novembre 30, 2020

Tyler Rake

Titre Original : Extraction

De : Sam Hargrave

Avec Chris Hemsworth, Rudhraksh Jaiswal, Randeep Hooda, Golshifteh Farahani

Année: 2020

Pays: Etats-Unis

Genre: Action

Résumé:

Tyler Rake est un mercenaire intrépide qui travaille dans l’ombre. Alors qu’il n’a plus rien à perdre, il est chargé par un puissant caïd mafieux, pour l’heure incarcéré, de sauver son fils qui a été enlevé. Mais dans le milieu glauque de la pègre, où se côtoient marchands d’armes et narcotrafiquants, la mission ultra-périlleuse de Rake frôle l’impossible. Et la vie du mercenaire et du jeune garçon risque d’en être bouleversée à jamais…

Avis:

Tandis que Netflix tend de plus en plus à produire des films médiocres (Code 8, La Terre et le Sang, Le Masque du Diable, etc…), certaines productions demeurent de petites surprises, comme ce Tyler Rake, film d’action complètement décomplexé qui fait un petit buzz depuis sa sortie. Il faut dire que tout ce qui englobe ce film est assez attrayant, de son pitch simpliste rappelant les meilleurs moments des années 80 à ses producteurs, les frères Russo, responsables notamment des deux derniers Avengers, de son acteur principal, Chris Hemsworth, à son réalisateur, Sam Hargrave, coordinateur des cascades sur les derniers films des frères Russo. Une sorte de petite famille qui veut s’éloigner des singeries de chez Marvel pour faire un film plus simple, plus direct mais spectaculaire dans sa mise en scène et ses scènes d’action. Un film qui rentre dans la catégorie de ces nouveaux films d’action, décérébrés mais jouissifs, généreux et explosifs. Car oui, Tyler Rake se range parfaitement entre The Raid et John Wick, et cela fait un bien fou de voir un défouloir simple, mais fait avec le cœur.

Le scénario tient sur un post-it. Un jeune garçon, fils d’un magnat de la drogue dans son pays, va se faire enlever par le magnat de la drogue du pays voisin. Il demande alors à son bras droit de le récupérer par tous les moyens et celui-ci fait appel à Tyler Rake, un mercenaire tête brûlée qui accepte cette mission suicide. Cependant, alors que Tyler récupère l’enfant, il va se faire chasser par toute la police du pays ainsi que par le bras droit de son employeur, qui ne compte pas vraiment lui verser la somme due. Pas besoin d’en écrire plus pour comprendre que le film va être un gros moment bien bourrin, où bagarres et fusillades seront notre quotidien. Cependant, on aurait pu craindre un long passage d’exposition, le film durant presque deux heures, en mettant en place un héros déchu et une crise politique asiatique. Mais Sam Hargrave, coordinateur de cascades et acteur à ses heures perdues, ne l’entend pas de cette oreille et veut faire un film rentre-dedans, où les différents backgrounds seront servis au sein de l’action et non pas avant, afin de donner du rythme. Et du rythme, on va en prendre plein la tronche.

Le film est généreux, c’est indéniable. Et c’est en partie grâce à cela qu’il gagne des galons et fait la différence avec la concurrence récente. Tyler Rake va droit au but et ne s’embête pas avec des moments inutiles d’exposition ou d’explication. Les informations arrivent durant l’action, permettant ainsi de comprendre tout ce qui se passe sans pour autant perdre en efficacité. Le réalisateur étant cascadeur et coordinateur des cascades, il sait filmer les scènes d’action et propose ainsi, dès le départ, des séquences assez folles de baston, où l’on ressent la douleur et où les chorégraphies sont millimétrées. C’est bien simple, dès la scène d’ouverture où Tyler Rake récupère l’otage, on est dans le bain, la violence étant totalement décomplexée et les scènes parfaitement lisibles. La caméra virevolte, ne tremble pas et délivre même quelques moments qui font mal, très mal (les coups de la table dans la tête ou encore du râteau sont vraiment excellents). Et cette « maestria » technique se retrouve même dans un immense plan-séquence de plusieurs minutes qui nous installe directement au sein de l’action. Une belle prouesse technique qui démontre une forte envie de cinéma et de sensationnel pour mieux percuter le spectateur avec des phases où l’on ressent vraiment les coups.

Si on pourrait reprocher au film de délaisser alors l’histoire, et de ne pas explorer mieux que ça un contexte politique et social, ce qui permet au film de devenir vraiment bon, c’est dans le traitement de son personnage principal. Outre l’implication très forte de Chris Hemsworth qui est vraiment excellent dedans, c’est surtout la façon dont Tyler Rake est traité. Mercenaire désabusé accro aux médocs et à l’alcool, on va petit à petit apprendre à le cerner et on comprend très vite pourquoi il veut aider cet enfant, trouvant en cette mission une réelle raison de vivre. Alors oui, parfois on nage dans la pathos et certaines séquences sont un peu lourdes, notamment lorsque le héros raconte sa vie au jeune gamin avec des larmes dans les yeux, mais ça fonctionne et on va ressentir une profonde empathie pour ce personnage rigoureux, suicidaire, mais pas insensible. Et il en va de même pour le jeune gamin, qui trouve en Tyler Rake un père de substitution, un homme qui le prend pour un être humain et pas seulement comme un colis à livrer ou à protéger. Alors on pourrait pester contre les antagonistes, pas forcément intéressants, avec un magnat de la drogue qui n’éprouve aucun sentiment, se permettant même de balancer des enfants du haut d’un toit d’immeuble, ou encore un adolescent opportuniste, mais en même temps, cela montre une certaine réalité à travers des enfants dans les rues qui ne trouvent comme solution que de s’engager auprès de types peu fréquentables, qui leur refilent alors des armes, comme si c’était des jouets. Et le film de trouver une léger fond, le rendant moins débile qu’il n’y parait.

Au final, Tyler Rake est un excellent film d’action qui s’insère parfaitement entre The Raid et John Wick. Généreux, puissant, violent et techniquement irréprochable, le film de Sam Hargrave déboîte sévère et permet même à Chris Hemsworth de démontrer ses talents d’action hero. Si on peut lui reprocher des méchants trop clichés et une légère absence de contexte social ou politique, le film n’est clairement pas là pour ça et préfère se focaliser sur son héros, sur son lourd passif et sur une action débridée qui nous tient en haleine durant les quasi deux heures du film. Bref, pour une fois, Netflix propose une réussite et c’est assez rare pour être souligné.

Note : 17/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.