octobre 28, 2020

Intimité

Titre Original : Intimacy

De : Patrice Chéreau

Avec Mark Rylance, Kerry Fox, Timothy Spall, Alastair Galbraith

Année: 2001

Pays: France

Genre: Drame, Erotique

Résumé :

Jay et Claire se retrouvent, chaque mercredi, dans le sous-sol d’une petite maison londonienne pour y faire l’amour. Dans cette relation passionnée, toute idée de sentiment et d’attachement est bannie. Les deux amants ne savent rien de leur vie respective jusqu’au jour où Jay va vouloir en savoir plus sur sa maîtresse.

Avis :

Patrice Chéreau est souvent considéré comme l’homme d’un seul film, « La Reine Margot« . Mais Patrice Chéreau, c’était bien plus que ce chef-d’œuvre de cinéma. Homme de théâtre et d’opéra, acteur à ses heures perdues et réalisateur de pas moins de dix films, et l’on ne parle pas des courts-métrages, Patrice Chéreau, disparu aujourd’hui, nous laisse un joli héritage. Et parmi cet héritage, aujourd’hui, j’ai eu l’envie de m’arrêter sur l’un de ses longs-métrages les moins connus, « Intimité« . Sorti en 2001 en toute discrétion, arrêtant sa course au bout de trois semaines à un peu moins de trois cent mille entrées, « Intimité » est pourtant un film qui mérite qu’on s’y arrête de nouveau.

Bien loin de la flamboyance de sa « … Reine Margot« , « Intimité » est un film qui porte très bien son titre, puisque pour son septième film, Patrice Chéreau a décidé de faire un film très intime dans tous ses choix. Que ce soit dans son intrigue ou sa réalisation, Patrice Chéreau filme cette rencontre amoureuse, et surtout sexuelle, de manière simple, réaliste, belle et crue et surtout, bien loin de toute vulgarité. Bref, quand Patrice Chéreau, en compagnie de Mark Rylance et Kerry Fox, se font intimes, c’est envoûtant.

Jay, la quarantaine, n’a pas grand-chose qui peut illuminer sa vie. Cette dernière se résume beaucoup au métro, boulot, dodo. Jay est divorcé et il voit peu ses enfants, et depuis quelques semaines maintenant, il voit Claire, la quarantaine aussi. Il ne sait pas vraiment comment cette relation s’est installée, mais une chose est sûre, ils ne sont qu’amants et ils ne se voient que le mercredi matin. Chaque mercredi, ils font l’amour sans rien savoir l’un de l’autre, sans exiger l’un de l’autre. Les deux amants se donnent sans jugement, seul compte le plaisir et l’intimité. Enfin, ça, c’était jusqu’à ce que Jay veuille en savoir plus sur Claire…

Patrice Chéreau qui a fait tourner Mark Rylance, forcément, quand je suis tombé sur ce film, j’ai eu l’envie de voir ce que cela pouvait donner et je dois dire que « Intimité » fut une expérience assez surprenante.

Si l’on regarde sur le papier, il est vrai qu’ »Intimité » est un film qui n’a rien de vraiment surprenant. Patrice Chéreau nous raconte l’histoire d’un couple d’amants qui se retrouve une fois par semaine pour faire l’amour. Le reste du temps, le réalisateur s’applique à retranscrire un quotidien, fait de pas grand-chose. Sur le papier, il est vrai qu’on a déjà plus intéressant que cette idée. Et pourtant à la découverte du film londonien de Patrice Chéreau, « Intimité » prend une toute une autre dimension. Une dimension qui est résumée dans son titre justement, l’intime. Avec ce film, Patrice Chéreau part à la découvre d’un couple, il part vers l’intime de deux personnes qui se rencontrent et qui n’attendent rien. « Intimité » est un film qui séduit et charme énormément par le fait qu’il est intime. Patrice Chéreau nous raconte cette tranche de vie au plus près, au plus proche de ses personnages, qui jouissent d’une très belle écriture. S’il y a bien du superflu, avec notamment tout ce qui est fait autour des amis de Jay, qui plombent un peu l’ambiance, car parfois on ne les comprend pas vraiment et d’autre fois encore, ils ont tendance à se clasher pour pas grand-chose, le réalisateur français arrive toujours à rattraper son film et surtout a le recentrer sur ce qui en fait sa vie, son envoûtement, cette relation étrange et magique à la fois.

Si l’écriture sur l’ensemble de cette intrigue peut apparaître comme banale, quand Patrice Chéreau resserre son film sur ces moments intimes, ces rencontres fugaces ou non, « Intimité » devient alors beau, tendre, touchant, agaçant parfois, et d’autres fois merveilleux. Patrice Chéreau nous fait passer par beaucoup d’émotions et de fascination au travers de ces rencontres. Puis derrière ces rencontres, « Intimité » est un film qui parle de l’intimité du corps, des sentiments, de la solitude et plus largement de la vie, des choix qu’on fait, des envies qu’on peut avoir, de ces frustrations, comme de ces moments de jouissance. Bref, c’est un bien joli et étonnant film que nous offre là le réalisateur français, à travers une histoire simple comme un bonjour.

« Intimité« , c’est un film qui est aussi intime dans sa mise en scène. Si parfois, il est vrai que le tout est un peu longuet, notamment parce que le film s’égare un peu, comme évoque plus haut avec les potes du personnage principal, on sera surpris du ton qu’adapte le réalisateur quand il s’attarde sur les relations intimes du mercredi matin de ses personnages. Rarement un réalisateur aura filmé le sexe comme cela. Certes, le film est cru, d’ailleurs, les relations n’ont pas l’air d’être simulé, mais il résonne comme simple, vrai, juste et surtout, on est très loin de la vulgarité qu’on trouve dans beaucoup d’autres films. Ces scènes sont belles et prenantes, notamment parce que le réalisateur a très bien travaillé avec ses comédiens, pour que ces scènes donnent le sentiment d’une humeur, d’un passé, ce qui donne énormément de profondeur aux personnages. Bref, c’est très étonnant et bien plus subtil qu’on pourrait le penser. Puis ces scènes ont une saveur toute particulière parce que Mark Rylance et Kerry Fox sont de grands acteurs et ils se livrent ici totalement.

« Intimité » est un Patrice Chéreau confidentiel, mais c’est surtout un Patrice Chéreau qui mérite d’être redécouvert. Charnel et intime, cru et réaliste, touchant et beau, je le répète, « Intimité » est un film qui porte très bien son titre.

Note : 13/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.