septembre 24, 2020

Wendy

De : Benh Zeitlin

Avec Devin France, Tommie Lynn Milazzo, Shay Walker, Stephanie Lynn

Année : 2020

Pays : Etats-Unis

Genre : Fantastique, Drame

Résumé :

Perdue sur une île mystérieuse où l’âge et le temps ne font plus effet, Wendy doit se battre pour sauver sa famille, sa liberté et garder l’esprit jovial de sa jeunesse face au danger mortel de grandir.

Avis :

Réalisateur américain, Benh Zeitlin a surpris tout le monde il y a huit ans de cela avec un premier film qui fut l’effet d’une petite bombe. Ce film, c’est « Les bêtes du sud sauvage« . Intense, sensoriel, renversant et magnifique, ce premier film fut une immense révélation et il mit en lumière un artiste qu’on avait très hâte de revoir. Au vu du succès de son film, Benh Zeitlin aurait pu très vite revenir sur le devant de la scène, mais ce ne fut pas le cas, il aura fallu être très patient. Huit ans se sont donc écoulés et comme ça, un matin, sans prévenir personne, Benh Zeitlin présente la bande-annonce de « Wendy« , et rarement une bande-annonce m’aura procuré autant de joie, d’envie et de curiosité.

Pour son nouveau film, Benh Zeitlin a tout simplement eu l’envie d’adapter « Peter Pan » et l’on est à mille lieues des adaptations qu’Hollywood nous sert à longueur d’années. Onirique, fou, sensoriel, libre, « Wendy » est un film sublime. Un film qui a un vrai univers, qui rappelle évidemment « Les bêtes du sud sauvage« , tant la patte de Benh Zeitlin est présente et tout en gardant sa patte, le jeune cinéaste américain arrive à totalement s’approprier l’œuvre de JM Barrie pour mieux la réinventer. Bref, c’est du génie !

Quelque part près d’une voie de chemin de fer, habitent la jeune Wendy et ses deux frères James et Douglas. Depuis toujours, Wendy regarde les trains passer et elle attend l’un d’entre eux. Un très particulier, qu’elle a vu une fois. Une nuit, ce train repasse et Wendy et ses deux frères le prennent sans savoir où il les emmènera. À son bord, ils font la connaissance d’un petit garçon, Peter. Ce dernier leur annonce qu’ils viennent de commencer une grande aventure et qu’il n’y aura pas d’arrêt. Du train à une barque, les enfants finissent par arriver sur une île mystérieuse. Une île mystérieuse où grandir n’est pas possible, où grandir est même interdit…

Pour son deuxième film, Benh Zeitlin nous revient là où on ne l’attendait pas et c’est une surprise totale. Avec ce film, le jeune réalisateur se lance dans un pari que certains qualifieraient même d’un peu dingue, puisque le metteur a décidé de totalement réinventer à sa sauce « Peter Pan » et le moins que l’on puisse dire, c’est que le résultat est à la hauteur des attentes et de ses ambitions.

« Wendy« , c’est ce que l’on pourrait appeler l’adaptation parfaite. Ce film, c’est la conjugaison géniale entre l’œuvre de J.M. Barrie et le style unique de Benh Zeitlin. « Wendy« , c’est typiquement le genre de film qui nous rappelle qu’il reste des auteurs, des gens qui ont envie d’aller plus loin, d’essayer des choses, de pousser un univers, de réadapter et de créer quelque chose même avec peu de moyens. Benh Zeitlin, c’est tout ça, et c’est surtout une promesse qui est tenue et ça fait beaucoup de bien de voir et de vivre un tel cinéma.

Signant la réécriture de « Wendy » avec sa sœur (Eliza Zeitlin), Benh Zeitlin a une idée, une ambition, celle de nous raconter son « Peter Pan« . Celle de totalement réinventer l’œuvre originale, au point de presque convoquer nos souvenirs de « Peter Pan« , tant cette relecture est différente et folle à la fois.

« Wendy« , comme son titre l’indique, c’est un changement de point de vue. Benh Zeitlin a décidé d’axer tout son film, et toute son idée, autour du regard de la jeune Wendy, faisant d’elle son héroïne et sa narratrice. Grace à ce choix, le cinéaste nous propose de suivre cette histoire d’une autre manière, et surtout, il nous offre une ode à l’enfance, au merveilleux, à l’innocence, à la naïveté de l’enfant, et à la joie. Avec l’aventure de Wendy et ses deux frères, Benh Zeitlin nous entraîne totalement dans cette histoire et dans ses jeux, fuyant les responsabilités que le fait de vieillir peut amener.

De ces écrits, de ces moments de joie et de jeux et de cette magie se dégage une énergie communicative et une sincérité qui touche et convoque l’enfant qui demeure encore en chaque spectateur. On a envie de partir sur cette île, on a envie de jouer avec eux, Benh Zeitlin arrête le temps et l’on reste suspendu à son film et c’est pour ça que quand le drame pointe le bout de son nez, quand l’âge d’adulte refait surface, quand les personnages, presque malgré eux, se font prendre à leur destin, « Wendy » se fait encore plus fort et passionnant qu’il ne l’était déjà.

Benh Zeitlin a cette qualité dingue de nous surprendre en permanence, de nous emmener là où on ne s’attendait pas à être emmené, alors même que c’était évident. Et c’est là, le génie de Benh Zeitlin avec ce film. Le réalisateur nous offre « Peter Pan » autrement et il a cette capacité à nous faire oublier qu’on regarde une version de « Peter Pan« .

Le scénario est donc une leçon de réécriture et d’adaptation, et cette leçon ne s’arrête pas là, puisque Benh Zeitlin réinvente aussi l’œuvre de J.M. Barrie dans son visuel et son univers. Collant parfaitement à ce que l’on peut espérer d’un film signé Zeitlin, bourré d’onirisme, bourré d’énergie, d’enthousiasme, d’optimisme et de positivité, « Wendy » est un film qui fait beaucoup de bien. Benh Zeitlin arrive parfaitement à mélanger les genres et les styles. « Wendy« , c’est aussi bien un conte qu’un drame, une petite comédie et un film d’aventure. Benh Zeitlin conjugue tout et l’ensemble ressort de manière cohérente. Jamais le réalisateur ne s’égare, et mieux que ça, tout a un sens et tout sert son histoire, son film et son univers. C’est d’ailleurs assez fou de voir qu’avec assez peu de moyens, le metteur en scène arrive à faire quelque chose de grandiose.

Autre élément très important de sa mise en scène et surtout de son film, c’est son univers musical. Encore une fois, Benh Zeitlin s’associe à Dan Romer pour composer les notes qui vont accompagner ses scènes, et le résultat est renversant. Sa BO est omniprésente et elle embellit de manière folle son film. Cette BO lui donne du relief, elle appuie les émotions et donne un souffle incroyable à l’ensemble. Si le film nous en met plein les yeux et les émotions, comme je le disais plus haut, « Wendy » est un film sensoriel et avec cette BO Zeitlin et Romer nous en mettent aussi plein les oreilles.

Comme il l’avait déjà fait sur « Les bêtes du sud sauvage« , Benh Zeitlin nous présente un casting de jeunes comédiens qui sont tous bourrés de talent. Devin France qui incarne la jeune Wendy est fascinante, tout comme Gage et Gavin Naquin qui incarne les deux frères de Wendy ou encore le petit Yashua Mack qui incarne un Peter Pan à merveille.

Merveilleux, fascinant, passionnant, très touchant, voire même plus, avec « Wendy« , Benh Zeitlin fait bien plus que de confirmer l’essai, il nous livre un nouveau bijou. Réinvention totale, moderne et en même temps nostalgique, « Wendy » est un film qui invite autant à l’aventure, qu’il est une ode à l’enfance. On ressort de ce deuxième Zeitlin avec des étoiles plein les yeux, l’esprit apaisé et surtout, on ressort avec le sentiment amoureux d’avoir vécu un grand moment de cinéma ! Vite un troisième film !

Note : 18/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.