Sex and the City Saison 6

D’Après une Idée de : Darren Star

Avec Sarah Jessica Parker, Kim Cattrall, Cynthia Nixon, Kristin Davis

Pays: Etats-Unis

Nombre d’Episodes: 20

Genre: Comédie

Résumé:

Célibataire new-yorkaise, Carrie s’inspire de sa propre expérience, et de celle de ses amies, pour écrire des articles sur des thèmes touchant le sexe et les relations amoureuses.

Avis:

Il y a six ans de cela, après avoir signé des séries des années 90 qui sont devenues cultes, Darren Starr eut l’idée de parler d’un groupe de quatre femmes célibataires habitant New York. Partant sur des épisodes d’un peu moins d’une demi-heure, Darren Starr ne savait pas qu’il allait contribuer aux belles heures de HBO. Pendant cinq saisons, « Sex and the City » nous a plongés dans les aventures amoureuses de Carrie, Miranda, Samantha et Charlotte et indéniablement, les filles sont devenues des personnages cultes qu’on adore.

Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin, et Darren Starr le sait, et alors que la série se porte très bien, et ça, malgré une cinquième saison en dessous des autres et raccourcie, le showrunner décide de mettre un point final au show. Lui ajoutant deux épisodes en plus que l’ordinaire, cette saison six demeure très sympathique, abordant de bons sujets, accentuant encore une fois le côté mature que la série ne cesse de pousser, les personnages entrant dans l’âge. Mais malgré tout ceci, il demeure une petite déception, dans le sens où tout comme la saison précédente, il s’en dégage un sentiment de bâclé. Parfois, tout va trop vite et c’est dommage.

Carrie est sous le charme de Jack Burger, un écrivain qui vient de se séparer. Après plusieurs rencontres hasardeuses, elle a enfin pu prévoir un véritable rendez-vous avec lui. Pendant ce temps, Miranda, qui est une maman célibataire, fait face à ce qu’elle se cachait depuis un sacré bout de temps. Charlotte, elle, se rend compte qu’elle est amoureuse. Amoureuse d’un homme qui n’est d’ordinaire pas du tout de son goût. Quant à Samantha, et bien, c’est Samantha et rien ne change…

« Sex and the City« , c’est tout d’abord une première saison qui pose les bases, puis trois saisons qui ne vont faire qu’augmenter la qualité du show. Puis arrive la cinquième saison amputée de moitié et clairement bâclée. Après donc ses hauts et ses bas, le show de Darren Starr revient pour une dernière virée dans les rues de la grosse pomme en compagnie de ces personnages qu’on adore.

Passant sur vingt épisodes, et non dix-huit comme à l’accoutumée, cette dernière saison de « Sex and the City » est une jolie saison. Une saison dense et riche où il va se passer plein de choses, peut-être même trop. Si la saison explore d’excellents sujets et surtout elle les explore de belle manière, il faut dire aussi qu’il y a comme un sentiment d’urgence, notamment après la moitié de la saison. Un sentiment qui donne l’impression que le show était bien parti pour continuer sur une septième saison, mais que finalement non, et il faut donc conclure le destin des filles. Ainsi, parfois, on se retrouve avec une demande en mariage en début d’épisode et le mariage même dans le même épisode, épisode qui, rappelons-le, ne dure qu’un peu moins d’une demi-heure. Des coups d’accélérateur, la série s’en paye quelques-uns, et c’est dommage, car les personnages, pour certaines des situations qu’elles doivent affronter, auraient mérité d’avoir quelque chose de plus développé, qui prend plus son temps.

Après, comme je le disais, cette dernière saison demeure tout à fait sympathique, car malgré ses faiblesses et ses côtés expéditifs, elle aborde de très beaux sujets. Cette saison, çà et là, abordera l’égoïsme dans un couple ou plutôt les compromis que l’on fait presque de manière naturelle pour l’autre, pour sa famille et par amour, dans des scènes vraiment émouvantes dans le couple de Miranda et Steve. La série abordera la stérilité et l’adoption chez Charlotte et Harry. Puis à travers le personnage de Samantha, qui est sûrement celui que la saison fera le plus évoluer, la série abordera le cancer du sein, le combat contre la maladie et l’acceptation de cette maladie. Seul finalement le personnage de Carrie n’évoluera pas plus que ça. Il y aura bien quelques choix et quelques déceptions qui se dressent devant elle, mais finalement, Carrie restera Carrie jusqu’au bout et après son échappée parisienne, la série se conclura de manière logique, presque trop, tant ce fut facile. Mais bon, la série assumera le côté comédie romantique, si facile soit-elle, et est-ce qu’on aurait voulu d’un autre final ?

Cette dernière plongée dans l’univers des filles, c’est bien sûr ces comédiennes qui sont toujours au top. Sarah Jessica Parker est resplendissante, Cynthia Nixon tient un très joli mélange de drôlerie, de cynisme et d’émotions, arrivant à être franchement bouleversante. Kim Cattrall est tout simplement merveilleuse et Kristin Davis, à certains moments, est magique. Cette saison va aussi très bien développer les personnages incarnés par David Eigenberg (Steve) et Evan Handler (Harry). Puis on retrouvera les traditionnels Chris Noth, Lynn Cohen, Wilie Garson et Mario Cantone. Enfin, parmi les nouveaux arrivants, il faut noter Mikhail Baryshnikov, Blair Underwood, Jason Lewis qui tient l’une des plus belles histoires d’amour. À noter aussi la présence de Carole Bouquet et Cécile Cassel, dans l’échappée parisienne de Carrie.

En six saisons, Darren Starr nous a livré un show fantastique. Un show en avance, qui n’avait pas peur des tabous. Un show qui fut une ode à la femme, à la liberté, et à l’amour. On a ri devant « Sex and the City« , on a pleuré devant « Sex and the City« , et même si ces deux dernières saisons sont un peu en dessous du reste, sur l’ensemble de la série, le show fut magique et merveilleux. Malgré tous ses défauts, ses indélicatesses, son côté hors-sol quand elle parle d’argent, malgré les facilités parfois, les « je traîne un peu en longueur » ou les « on expédie au plus vite », « Sex and the City » a fait nos beaux jours et c’est une série qui mérite bel et bien son statut de culte. Bref, ce fut un vrai plaisir de se replonger dans cet univers, dans ses histoires et surtout de suivre ces personnages et ces actrices absolument parfaites pour ces rôles.

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net