octobre 21, 2020

Suicide Squad – Hell-to-Pay

De : Sam Liu

Avec les Voix de Christian Slater, Billy Brown, Liam McIntyre, Kristin Bauer

Année : 2018

Pays : Etats-Unis

Genre : Animation

Résumé :

L’équipe secrète Task For X d’Amanda Waller (Deadshot, Bronze Tiger, Killer Frost, Captain Boomerang, Harley Quinn et Copperhead) doit retrouver un puissant objet mystique. Sauf que d’autres super-vilains sont sur le coup…

Avis :

Pour beaucoup de personnes, Sam Liu est un nom complètement inconnu dans le cinéma et c’est normal. Jusqu’à présent, aucun film du réalisateur n’est sorti au cinéma, malgré ses dix-sept réalisations. Officiant uniquement dans l’animation, le cinéaste est loin des studios Pixar et Disney, puisqu’il bosse essentiellement chez DC Comics et s’attarde sur des projets de dessins-animés avec nos super-héros préférés. Parmi ses productions les plus notables, on peut noter Killing Joke, Batman – Gotham by Gaslight ou encore Batman – Year One. Cependant, tous ces films restent assez confidentiels, jouissant d’une petite vie dans le direct-to-video, mais n’arrivant pas à avoir un spectre plus large de spectateurs et d’aficionados. Mais quand on voit les graphismes et la qualité de l’animation, on peut comprendre pourquoi. Si c’est loin d’être moche (bien que certaines séquences font mal à la rétine), tous ces films n’ont pas l’aura d’un Pixar (ni les moyens) et se contentent de raconter des histoires simples ou parfois plus violentes qu’à l’accoutumée, comme en atteste ce Suicide Squad – Hell to Pay, qui est un rouleau compresseur pour fans, et uniquement les plus ardus de l’univers DC.

Pour cette petite histoire, on va retrouver une Amanda Waller malade et qui demande alors à des méchants de faire une mission suicide pour retrouver une carte qui permettrait au défunt de partir directement pour le paradis sans passer par l’enfer. Elle demande alors à Deadshot, Harley Quinn, Copperhead, Killer Frost, Captain Boomerang et Bronze Tiger d’aller récupérer cette carte, qui se trouve en possession d’un stripteaseur qui ne fut autre que Dr. Fate. Mais la carte tombe entre les mains de la fille de Vandal Savage et un autre groupe de super-vilains mené par Zoom veut récupérer cette maudite carte. Une course contre la montre se met alors en place. D’un point de vue histoire, on a fait mieux et le seul intérêt de ce film réside dans la course-poursuite pour chopper cette carte et pourquoi certains méchants veulent mettre la main dessus. Car si on sait pour Amanda Waller, ce ne sera pas le cas de Vandal Savage ou de Zoom qui semble bien fatigué. On aura les réponses à la toute fin, dans un twist tout pété et globalement, c’est bien là que réside la faiblesse du métrage, dans sa faculté à brasser du vide et à ne rien raconter finalement.

Suicide Squad – Hell to Pay est un film pour fans de l’univers DC et notamment dans la présentation des méchants. Si certains semblent être des immanquables de la Suicide Squad, en commençant par Harley Quinn, Deadshot et Captain Boomerang, on va avoir une palanquée de super-vilains plus ou moins connus. Au sein même de l’équipe avec Bronze Tiger et Copperhead, des méchants de seconde zone dans les comics, mais avec un fort potentiel, ou encore dans les différents méchants que l’on va croiser dans l’histoire, comme Knockout, une rousse géante à la force démesurée, Blockbuster, un géant indestructible, Vertigo, l’un des méchants principaux de Arrow, ou encore Jewelee et son diamant qui lance des lasers. Le problème, c’est que l’on peut se demander l’importance de leur rôle. Captain Boomerang ou encore Harley Quinn ne servent pas à grand-chose et sont d’ailleurs relayés à des rigolos de service. Il en va de même avec certains antagonistes qui ne servent à rien du tout, comme la fille de Vandal Savage et son amoureuse, Knockout, qui ne sont qu’un facteur dérangeant au sein de l’intrigue principal. On peut y voir ici une volonté de mettre en avant des personnages peu connus, ce qui est bien, mais on ne s’en sert pas vraiment, et on sent que cela est fait pour faire plaisir aux fans inconditionnels de l’univers DC.

Cependant, difficile de ne pas reconnaître l’efficacité du long-métrage. En premier lieu, l’action est bien rythmée. On ne s’ennuie pas devant, les scènes d’action se déroulent à grande vitesse et certains combats sont assez spectaculaires, comme celui dans la boîte de nuit, ou encore le tout dernier, avec un Zoom qui n’hésite pas à zigouiller tout ce qui passe à portée. D’ailleurs, c’est l’un des gros atouts de ce film, le gore. Ici, on ne s’embête pas à faire survivre des super-vilains. Les têtes éclatent, les corps sont découpés, les hommes sont perclus de balles et le sang gicle à tout va. C’est un dessin-animé, mais il est à destination des adultes et il ne faut surtout pas montrer ça à de jeunes enfants. On le répète, c’est gore et certains méchants n’en réchappent pas, notamment au début. Alors oui, quel intérêt de faire un film de super-héros (ou plutôt de super-vilains) en animation et de ne pas le destiner aux gosses ? Les adultes n’ont-ils pas le droit de regarder des dessins-animés ? Encore faut-il que ce soit bien fait et ce n’est pas tout à fait le cas ici. Certains passages sont très vulgaires au niveau de l’animation. Notamment les passages sur la route, où le réalisateur cède à la facilité avec des incrustations numérique d’une laideur indéfinissable, où les graphismes sont dignes d’une Playstation première du nom. Cela nous sort du film et surtout, ça reste indigne d’un film sorti en 2018.

Au final, Suicide Squad – Hell to Pay est un dessin-animé mi-figue mi-raisin (vive les mots composés !). Si le côté adulte gore et l’action non-stop sont plus plaisants, il n’en demeure pas moins que le film manque de substance. Le scénario est vide et n’est qu’un prétexte à diverses course-poursuite, certains personnages sont sous-exploités tandis que d’autres sont surexploités comme Deadshot qui, encore une fois, n’est pas vraiment méchant, et enfin, graphiquement, c’est relativement limité et nous rappelle au doux souvenir des Batman des années 90, qui étaient bien mieux foutus. Bref, sans être une catastrophe, ce Suicide Squad version animée n’est franchement pas terrible…

Note : 10/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.