octobre 26, 2020

Pas Un Mot

pas-unmot-dvd

Titre Original: No Digas Nada

De : Felipe Jimenez Luna

Avec Santi Rodriguez, Jimmy Barnatan, Elio Gonzalez, Claudia Molina

Année : 2007

Pays : Espagne

Genre : Comédie

Résumé :

Une bande d’étudiants prend goût aux meurtres en réalisant qu’on peut régler quelques soucis en éliminant des professeurs ou, d’une manière générale, les adultes…

Avis :

Comme déjà dit dans une chronique précédente, le cinéma de genre espagnol est résolument l’un des plus inventifs au monde. Figure de proue de ce genre, Alex de la Iglesia s’est même forgé une réputation mondiale, faisant même un film de commande avec des acteurs américains (Crimes à Oxford). Mais si on veut voir une vraie créativité, il faut se plonger dans les premiers films des auteurs hispaniques. Ainsi, on peut voir tout le talent du cinéaste cité auparavant avec Action Mutante ou alors se jeter à corps perdu dans les premiers films de Jaume Balaguero et Paco Plaza. Néanmoins, tout n’est pas rose dans l’industrie du cinéma espagnol, comme on a pu le constater avec l’horrible Atrocious ou le très moyen Les Témoins du Mal. Pas un Mot est un film réalisé par Felipe Jimenez Luna en 2007 et il semble que ce film soit le seul qu’il ait réalisé. Edité par Zylo dans nos contrés, le film ne possède aucune réputation et il était difficile de se faire une idée du contenu avec la jaquette. Est-ce un Severance version ibérique ? Avons-nous droit à un sous Scary Movie ? Retour sur un film assez méconnu et qui laisse perplexe.

Pas-un-mot-image

Split Screen sans intérêt !

L’histoire du film est relativement barrée, comme c’est souvent le cas avec le cinéma espagnol. Alors qu’une jeune fille charme de manière explicite l’un de ses profs, elle se rend compte que celui-ci veut juste la baiser en attendant son autre maîtresse. Violentée, elle décide de le tuer et appelle deux amis à l’aide. Mis dans la confidence, ils décident de ne rien dire. Mais lorsque la jeune femme recommence, ce sont les deux mêmes amis avec d’autres connaissances qui viennent donner un coup de main pour dissimuler le cadavre. Au bout d’un moment, tous les lycéens de la classe sont au courant et décident de mettre en place un club qui tuerait tous les adultes qui les agaceraient. Bien évidemment, les disparitions étant louches, un flic complètement débile et désabusé est mis sur l’enquête. Bref, comme on peut le lire, le scénario est assez barré, voire carrément improbable. En effet, on se demande comment les gens ne voient pas la bande de jeunes buter certaines personnes en pleine rue et en plein jour. On se demande aussi comment les corps ne sont pas retrouvés alors que les jeunes ne sont pas discrets dans le transport. Bref, le film est bourré d’incohérences, mais il réside quelque chose d’assez sympathique dans ce métrage.

En effet, le film est particulièrement « cool ». Les jeunes gens qui deviennent psychopathes sont assez drôles et remplissent leurs contrats dans chacun de leurs clichés. Le type coincé et bizarre se révèle être savoureux notamment dans sa volonté de buter des gogols qui le persécutent. Le fumeur de joints est bien lourd mais assez drôle. La bonnasse qui est une tueuse en série est totalement loufoque. Bref, même si la prestation des acteurs et actrices n’est pas parfaite, loin de là, on s’attache presque à cette bande de jeunes qui nous fait bien marrer. Le plus gros bémol viendra des personnages adultes, comme les profs ou les flics qui sont totalement ridicules. On aura toujours droit au prof qui est un véritable connard et qui s’amuse à saccager les élèves ou encore le flic totalement stupide et branleur. Mais le pire, c’est que ces portraits sont poussés à leur extrême et n’apportent rien au film si ce n’est créer des personnages à côté de la plaque. Les acteurs ne sont pas terribles dans leurs rôles mais tout cela n’est pas catastrophique.

L’autre défaut du film et qui le fait pencher du mauvais côté de la balance, c’est la mise en scène et la photographie. Le film fait vieux, d’ailleurs, on a l’impression qu’il se déroule durant les années 90. Mais il n’en est rien ! En effet, le film date de 2007 et n’a donc que 6 ans et pourtant, on a une mauvaise sensation dès les premières images et le générique. Tout fait vieillot, des costumes jusqu’aux décors ou personnages secondaires, c’est bien simple, on pense être dans un métrage de début 2000. Alors certes, le film est doté d’un budget assez restreint, mais il aurait sans doute été possible de faire beaucoup mieux. Au niveau de la réalisation, aucune prise de risque, c’est propre, mais aucune scène vraiment frappante ne ressort du métrage. C’est d’ailleurs cela qui va porter préjudice au film, on sort du visionnage sans grande idée de ce que l’on vient de voir, sans moments marquants. C’est assez plat et c’est dommage. Et il ne faut pas chercher du gore, il n’y en a pas.

Pas-un-mot-image-3

On a un cadavre dans la baignoire, on avait pas de placard !

Au final, Pas Un Mot est un film qui aurait pu être très bon et relativement drôle. Malheureusement, le film s’éparpille dans des petit moments ingrats et pas forcément intéressants, gâchant ainsi le plaisir et les quelques moments drôles. Un petit film pas dénué d’intérêts mais qui pêche par un scénario pas assez rigoureux et surtout par une absence de moments forts et mémorables. Un film mineur.

Note : 09/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.