octobre 27, 2020

Happy Times

Titre Original : Xingfu Shiguang

De : Zhang Yimou

Avec Zhao Benshan, Dong Jie, Li Xuejian, Dong Lifan

Année: 2002

Pays: Chine

Genre: Comédie, Romance, Drame

Résumé :

Zhao aime les femmes bien en chair. Après de multiples déconvenues, il rencontre enfin l’âme soeur, une veuve fort plantureuse qui consent à l’épouser à condition qu’il réunisse une importante somme d’argent pour le jour de la cérémonie. Ce modeste retraité fait alors appel à la générosité de ses amis pour réunir le montant exigé, mais celui-ci est bien trop élevé. Avec la complicité de son ancien apprenti Li, Zhao va s’improviser directeur d’hôtel…

Avis :

Zhang Yimou est un réalisateur chinois qui a commencé sa carrière à la fin des années 80. Pendant la décennie 90, il s’est fait remarquer à travers le monde dans différents festivals, ce qui l’amènera en 1999 à décrocher un Lion d’Or à Venise pour son film « Pas un de moins« , un film social qui aborde l’école et l’enseignement en Chine. Les années 2000, pour Zhang Yimou, ce sont les années de la consécration publique. C’est pendant cette décennie que le réalisateur explose avec « Hero« , « Le secrets des poignards volants » ou encore « La cité interdite« . Mais juste avant de réaliser « Hero« , Zhang Yimou a débuté les années 2000 avec un film qui est totalement méconnu, « Happy Times » et c’est vraiment dommage, car le film est une petite merveille de tendresse et d’humour.

Avec « Happy Times« , Zhang Yimou nous entraîne dans une tranche de vie particulière. Quelque part entre le film social, le film culturel et la comédie qui met de belle humeur, Zhang Yimou réalise là un film qui s’éloigne un peu de sa filmographie (enfin du moins pour ce que j’en ai vu) et ça fait du bien. On ressort donc de ce joli cru, amusé et le sourire aux lèvres et surtout avec la sensation d’avoir vu l’un des meilleurs films de son réalisateur.

Zhao est un homme à la cinquantaine bien passée qui n’a jamais réussi à se marier et fonder une famille. Zhao ne désespère pas et il enchaîne les rendez-vous. Alors que bien souvent, ce sont de jeunes femmes minces qui se présentent, il pense avoir trouvé l’âme quand une veuve se présente à lui. Cette femme bien en chair est tout ce dont le vieil homme rêvait. Cette femme s’occupe de la fille de son ex-mari, une jeune fille aveugle, qu’elle ne supporte pas. Elle demande alors à Zhao de lui donner du travail, pensant qu’il est le directeur d’un prestigieux hôtel. Or, Zhao est fauché, mais comme il ne veut pas prendre le risque de perdre ce qui pourrait bien être l’amour de sa vie, il va monter avec des amis tout un stratagème…

J’aime le cinéma de Zhang Yimou et je suis toujours curieux de découvrir l’un de ses films, surtout quand ce dernier est totalement méconnu, comme ce film sorti en 2002 et qui n’a pas fait grand bruit. Me lançant avec seule information son affiche que je trouve superbe, j’ai découvert une petite merveille oubliée avec « Happy Times« .

Pour son premier film, en ce nouveau siècle qui débutait, Zhang Yimou avait fait les choses bien et il nous livrait là un petit film aussi intéressant dans son fond qu’amusant dans sa forme et ses envies de comédie sociale pleine de fraîcheur.

« Happy Times« , c’est un scénario malin qui vire à l’imprévisible. Zhang Yimou nous entraîne dans plusieurs films en un seul et l’on se laisse totalement guider et surtout conquérir par la bonne humeur qui règne au sein de ce film. Commençant comme une petite comédie romantique comme on en a vu tant, Zhang Yimou va s’amuser à transformer son film et très vite, son intrigue va passer de la comédie mensongère au film d’arnaque, pour se conclure en un drame social des plus touchants. Un drame avec une fin émouvante même, pleine de bon sens, de jolis messages, et surtout une fin qui dégage une certaine poésie inattendue.

Ce qui est génial avec ce scénario qui évolue en permanence, c’est que finalement, on ne sait jamais à quoi s’attendre et Zhang Yimou propose toujours quelque chose qui charme. Même ce qui aurait pu être facile, ou encore ce qui aurait pu apparaître comme trop gros, passe ici parfaitement, parce que le metteur en scène chinois sait comment nous raconter cette histoire et il sait comment la mesurer. Alors bien entendu, il y aura parfois de petites maladresses, on aura parfois de petits doutes, mais sur l’ensemble, le tout est plus que convaincant. Le tout est adorable, et ce « Happy Times » est le genre de film qu’on aurait adoré ne pas voir se conclure.

Côté mise en scène, « Happy Times » est un joli bonbon acidulé, qui tire d’un côté sur la comédie ou plusieurs sortes de comédies, et de l’autre, il propose une exploration d’une certaine partie de la culture chinoise. Plein de bonne humeur, toujours positif, même quand certains pans de son histoire se font injustes. « Happy Times » dégage une belle énergie qui finit, en plus de nous prendre, par être contagieuse. Bien souvent, on se surprend à rire de bon cœur devant les petites mésaventures de cette bande de joyeux retraités qui essaient tant bien que mal de faire vivre ce mensonge par amitié. Puis comme je le disais, « Happy Times« , c’est aussi un joli drame social et Zhang Yimou fait preuve d’une très belle sensibilité dans son final.

Ce qui fait aussi qu’on se laisse totalement prendre par « Happy Times« , c’est bien évidemment ses comédiens que Zhang Yimou dirige à la perfection. Que ce soit, Benshan Zhao qui incarne cet homme qui cherche l’amour, que ce soit Jie Dong qui incarne avec beaucoup de délicatesse cette jeune femme aveugle, que ce soit Lifan Dong qui incarne une femme détestable au possible, ou encore cette bande d’acteurs qui incarnent les amis du cinquantenaire, tous sont excellents, drôles et attachants, même les plus détestables.

« Happy Times » est donc une petite perle totalement méconnue dans la belle et grande carrière de Zhang Yimou. Débarquant entre un Lion d’or et son « Hero« , le film est passé inaperçu et c’est tellement dommage, car il se pose bien plus que comme un coup de cœur. On s’amuse devant « Happy Times« , on est touché devant « Happy Times » et l’on quitte le film avec le sourire aux lèvres, l’esprit ailleurs, avec l’envie d’y retourner au plus vite. Bref, assurément l’un des meilleurs films de son réalisateur.

Note : 16/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.