octobre 24, 2020

Debout sur la Montagne

De : Sébastien Betbeder

Avec William Lebghil, Izia Higelin, Bastien Bouillon, Jérémie Elkaïm

Année : 2019

Pays : France

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

Stan, Hugo et Bérénice ont grandi dans les montagnes. Ils étaient inséparables. 15 ans plus tard, devenus des adultes un peu abimés par la vie, ils se retrouvent dans le village de leur enfance. Ces retrouvailles permettront-elles de renouer avec la fantaisie, l’insouciance et la joie de leurs premières années ?

Avis :

Dans le paysage du cinéma français, Sébastien Betbeder est un réalisateur à part, une sorte d’ovni incontrôlable qui touche à tout et fait ce qu’il veut. Après une série de courts-métrages, il est remarqué pour son univers très décalé. Il sort un premier long-métrage en 2007, « Nuage » et depuis, le réalisateur multiplie les projets, créant une web série sur un journal de bord ayant pour base sa trilogie groenlandaise, il fait dans la fiction radio, ou encore, il réalise des programmes carte blanche pour Arte. Sébastien Betbeder est un bourreau de travail et rien ne semble pouvoir l’arrêter.

Pour son septième film, Sébastien Betbeder a décidé d’emmener Bastien Bouillon, William Lebghil et Izïa Higelin dans les Alpes, pour ce qui s’annonçait comme une petite comédie tout ce qu’il peut y avoir de plus sympathiquement décalé. Au programme, un zèbre, un lama, un pote schizophrène à tendance paranoïaque, un autre qui a gagné un jeu de télé-réalité, un curé cinéphile, des histoires d’amour, des histoires de mort, un météorite, des paysages de toute beauté et surtout un ennui assez poussé. Alors que l’on s’attendait à trouver une petite comédie amusante et rafraichissante comme Sébastien Betbeder en a le secret, « Debout sur la montagne » se perd et nous perd et il en résulte un drame long, qui ne cesse de s’enfoncer dans le drame pour finalement pas grand-chose… Bref, une vraie belle déception !

Hugo vient de perdre son grand frère. Prof à Bordeaux, il revient alors dans le petit village qu’il a habité enfant et adolescent. C’est là qu’il retrouve Stan et Bérénice, ses deux plus proches amis qu’il n’a pas vu depuis presque quinze ans. Pour ces trois amis, c’est l’occasion de se redécouvrir, de parler de leur vie, de leur problème de trentenaire, de parler de Paris ou Bordeaux, de se réconcilier, et surtout, sans le savoir, c’est l’occasion de prendre un nouveau départ et de peut-être vivre plein de nouvelles aventures.

Dans le milieu du cinéma français, on y trouve des auteurs qui ont envie de sortir des carcans habituels pour essayer autre chose et on peut dire que Sébastien Betbeder porte à lui tout seul, sur ses épaules, un style et une idée du cinéma. Oscillant entre le drame et la comédie, le réalisateur est bien souvent une bouffée d’air frais. Oui, je dis bien souvent, car il lui arrive aussi de faire des bourdes et malheureusement, son dernier film en date, « Debout sur la montagne« , fait partie de ses ratés et ce constat est on ne peut plus agaçant, car ce cru 2019 renferme en son sein de très jolis moments, et même une exploration de l’enfance et des désillusions qui sur le papier sont intéressantes.

« Debout sur la montagne« , c’est un film qui a de l’idée dans son scénario. « Debout sur la montagne« , c’est le genre de film qui se fait aussi doux qu’amer et qui prend le prétexte de la perte d’un proche pour nous offrir des retrouvailles et une introspection sur le temps qui a passé, sur la vie, sur le passé et l’avenir. Vendant une comédie, « Debout sur la montagne » est clairement un drame, mais à la rigueur, qu’importe, qu’il soit un drame ou une comédie, si le résultat est bon. Malheureusement pour nous, malgré les jolis sujets que le réalisateur explore à travers cette galerie de personnages qui se veulent hauts en couleurs, « Debout sur la montagne » est un film qui n’arrive jamais à nous embarquer. On aura bien des scènes et des moments qui sont bons et intéressants, on pense aux retrouvailles qui sont sublimes, on pense à la confession de Bérénice, ou encore au regard tendre du personnage de Stan, admirablement tenu par William Lebghil. On pense aussi à la complicité qui se dégage de ces comédiens ou encore à Guillaume Labbé qui tient un personnage qui pour le coup est aussi drôle qu’il est pathétique et touchant finalement.

Bref, « Debout sur la montagne » est un film qui regorge de bonnes idées, mais pourtant, malgré ça, il n’arrive jamais à nous emporter, à nous amuser, ou même toucher totalement. Le souci ? On ne sait pas vraiment ce que veut raconter Sébastien Betbeder et surtout, le réalisateur a tendance à enfoncer son film dans un drame poussif, qui parfois frôle le glauque gratuitement. Du coup, on se retrouve à suivre un film auquel on a bien du mal à s’attacher et surtout devant lequel on s’ennuie profondément. Comme on ne s’attache pas vraiment à ces personnages et comme on est perdu face à ce que Sébastien Betbeder a envie de faire avec ce film, on voit le temps passer. Et plus l’intrigue avance et plus le temps devient très long.

« Debout sur la montagne » est donc une belle déception. Malgré de bons sujets et de bons acteurs, Sébastien Betbeder n’arrive clairement pas à nous embarquer dans ces retrouvailles, qui se font plus longues que touchantes. À force de vouloir offrir un cinéma décalé, à force de vouloir peindre des personnages qui ne ressemblent à aucun autre, Sébastien Betbeder atteint une limite et c’est bien dommage. Bref, pour le coup, la montagne ne lui réussit vraiment pas…

Note : 06/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.