Sens Unique

Titre Original : No Way Out

De : Roger Donaldson

Avec Kevin Costner, Gene Hackman, Sean Young, Will Patton

Année: 1987

Pays: Etats-Unis

Genre: Thriller, Action

Résumé :

Suzan, la maîtresse du major Farell, est tuée accidentellement par Brice, le ministre de la Défense. Pour détourner les soupçons, Brice monte de toutes pièces une histoire rocambolesque d’espion russe infiltré au Pentagone. Mais s’agit-il vraiment d’un mensonge ? Quel est l’implication de Farell dans l’affaire ?

Avis :

Roger Donaldson est un réalisateur australien qu’on a tendance à oublier et c’est bien dommage. Véritable touche à tout, Roger Donaldson est un bon artisan de cinéma qui exerce depuis presque cinquante ans maintenant, et même si sa filmographie n’est pas toujours au top, le réalisateur a le mérite de proposer à chaque fois autre chose. Roger Donaldson s’aventure là où on ne l’attend pas, et la plupart du temps, même quand le film proposé est moins bon, il demeure intéressant. Dans les années 80, après s’être totalement implanté aux Etats-Unis avec son film « Le Bounty » sorti en 1984 et qui réunissait ni plus ni moins que Anthony Hopkins et Mel Gibson, Roger Donaldson va s’essayer à un style qu’il n’avait encore jamais tenté, le thriller et autant dire qu’avec cette première incursion dans le genre, le style lui va à ravir.

Avec « Sens unique« , je pensais trouver un petit film tout à fait sympathique. Un petit film made in 80, qui respirerait ces années-là à plein nez et qui m’aurait fait passer ma deuxième partie de soirée avec des sourires face à un film vieillissant. À ma très grande surprise, ce ne fut pas le cas et ce « Sens unique » s’est imposé comme un véritable coup de cœur. Impeccable, tendu, bourré de suspens, imprévisible, ce sixième film de Roger Donaldson est assurément une réussite et l’un de ses meilleurs !

Le Major Tom Farrell vient de prendre un nouveau poste au Pentagone. Ainsi, il devient agent de liaison pour le secrétaire à la défense David Brice. Lors d’une soirée, Tom à fait la connaissance de Suzanne et ensemble, ils commencent ce qui semble être une belle histoire d’amour. Hors, Suzanne est la maîtresse du secrétaire à la défense et elle ne sait comment rompre avec lui. Tom est patient, enfin jusqu’à ce soir-là, où Suzanne est tuée par accident par David Brice. Brice demande à Tom d’enquêter sur ce meurtre, afin de faire tomber l’amant de Suzanne comme meurtrier, hors Brice ne sait pas que Tom est le dit amant et que Tom sait que Brice a tué sa maîtresse. Tom va devoir jouer à un jeu très dangereux, car toutes les preuves remontent à lui et pour protéger l’intégrité du secrétaire à la défense, certains sont prêts à tuer.

Il y a des films qu’on ne voit pas venir, des films qui, en apparence, n’ont rien d’affolant et qui à leur découverte s’imposent à nous et nous font la surprise de nous faire passer un moment bien plus fort qu’on ne l’avait prévu et « Sens unique » de Roger Donaldson s’inscrit parfaitement dans cette idée.

Si l’on survole comme ça « Sens unique« , le film a beaucoup d’éléments qui laissent penser à un film made in 80 lambda. Un film des années 80 typiquement ancré dans son époque et qui serait tout au plus une bonne série B. « Sens unique » n’est rien de ça, et mieux encore, il se pose comme un film passionnant, au suspens implacable et aux rebondissements qui n’arrêtent jamais.

La principale qualité du film de Donaldson, c’est son scénario qui est une petite bombe. Si on passe le fait que le film met un peu de temps avant de se dévoiler, une fois fait, « Sens unique » devient un petit bijou qui multiplie les péripéties et les rebondissements qu’on ne voit pas arriver. Partant avec une idée géniale, Roger Donaldson tient son scénario d’une main de maître et ne cesse de nous créer des tensions, des manipulations, des fausses pistes, des fausses preuves fabriquées de toutes pièces et finalement, avec tout ceci, il tient notre intérêt en permanence, tant on ne sait comment son héros va bien pouvoir s’en sortir.

Très bien géré, parfaitement tenu, « Sens unique » mêle très habilement politique et meurtres. Il mélange, CIA et possibilité de KGB, entre guerre froide, traque d’un espion imaginaire, complot politique, romance, un poil d’érotisme, beaucoup d’héroïsme, vengeance, fausses preuves, cercle vicieux, Roger Donaldson livre un film dense, et surtout terriblement efficace. Le réalisateur nous tient et surtout, il ne cesse de nous surprendre avec un récit qui est très loin de celui qu’on s’imaginait. Et quand on croit enfin que tout est fini, quand on en a eu pour notre argent et notre plaisir, Roger Donaldson nous offre un coup de grâce qui conclue son film de manière incroyable.

« Sens unique« , c’est un plaisir aussi grâce à son casting. Un casting génial où on trouve un Kevin Costner impeccable, impliqué et sexy au possible. On trouvera un Gene Hackman génial en politicien véreux. On trouve un Will Patton presque terrifiant. Ou encore une sublime et parfaite Sean Young, qui compose avec Kevin Costner un couple superbe, qui nous cueille d’emblée.

On ajoutera à cela que le film demeure impeccable dans sa mise en scène, qui enchaîne les revirements et gère parfaitement sa montée en tension. Roger Donaldson a conçu son film comme un piège qui se referme petit à petit sur son personnage, et malgré des rebondissements parfois brutaux, le film tient le coup et surtout, il assure le spectacle. À noter aussi la très belle BO de Maurice Jarre, s’il vous plaît.

« Sens unique« , c’est que du bon. Excellent film qui nous tient et qui ne cesse de surprendre, pour sa première incursion dans le thriller, Roger Donaldson signe une parfaite réussite. « Sens unique » est prenant, surprenant et impitoyablement imprévisible. Bref, je ne l’ai pas vu arriver et c’est un très beau coup de cœur que je range directement dans mon panthéon des meilleurs films de Roger Donaldson.

Note : 16/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net