octobre 26, 2020

Pinocchio

De : Matteo Garrone

Avec Roberto Benigni, Federico Ielapi, Gigi Proietti, Marine Vacth

Année: 2020

Pays: Italie, Angleterre, France

Genre: Fantastique

Résumé:

Geppetto, un pauvre menuisier, fabrique dans un morceau de bois un pantin qu’il prénomme Pinocchio. Le pantin va miraculeusement prendre vie et traverser de nombreuses aventures.

Avis:

Dans le paysage du cinéma italien, Matteo Garrone s’est imposé aux yeux du monde depuis un peu plus d’une dizaine d’années. Il faut dire qu’avec des films comme « Gomora« , « Tale of tales » ou encore le récent « Dogman« , le réalisateur a tapé fort et fait couler pas mal d’encre. Ayant un style bien à lui, Matteo Garrone a réussi à faire que chacun de ses nouveaux films se pose comme un petit événement qu’on a toujours très hâte de découvrir. Le nouveau film de Matteo Garrone aurait dû sortir le 18 Mars dernier, mais faute de virus, il fut dans un premier repoussé pour sortir cet été. Puis, sûrement dû à l’encombrement avec ce nombre incalculable de films repoussés, finalement le nouveau film de Matteo Garrone sera tristement privé de salle et on le retrouve alors directement à la VOD.

Pour son dixième film, Matteo Garrone a choisi de nous raconter « Pinocchio » et l’idée de voir le maestro italien nous raconter un nouveau conte faisait terriblement envie et l’on ne s’y est pas trompé, car le cinéaste nous entraîne dans un film superbe. A l’heure où le cinéma grand public s’uniformise, à l’heure où Disney nous ressort des versions live de ses films, qui bien souvent ont que peu d’intérêt, Matteo Garrone s’approprie cette histoire qu’on connaît et il nous entraîne dans un conte fascinant, aussi poétique que parfois sombre, voire même assez glaçant. Et finalement, à la sortie de cette séance magiquement sombre, le seul regret qu’on ait, c’est de ne pas avoir pu découvrir le film sur grand écran.

Geppetto est un pauvre homme qui vit seul. Un jour, alors qu’un cirque de marionnettes s’installe dans son petit village, après avoir vu les marionnettes, il décide de fabriquer le plus beau des pantins, ainsi, il pourrait le montrer, parcourir l’Italie et peut-être le monde et gagner sa vie honnêtement. Après avoir trouvé une belle bûche, Geppetto se lance dans la fabrication de ce petit pantin qu’il nomme Pinocchio et un miracle va se produire, puisque le petit pantin de bois va prendre vie et dès lors, une aventure aussi folle que terrible et incroyable va commencer.

« Pinocchio« , c’est l’un des contes qui fut le plus adapté à l’écran, on en compte pas moins d’une vingtaine. « Pinocchio« , c’est une histoire qu’on connaît tous et surtout à force, on la connaît par cœur et il est même devenu difficile finalement de réadapter « Pinocchio« , tant on a l’impression que tout a déjà été dit et été fait. Pour adapter « Pinocchio« , le mieux est de s’approprier cette histoire, et c’est ce que va faire de manière assez folle Matteo Garrone.

Oui, assez folle car Matteo Garrone nous livre un film à l’atmosphère unique, un film dans lequel il va privilégier le maquillage et les trucages à la place des effets spéciaux et autres fonds verts qui sont monnaie courante et surtout, il nous raconte de nouveau cette histoire et avec cette manière-là, on a l’impression de redécouvrir l’histoire de ce petit pantin de bois qui se rêve devenir un vrai petit garçon.

« Pinocchio« , c’est tout d’abord un scénario très bien écrit. Matteo Garrone sait très bien comment nous raconter cette histoire et surtout, il sait comment nous la raconter avec merveille et magie. Il est vrai qu’on aurait apprécié un film plus touchant, car si l’évasion et le spectacle sont bels et bien là, le film de Matteo Garrone, si touchant soit-il (car il est touchant), manque quelque peu d’émotions. Malgré tout, le réalisateur nous entraîne sans aucun mal, et cette aventure est un véritable conte en image.

Puis derrière la magie de cette histoire, derrière l’adaptation très joliment réussie, ce « Pinocchio » made in Garrone, c’est surtout une idée, une ambiance et un visuel, qui sont à couper le souffle. Comme je le disais plus haut, Matteo Garrone s’est totalement approprié le conte de Carlo Collodi et il est certain que « Pinocchio » porte la marque de son réalisateur. Les décors sont sublimes, le réalisateur préfère bien souvent le maquillage aux effets spéciaux et son petit pantin, comme toutes les créatures qui peuplent ce film, sont merveilleuses. C’est rare de voir un film comme celui-ci, et d’ailleurs le peu d’effets numériques que le metteur en scène se permet dénote tout de suite.

Très esthétique, Matteo Garrone a énormément travaillé son ambiance, son atmosphère et il livre un film aussi beau qu’il est sombre, et parfois « malaisant », tant le style est fou et radical. Un film qui sonne comme réaliste, avec sa peinture de cette Italie pauvre, et en même temps le film a tout du conte de fée, avec créatures et aventures héroïques.

« Pinocchio » se pose alors comme un conte pour adulte plus que pour les enfants (certaines séquences peuvent être traumatisantes quand on y pense), Matteo Garrone y faisant une proposition de cinéma forte et qui ne plaira pas à tous, car il faut se laisser emporter dans ce film qui est à l’opposé de ce que le cinéma actuel fait (et c’est tant mieux).

Si Roberto Benigni compose un Geppetto parfait, il est très loin d’être l’acteur principal du film, comme la promo et l’affiche veulent le laisser entendre. Ce « Pinocchio« , c’est avant tout le jeune et formidable Federico Ielapi, qui incarne à merveille le petit pantin de bois. On sera aussi ébloui par Rocco Papaleo, Massimo Ceccherini, Marine Vacth, Maria Pia Timo ou encore Davide Marotta qui, chacun, compose des créatures et des fées assez incroyables.

Œuvre aussi belle que folle, avec « Pinocchio« , Matteo Garrone envoûte, dérange et surtout, il fascine avec un film vraiment pas comme les autres. Un film qui ne laissera pas indifférent. Un film imparfait, qui aurait mérité d’être plus touchant, mais au final, sur l’ensemble, prenant la direction du conte baroque qu’il avait déjà emprunté avec « Tale of Tales« , ce « Pinocchio » se pose bien comme l’un des évènements de ce début d’année. C’est vraiment dommage qu’il n’ait pas eu le droit à une sortie en salle.

Note : 16/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.