Je ne Pars pas, je Rentre – Brigitte Condé

Auteure : Brigitte Condé

Editeur : Books on Demand

Genre : Philosophie, Humour

Résumé :

Julie fait du parapente, elle est loin de se douter où elle va atterrir. Un livre totalement original où les pensées les plus profondes se mêlent à l’humour et à la légèreté. Une écriture surprenante faite de petits récits qui nous parlent de Dieu, de la vie et de la mort, à lire avec bonheur et curiosité!

Avis :

Je ne pars pas, je rentre est un roman philosophique qui nous entraîne dans une aventure où la mort constitue le point central de toutes les réflexions. Le titre met cela en valeur en personnifiant le fait que le personnage principal ne meurt pas véritablement, mais en précisant qu’il entre plutôt dans une nouvelle phase du cycle de la vie. Ainsi, Julie qui a trépassé lors d’un vol en parapente, nous fait part de toutes ses pensées, ses doutes, ses angoisses alors qu’elle entame ce curieux au voyage. Une épopée qu’elle a du mal à accepter, et on la comprend. La mort, synonyme de fin pour nombre de cultures, n’apporte pas de suite favorable. Au contraire, d’autres traditions voient cela différemment. Ce roman intrigant nous apaise face à cette idée tragique, se veut à la fois réconfortant et fataliste.

Aidée par des puissances mystiques et quelques-unes de ses connaissances, la jeune femme s’analyse et essaie de comprendre ce qui lui arrive. Ce roman, établi comme un essai philosophique, s’articule principalement autour des dialogues impliquant Julie, et de ses nombreux monologues. Pour des non-initiés, le récit peut sembler aller véritablement très loin, jusqu’à transgresser sur le mot transgression et l’analyser de part en part, lettre par lettre. La narratrice se questionne également sur le vide, la vie, la religion, Dieu, la mort, le sens de l’univers, etc. Les sujets variés s’enchaînent avec intelligence, comme les chapitres, qui divisent le roman en étapes de réflexion, tant pour le personnage que pour le lecteur. Même si le lecteur n’est pas croyant, la lecture de ce roman ne le dérangera pas. Cependant, il est nécessaire d’avoir l’esprit ouvert.

Je ne pars pas, je rentre se lit tel un cycle initiatique, comme si Julie s’avérait encore vivante. En effet, au démarrage, on ne comprend pas que la jeune femme est bien morte, et que le récit se portera entièrement sur le thème central que constitue la mort, et non sur une seconde chance qui serait donné à Julie. Je ne pars pas, je rentre est un récit plutôt triste mais empli de passages enthousiastes, positifs et survoltés. Les nombreux points d’exclamation en attestent. Brigitte Condé nous transmet sa force et nous redonne foi en la vie et en l’humanité, ce qui n’était pas spécialement gagné avec un récit basé sur la mort et le lâché prise.

On ne s’ennuie pas dans la lecture de ce roman, grâce à un rythme endiablé et passionnant. Même si l’on ne comprend pas tous les dires de Julie et ses multiples divagations, on se sent happé par le ton, les belles phrases, les mots qui sonnent justes et le travail fabuleux établi sur les monologues et les dialogues. L’après-lecture de ce texte laisse songeur, perplexe. Le lecteur reste dans la réflexion, même ensuite, notamment parce que chaque chapitre a mis en valeur un point, un sujet, un monde, sur lequel penser et se forger sa propre interprétation. Celles de Julie, bien qu’intéressantes, ne correspondront peut-être pas à tous.

Brigitte Condé nous amène à nous remettre en question et à réfléchir sur de nombreuses valeurs, par l’intermédiaire d’une jeune femme bien particulière, exaltée et intelligente, philosophe et poète dans l’âme, que l’on prend tout de même parfois pour une extravagante. Le lecteur a, en effet, souvent du mal à s’imaginer à sa place de par les paroles étonnantes de ce personnage, qui ne lui seraient jamais venues à l’esprit, même dans un cas similaire. De plus, Julie possède de profondes connaissances en religion et philosophie, que tout le monde ne maîtrise pas. Malgré ce détachement, notamment vis-à-vis de sa personnalité troublante, le lecteur apprécie suivre ses mouvements spirituels et ses chemins divergents. Le lecteur se sent véritable observateur de ce parcours, telles les puissances qui surplombent Julie.

Je ne pars pas, je rentre s’avère ensorcelant dans ses mises en situation, ses débats intérieurs et ses péripéties. Le lecteur s’imagine se trouvant en Grèce Antique, au sein de débats passionnés, suivis par des hommes en toges blanches. Cependant, le lecteur ne s’attache pas suffisamment à Julie et ne s’inquiète pas spécialement pour sa destinée. De plus, nombre de ses réflexions peuvent grandement s’éloigner de notre propre état d’esprit, et faire que l’on se détache complètement. Un esprit ouvert et curieux est nécessaire pour apprécier pleinement les potentiels de ce récit savant.

Note : 15/20

Par Lildrille

One Comment to "Je ne Pars pas, je Rentre – Brigitte Condé"

  1. Emilio Galiay dit :

    No está traducido y no puedo leerlo. Pero me encantaria.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net