, le Japon se retrouve divisé et occupé par deux forces rivales. Alors que l’Hokkaido est annexé par l’Union, les autres îles sont gouvernées par des forces américaines. Trois amis de la zone américaine, fascinés par une énigmatique tour érigée par l’Union, se sont fait la promesse de construire un avion et de lever le voile sur le mystère entourant la tour. Ce projet échoue lorsque l’un d’eux disparaît….

Avis:

Makoto Shinkai est un réalisateur de film d’animation japonais qui est en train de se faire grandement remarquer. Il faut dire que si le réalisateur est très loin d’être un jeune débutant, il a frappé très fort en 2016 avec son sublime et culte aujourd’hui « Your Name« . Puis il a frappé tout aussi fort cette année 2020 avec « Les enfants de la pluie« . Mais avant de nous offrir ces deux films affolants, Makoto Shinkai est un réalisateur qui a déjà une vingtaine d’années de carrière et après deux courts-métrages, « La tour au-delà des nuages » est son premier film.

Sorti en 2004, le premier film de Makoto Shinkai s’est fait grandement remarquer par la presse et dans la profession. Ayant adoré le voyages émotionnels vécus avec ses deux derniers films, je me suis alors demandé avec beaucoup de curiosité où est-ce que la filmographie de Makoto Shinkai commençait vraiment, et c’est ainsi que je m’arrête sur cette « … tour au-delà des nuages » et je dois dire avec une très grande tristesse que j’en ressors déçu et surtout très ennuyé. Pour son premier essai au format long, Makoto Shinkai nous entraîne dans un film aussi ennuyant qu’il est incompréhensible et c’est bien dommage, car visuellement parlant, le film est superbe et la patte qu’on adore chez Makoto Shinkai est déjà bien présente.

Après la Seconde Guerre mondiale, le Japon se retrouve divisé et occupé par deux forces rivales. Alors que l’Hokkaido est annexé par l’Union, les autres îles sont gouvernées par des forces américaines. Trois amis de la zone américaine, fascinés par une énigmatique tour érigée par l’Union, se sont fait la promesse de construire un avion et de lever le voile sur le mystère entourant la tour. Ce projet échoue lorsque l’un d’eux disparaît…

« La tour au-delà des nuages » est un film duquel je ressors très partagé. Partagé, car si je m’arrête à l’univers et au visuel, il est vrai que Makoto Shinkai m’a offert tout ce que j’étais venu chercher. C’est bien simple, le film est magnifique, pour ne pas dire que c’est une claque ! Les graphismes et la direction sont de petits bijoux. Tout le talent de Makoto Shinkai est bel et bien déjà présent et comme je le disais plus haut, cette patte qu’on adore chez le cinéaste japonais est déjà là, et elle est très loin d’être hésitante, comme elle aurait pu l’être sur un premier film.

Mais voilà, si tout ceci est magnifique, pour ne pas dire grandiose, « La tour au-delà des nuages« , après un début joliment maîtrisé et surtout très intriguant, retombe bien vite et surtout, plus le film avance, moins il arrive à tenir notre intérêt. Écrit par Makoto Shinkai lui-même, « La tour au-delà des nuages » est un film qui ne va faire que se complexifier et adopter un ton de plus en plus contemplatif. Alors que chez d’autres, une intrigue complexe à base d’intrigues, de tension internationale saupoudrée de science-fiction, offert à la façon d’un Terrence Malick m’aurait emballé et passionné, à ma très grande surprise, chez Makoto Shinkai ça ne fonctionne pas et de manière tout à fait personnelle, ce fut même épuisant, tant j’ai bien cru ne jamais arriver au bout de cette intrigue qui n’a ni queue ni tête.

Si la mise en scène peut être parfois agaçante, notamment avec le choix de ces fondus au noir qui cassent sacrément le peu de rythme que le film a, ou encore cette BO de Tenmon qui est jolie à l’écoute mais transposée sur les images se fait omniprésente et alourdit tout, sur l’ensemble du film, c’est bel et bien son intrigue qui a le plus de mal à passer. Très inaccessible, bourré de métaphores et de réflexions philosophiques, « La tour au-delà des nuages » c’est surtout un film qui s’embrouille tout seul, car il est trop riche et il ne sait pas comment arriver à conjuguer toutes ses envies. « La tour au-delà des nuages« , c’est un film qui nous parle d’une curiosité d’adolescent avec cette tour immense qui est entourée de mystère. C’est un film qui aborde des conflits et une guerre entre les États-Unis et le Japon, des complots pour détruire cette tour. Puis c’est aussi un film qui abordera la disparition d’une adolescente et des rêves oubliés et le tout sera amené avec une idée de dimensions et de mondes parallèles qui pourraient être connectés à nos rêves… Makoto Shinkai, dans son récit, a tendance à partir dans tous les sens, et surtout, plus cette aventure se dessine et plus l’on reste dans l’interrogation. Où veut-il en venir ? Où veut-il nous amener ? Est-ce que tout ceci aura un sens ? Qu’est-ce que cette tour ? Bref… Et plus l’intrigue avance et moins l’on arrive à être convaincu et comme la mise en scène, si belle soit-elle, n’arrive pas à nous emporter, c’est l’ennui qui gagne du terrain.

Je ressors donc de ce premier Makoto Shinkai déçu et surtout très ennuyé. Si le film avait très bien commencé, avec son visuel magnifique et surtout son intrigue qui ne cessait de piquer la curiosité sur cette tour immense, très vite, le tout s’est effondré et Makoto Shinkai livre un premier film difficile d’accès et surtout qui n’arrive jamais à nous emporter, enchaînant longueurs et incompréhensions. Heureusement que par la suite, le réalisateur a rattrapé tout ceci et il s’est fait grand.

Note : 07/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net