novembre 30, 2020

Forte

De : Katia Lewkowicz

Avec Melha Bedia, Valérie Lemercier, Alison Wheeler, Jonathan Cohen

Année : 2020

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

L’important, c’est d’être soi-même. Mais pour Nour, 20 kilos en trop et un bonnet en guise de coupe de cheveux, c’est compliqué ! Elle ne semble être une option pour aucun mec… Bien déterminée à enfin séduire, elle a trouvé la solution imparable : la Pole Dance. Avec l’aide d’une prof un peu particulière et de ses deux meilleurs amis tout aussi paumés qu’elle, Nour va surtout essayer d’apprendre à s’accepter. 

Avis :

Katia Lewkowicz est une actrice française qui est venue à la réalisation au début des années 2010. Après avoir passé une belle décennie à jouer chez Eric Lartigau, Didier Bourbon, Eric Barbier ou encore dans la série « Hard« , Katia Lewkowicz est passée à la réalisation en 2011 avec « Pourquoi tu pleures ?« , film qui n’a pas connu un franc succès. S’ensuivra alors, trois ans après, « Tiens-toi droite« , un film totalement farfelu, mais qui amusait autant qu’il pouvait décevoir, car derrière la comédie « ovniesque » qu’il était, le film était une coquille creuse.

Il aura donc fallu attendre six ans pour revoir Katia Lewkowicz derrière la caméra et elle nous revient avec « Forte« . Il y a des films qu’on craint rien qu’en découvrant son affiche et autant dire que sur une échelle de un à dix, je me suis même demandé pourquoi j’entrais en salle. Je voyais déjà la comédie lourdingue et vulgaire arriver avec ses gros sabots, et à la découverte du troisième long-métrage de Katia Lewkowicz, c’est une bonne surprise qui a pointé le bout de son nez. Alors bien sûr, le film a des défauts, il a des facilités scénaristiques et au-delà de ça, il n’est pas un grand film, mais il se pose comme un petit moment de cinéma très sympathique, devant lequel on rit bien volontiers et surtout devant lequel on se laisse embarquer avec une certaine tendresse. De manière très étonnante, « Forte« , derrière cette affiche horrible, se pose comme le meilleur film de sa réalisatrice.

Nour, la vingtaine bien passée, est une jeune femme dont la vie est aussi facile qu’elle est compliquée. Drôle, naturelle, bien avec elle-même, même si… Nour a un CDI, une bande de potes et elle vient de se faire larguer comme une vieille chaussette. La justification ? L’ex de Nour veut sortir avec une femme, une vraie et pas avec UN pote. D’ailleurs, la nouvelle copine de son ex est un petit canon qui vient à la salle de sport où travaille Nour. Prenant conscience qu’elle est un peu un garçon manqué, Nour se laisse tenter par Sissi, une prof de Pole Dance, de se lancer dans cette discipline, ce qui va en étonner plus d’un, elle la première d’ailleurs…

Bienvenue dans le monde de la comédie française qui en fait trop, qui fait du lourd et du vulgaire, qui part avec un concept sympa à la base, mais qui finalement n’en fait rien. Ou qui en fait des sketches, en mettant une comique à la mode en tête d’affiche. En entrant en salle, j’étais quasi-certain d’en ressortir avec une chronique qui ressemblerait à peu de chose près à ceci (et encore heureusement que je n’avais pas vu la bande-annonce). Heureusement il n’en est rien, enfin rien de tout ceci, puisque « Forte« , le nouveau film de Katia Lewkowicz est une bonne petite comédie et plus largement un bon petit film.

« Forte« , c’est le genre de film qui est bourré de facilités du point de vue de son scénario. C’est un film qui, dans sa trame, dans son fil rouge, est sans grande surprise, car tout, absolument tout, se déroule comme cela doit se dérouler. On peut même dire que Katia Lewkowicz et Melha Bedia se sont entourées de clichés et d’évidences pour amener leur personnage du point A au point B sans trouver sur leur route, une petite brèche, un petit nid de poule qui ferait bousculer un peu le tout. Mais si tout est convenu, est-ce que cela en fait forcément un mauvais film ? Et bien la réponse est non, car malgré tout, « Forte » est un film pour lequel on n’éprouve pas mal de tendresse finalement. On sent que le tout est fait avec le cœur et que les deux scénaristes n’ont pas envie de nous entraîner vers une comédie lourdingue, qui fonctionnerait sur des sketches. Non, « Forte » est un film qui a un joli fond et qui questionne beaucoup sur le regard qu’on porte sur soi-même. Un regard qu’on retrouve sur bien des personnages, celui de Nour évidemment, mais aussi celui des amis, de la famille, et même sur ces femmes qui font du  pôle dance. Katia Lewkowicz apporte un joli regard sur cet ensemble, et derrière son scénario linéaire, elle creuse sans cesse ses personnages. Ainsi, en plus de l’intrigue autour de Nour, autour de cette femme qui va s’affranchir d’elle-même, pour elle, mais aussi des autres, « Forte » offre une gallérie de personnages aussi sympathiques qu’intéressants. Une petite mention pour ce qui est fait autour du personnage tenu par Bastien Ughetto, car on tient-là un sujet qui n’est quasi jamais abordé.

« Forte« , c’est une comédie qui est teintée de drama, et si la mise en scène de Katia Lewkowicz n’a rien de franchement de révolutionnaire, on lui laissera le fait qu’elle reste belle, élégante, évitant avec un certain brio la vulgarité qu’on voyait déjà arriver à grand pas. Entre humour et sérieux, « Forte » est un film qui déborde d’énergie, c’est un film qui est très bien dosé, qui arrive a trouvé son juste milieu, arrivant à vraiment nous faire rire (il y a un bon travail aussi bien dans les situations comiques que dans les répliques, dont certaines qui valent leur petit pesant d’or), comme il arrive aussi à être touchant, même si de ce côté-là, ça reste attendu.

Enfin, si Valerie Lemercier, Alisson Weelher, Bastien Ughetto, Nanou Garcia, Jonathan Cohen, Ramzy Bedia sont très bons, il est vrai que « Forte« , c’est Melha Bedia. D’ailleurs, c’est Melha Bedia qui est derrière ce projet, la jeune femme le tient depuis quatre ans, et elle se donne a font. Il y a une énergie folle qui émane d’elle, elle est drôle, elle est touchante, elle est naturelle, elle ose… Bref, c’est une belle surprise.

Je suis donc ressorti de ma séance plutôt conquis par ce « Forte« . Alors oui, comme je le disais, ce n’est pas non plus le film de l’année, scénaristiquement, même si l’ensemble est touchant, le film tire des ficelles trop faciles et l’ensemble est livré sans grande surprise, si ce n’est que le film est bon, et non lourdingue et vulgaire, comme on l’a vu chez beaucoup d’autres. Sans être non plus la priorité de la semaine, une fois que vous aurez été voir « Sans un bruit 2« , ou le « Pinocchio » de Matteo Garrone, si jamais l’envie vous en dit et bien laissez-vous tenter par « Forte« , rires et émotions seront au rendez-vous.

Note : 12/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.