novembre 30, 2020

Moi, mon Double et ma Moitié? T.01 – Défi Kombe Ndjondo

Auteur : Défi Kombe Ndjonde

Editeur : Le Lys Bleu

Genre : Science-Fiction

Résumé :

À Limoges, un jeune homme doté de capacités extraordinaires va découvrir l’existence d’univers parallèles. Amoureux de sa camarade de classe qui a déjà un petit ami, il va tenter sa chance avec le double de sa bien-aimée dans une autre dimension, mais il sera surpris lorsqu’il se rendra compte que la fille qu’il aime sort déjà avec son propre double dans cet autre univers. Dans le futur, l’un de ses doubles l’accuse d’avoir provoqué un chaos à travers les univers et le tient responsable de la mort de sa bien-aimée. Il a la ferme intention de lui faire regretter ses actes. Une juridiction sera créée afin de faire régner l’ordre et la paix à travers les dimensions. La découverte de l’existence des univers parallèles ne va-t-elle pas bouleverser l’équilibre des mondes ?

Avis :

Le premier tome de Moi, mon double et ma moitié ? constitue un début étonnant d’une série de science-fiction au contenu riche et complexe. L’auteur se risque aux retours dans le temps, et l’on sait que ce n’est jamais simple, notamment à cause de tous les problèmes d’incohérence qui peuvent survenir. En plus de cela, le récit nous embarque dans une aventure transdimensionnelle, un multivers où chaque personnage d’une dimension T est représenté dans toutes les autres, mais parfois sous un prénom, un métier ou un état d’esprit différent, à cause d’un écoulement des évènements divergent. Le concept s’avère très intéressant, plutôt bien contextualisé, et captivant dès les premières pages.

Le premier tome manque cependant de clarté dans la séparation de ses scènes, de sorte, qu’au départ, le lecteur peu habitué à cet univers se perd. Effectivement, le roman ne se divise qu’en deux chapitres, ce qui est peu pour un roman de près de cent-quatre-vingt pages, et manque parfois d’indications spatiales ou temporelles pour se retrouver facilement.

De plus, quand le lecteur parvient à assimiler une scène présentant de nouveaux personnages, une autre prend le relais, ne laissant pas le temps à la précédente de s’imprimer correctement. L’histoire avance peut-être un peu trop vite, surtout pour un premier tome qui doit introduire un univers aussi vaste et alambiqué, incluant des centaines de dimensions et des lignes temporelles variées. On en ressort de la lecture avec une idée confuse du roman, et des interrogations douteuses : les questions que je me pose constituent-elles des mystères du récit, que l’auteur expliquera plus tard, ou sont-elles des incompréhensions dues à l’agencement entortillé des passages et à mes vagues souvenirs de certaines scènes ?

Le lecteur entre très rapidement dans l’action, sans qu’il ne se soit profondément attaché au personnage de Teddy. Pourtant, une fois qu’il apprend à le connaître, le lecteur l’apprécie plutôt. Teddy constitue un anti-héros sympathique, qui cherche seulement à vivre heureux, notamment en sortant avec Claire, une jeune fille qu’il aime depuis plusieurs années déjà, et en sachant ses meilleurs amis bien portants. Ses grands pouvoirs (ouverture de portails transdimensionnels, voyages dans le temps, prémonition, etc.), qu’il ne maîtrise pas, et à propos desquels il ne peut se confier, s’avèrent à la fois dangereux et fascinants. Teddy cherche à faire le bien, se pose de nombreuses questions quant à ses nouvelles responsabilités dues à ses pouvoirs, et possède un esprit intelligent, qu’il est très appréciable de suivre. Son parcours et évolution, cohérents tout du long, auraient mérité plus de souffle, plus de pauses dans l’action.

Ce premier tome ne prend pas vraiment le temps de nous décrire tous les personnages secondaires et de nous les faire apprécier à leur juste valeur. Andy, Steeve, Mya, Claire, Ethan, Kevin, Yumi, Agathe… Le lecteur a du mal à les distinguer de prime abord, à cause de descriptions physiques expédiées rapidement et de scènes qui ne s’étendent pas suffisamment pour que leurs caractères à tous se dessinent avec clarté.

Les différentes intrigues s’ébauchent petit à petit, font preuve d’originalité et nous transportent dans des aventures plaisantes. Chaque partie comporte ses intérêts : le présent de Teddy est malmené par des histoires tragiques d’adolescents prenantes ; le futur de sa dimension nous intrigue par ses avancées technologiques et ses considérations éthiques ; les autres Teddy des dimensions parallèles apportent leur lot de problèmes et de réflexions sur le multivers ; et les passages juridiques, dans des tribunaux du futur, nous inculquent même des éléments de justice détaillés, que l’auteur explique dans des notes de bas de page.

Malgré une confusion due au rythme effréné de ce premier tome qui doit nous présenter et un univers riche et de nombreux personnages, l’histoire globale nous embarque avec elle grâce à des idées bien trouvées, et des personnages qui nous ressemblent, que l’on arrive à comprendre. Les explications sur le multivers restent cohérentes. Quand le lecteur prend le temps de rétablir la chronologie des faits, il se rend compte de toute la complexité et de la folie géniale de l’auteur, qui a créé un univers bien particulier, unique.

L’auteur a pris le parti pris d’établir ses dialogues comme des scènes de théâtre, où les noms des personnages sont indiqués avant leurs phrases, et ils n’indiquent pas toujours les tons que ces derniers emploient. Pour des lecteurs habitués aux romans traditionnels, cela déroute, mais on finit par s’y habituer. Cela permet d’offrir des scènes dialoguées rythmées, fluides et dynamiques, dont les contenus ont une grande importance.

La fin étonne par l’ajout d’un autre aspect massif, lié à l’identité du narrateur du récit. Ces dernières lignes donnent envie de poursuivre pour comprendre la signification de ce nouveau personnage. L’univers n’avait pas forcément besoin de cette complexité supplémentaire et il est à espérer que cela soit bien exploité, et de manière claire, par la suite !

Le tome un de Moi, mon double et ma moitié ? s’avère être un récit inattendu et attachant, aux messages intelligents, perturbants et intéressants, qui aurait mérité plus de pages pour exposer son monde.

Note : 13/20

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.