décembre 4, 2020

Bad Times

Titre Original : Harsh Times

De : David Ayer

Avec Christian Bale, Freddy Rodriguez, Eva Longoria, J.K. Simmons

Année : 2007

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller, Policier

Résumé :

Vétéran de la Guerre du Golfe, Jim Davis a été profondément marqué par l’horreur des combats. A bout de ressources, il attend d’être appelé au sein de la police de Los Angeles, où un poste lui avait été promis. Si seulement il avait un boulot, il retrouverait son équilibre et sa vie aurait à nouveau un sens.
Jim n’a qu’un seul réconfort au milieu de cette galère : son meilleur copain, Mike, également chômeur. Jim offre à Mike de l’aider à trouver un job, mais leur quête prend rapidement des allures de virée infernale dans les rues chaudes de South Central.
Après avoir vu se refermer devant lui les portes du L. A. P. D., Jim accepte de travailler pour les services de la Sécurité du Territoire. Ses virées avec Jim dans les bas quartiers deviennent de plus en plus violentes et dramatiques. Une nouvelle guerre commence…

Avis :

David Ayer, avant de passer à la réalisation, fut à un moment donné l’un des scénaristes les plus en vue d’Hollywood. Le premier scénario qu’il écrit, c’est celui de « U-571« , un film de sous-marin qui sera réalisé par Jonathan Mostow. Le film est un succès, mais c’est définitivement avec son deuxième scénario que David Ayer met le grappin sur Hollywood, puisque c’est à lui qu’on doit le scénario de « Training Day« . Par la suite, David Ayer écrira le premier « Fast and Furious« , « S.W.A.T, unité d’élite« , ou encore « Dark Blue« . Pour son scénario suivant, David Ayer arrive à convaincre pour que ce soit lui-même qui réalise le film et ainsi, l’un des scénaristes les plus doués d’Hollywood se lance dans son premier film.

« Bad Times« , c’est une plongée dans les bas-fonds de Los Angeles. Mais si David Ayer assure dans l’écriture, cette première réalisation est loin d’être parfaite. Si le film tient de très bons sujets, et si l’on ne peut nier qu’il arrive parfois à offrir une bonne ambiance, il peine à convaincre avec ses personnages plus agaçants que touchants et une réalisation qui démontre une envie de cinéma, mais qui surtout se fait bordélique et tape à l’œil. Ce premier film pour David Ayer est une déception, qui a toutefois de l’intérêt.

Jim est un vétéran de la guerre du golfe. Aujourd’hui, il zone dans les rues de Los Angeles dans l’attente d’être admis dans la police de la ville. Son meilleur ami, Mike, est chômeur et en attendant, Jim va lui servir de chauffeur pour aller distribuer ses CV. Enfin ça, c’est ce que croit la femme de Mike, car dans la réalité des faits, Jim et Mike ne font pas grand-chose de leur journée, si ce n’est quelques petits trafics, picoler et accessoirement fumer un joint de temps en temps.

« Bad Times » est donc un film duquel je ressors assez embêté. Embêté car il tient en lui de très bons sujets, je comprends ce que David Ayer tient à faire avec ce premier film. « Bad Times » tient aussi un certain cachet qui sur certaines séquences fonctionne très bien, mais sur l’ensemble de l’œuvre, « Bad Times » agace, ennuie et apparaît presque comme superficiel dans certaines de ses idées (je ne comprends pas cette photographie par exemple…).

David Ayer est un as du scénario, il l’a prouvé, mais il l’a prouvé pour les autres, car pour lui-même, « Bad Times » tient une écriture maladroite et assez bordélique. « Bad Times« , c’est un film qui a tendance à partir dans tous les sens, et il s’emmêle les pinceaux avec lui-même. Pour son premier film, David Ayer a beaucoup d’idées en tête, et il veut traiter beaucoup trop de sujets en une seule et même œuvre. « Bad Times« , c’est un film qui parle des traumatismes de la guerre. C’est un film qui parle des quartiers sensibles de Los Angeles. C’est un film qui parle du chômage, de la recherche d’emploi, du rêve américain et surtout de sa désillusion. C’est un film qui parle de sécurité, c’est un film qui parle de petits trafics pour survivre. « Bad Times« , c’est aussi un film qui parle de l’immigration et de la population hispanique. Le film aborde la police de Los Angeles, les instances fédérales et le moyen d’y entrer. Bref « Bad Times« , c’est un film très riche, mais c’est finalement cette richesse qui finit par faire l’une de ses faiblesses. Si certains sujets sont plutôt bien traités, notamment les traumatismes de guerre ou encore le chômage, « Bad Times » est une œuvre qui aborde trop de sujets et elle finit par se perdre elle-même dans ses sujets et l’on ne comprend pas très bien où David Ayer veut en venir. Cette sensation de perdition est d’ailleurs décuplée parce que le réalisateur a moins de deux heures pour aborder tous les sujets dont il veut parler et en si peu de temps, il ne fait que les survoler et si quelques-uns sont plus fournis que d’autres, « Bad Times » laisse un sentiment de ne jamais aller au bout de ce dont il veut parler.

Pour ne pas faciliter la séance, David Ayer nous offre des personnages avec lesquels on a beaucoup de mal. Si l’on peut être touché par les traumatismes qu’a vécu l’un des personnages, ce qui l’amène dans une descente aux enfers assez radicale, c’est bien la seule chose qui tiendra notre intérêt, car pour le reste, le portrait de ces deux loosers est parfois plus agaçant qu’autre chose. Si les deux acteurs, Christian Bale et Freddy Rodriguez, sont parfois très bons, bien souvent, leurs personnages sombrent dans l’hystérie et ils en deviennent épuisants.

« Bad Times« , du côté de sa réalisation, laisse le même sentiment mitigé que ce qu’il nous raconte. S’il est clair que le film tient un certain cachet, et s’il est tout aussi clair que David Ayer a des idées, le résultat sur l’ensemble est le même, le film est trop dense, trop bordélique et trop tape à l’œil. « Bad Times » laisse la sensation que David Ayer ne sait quelle ligne choisir, alors il mélange toutes ses idées, et nous offre un patchwork, qui parfois à de la gueule, c’est vrai, et d’autres fois, on se demande encore où le réalisateur veut en venir. Et finalement, malgré un rythme assez dense, entre le bordélique de son scénario et le bordélique de sa mise en scène, « Bad Times » finit par se faire long.

Le résultat est donc très mitigé à la sortie de ce premier film de David Ayer. « Bad Times » est un film avec de belles idées, c’est un film qui tient de bons sujets et parfois même, c’est un film qui arrive à nous tenir, mais sur l’ensemble, le film de David Ayer se pose bien plus comme une déception et c’est dommage, car plus de retenue dans la mise en scène et recentré sur quelques sujets, il est certain que « Bad Times » aurait gagné en profondeur, en impact et tout simplement en qualité.

Note : 09/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.