octobre 31, 2020

Batman – Last Knight on Earth

Auteurs : Scott Snyder et Greg Capullo

Editeur : Urban Comics

Genre : Super-Héros

Résumé :

Lancé dans un mystérieux jeu de piste à travers Gotham, Batman est neutralisé. Il se réveille dans l’Asile d’Arkham où Alfred lui apprend qu’il en est patient depuis des années et que sa croisade contre le crime n’est qu’un délire de son esprit malade. Mais ce n’est que le début d’une épopée qui va conduire le héros à traverser un monde désolé, peuplé de visages familiers à jamais traumatisés par une apocalypse dont Batman ignore les origines ! La dernière croisade du Chevalier Noir a commencé.

Avis :

Scott Snyder est un scénariste de comics qui est arrivé dans le métier en 2006 avec un recueil d’histoires courtes, Voodoo Heart. Ce recueil attire le regard du New York Times ainsi que celui de Stephen King. Très rapidement, Scott Snyder va se retrouver à co-scénarisé American Vampire avec le maître de l’horreur, lui permettant de gagner moult prix dont le Eisner Award et le Harvey Award. Outre cette saga fleuve vampirique, le scénariste s’amuse aussi à revisiter les créatures fantastiques en les mettant dans un contexte différent. Severed place l’ogre dans une Amérique des années 50 alors que The Wake pose une vision futuriste que les sirènes. Mais Scott Snyder a aussi planché sur Batman tout d’abord avec Sombre Reflet qui connaîtra un succès retentissant, puis sur La Cour des Hiboux et Batman Metal. Une fois de plus, il s’associe avec le grand dessinateur Greg Capullo (Spawn, The Haunt) pour terminer son arc sur Batman avec Last Knight on Earth.

Le début de cette histoire est très surprenant. On y voit un Batman résoudre une énigme étrange et il se rend alors dans la ruelle où ses parents furent abattus pour y trouver le cadavre d’un jeune garçon. Il se fait alors surprendre et se réveille à l’asile d’Arkham où il va découvrir que toute cette histoire sur Batman n’est qu’une supercherie et qu’en fait, Bruce Wayne est un malade mental et toute cette histoire se passait dans sa tête où chaque médecin représentait un méchant. L’idée est complètement folle et est parfaitement amenée par un Scott Snyder qui joue encore avec les mythologies et les monstres pour les replacer dans un contexte différent. Car oui, les traits de Batman peuvent se prêter aux jeux de la folie d’un homme qui imagine tout dans sa tête. Cependant, le récit va ensuite prendre un ton plus conventionnel. Toute cette histoire est en fait issu d’un programme et Bruce Wayne est bien Batman et il va atterrir alors dans un monde post-apocalyptique gérer par Omega qui contrôle la formule de non-vie et dirige tout d’une main de maître. Notre héros va alors retrouver d’autres super-héros comme Wonder Woman t il va tenter de mettre fin au règne d’Oméga.

Si le début du récit était franchement réjouissant et plein de bonnes idées, une fois sorti de l’asile, l’histoire prend une autre tournure, plus conventionnelle, plus simple à comprendre et presque décevante. On va y suivre un héros tourmenté qui se trimballe la tête du Joker, qui va faire des rencontres et découvrir ce qu’il s’est passé pour que tout le monde devienne des zombies sans libre-arbitre et que Gotham se transforme en une forteresse liberticide. Bien évidemment, des retournements de situations vont nous surprendre, il y aura une certaine réflexion sur la nature de Batman et sur cette volonté d’aller toujours plus loin dans le contrôle, mais globalement, pour du Scott Snyder, ça reste assez plat. Fort heureusement, certaines idées farfelues vont venir égrainer le récit et un humour potache parsème l’ensemble, notamment grâce au Joker qui va finir par devenir le nouveau Robin. Une idée géniale, inattendue, mais qui fonctionne plein pot et qui trouve une bonne justification tant les deux hommes sont inséparables. Mais l’idée la plus forte va venir des raisons de cette apocalypse qui trouve aujourd’hui une forte résonance avec notre actualité. Lors d’un dialogue Wonder Woman explique comment le monde à chavirer à cause de Lex Luthor qui va parler au peuple en argumentant les raisons de l’effondrement, en parlant du climat, du manque de ressources, mais surtout des politiques qui resserrent leur emprise et mentent aux gens. Un contexte qui peut faire froid dans le dos de nos jours. Allons-nous vers une apocalypse nous aussi ?

Et bien évidemment, le comic ne serait rien sans Greg Capullo qui fournit un travail de dingue. La première chose qui frappe, c’est que c’est beau. Les planches sont savamment découpées, c’est ultra lisible en plus d’être très catchy et il y a toujours du mouvement qui est bien exploité. Mais le plus intéressant reste sa vision des personnages après un énorme changement. Wonder Woman est bien moins sexy avec sa crête punk et sa marque au visage tout comme Dick Grayson qui semble souffrir du passage du temps. Le Joker reste fidèle à lui-même, mais son armure à la toute fin de l’histoire rend bien. Du côté des vilains, on trouvera un Epouvantail fantomatique absolument parfait, porté par un Bane massif mais qui ne sert à rien. D’ailleurs, parmi les méchants, si les designs sont chouettes, peu sont vraiment utilisés et Oméga vole un peu la vedette même s’il arrive tardivement. La révélation de son identité ne surprendra pas forcément, mais son armure, mélange de Hibou et de Batman est intéressante et fait écho à La Cour des Hiboux, autre série de Scott Snyder.

Au final, Batman – Last Knight on Earth est un récit assez intéressant dans le sens où il choisit de placer son intrigue dans un monde post-apocalyptique rendu plausible par le durcissement de la psyché d’un héros. Relativement sombre, mais aussi parfois déjanté, Scott Snyder démarre son histoire de façon percutante pour terminer sur une note plus lisse, plus conventionnelle et c’est un peu dommage. Fort heureusement, l’ensemble est rattrapé par le dessin superbe de Greg Capullo et le duo arrive tout de même à nous happer dans ce scénario sombre, futuriste, relativement court et facile à lire.

Note : 15/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.