décembre 5, 2020

Tokyo Fiancée

De : Stefan Liberski

Avec Pauline Etienne, Taichi Inoue, Julie Le Breton, Alice De Lencquesaing

Année : 2015

Pays : Belgique, France, Canada

Genre : Romance, Comédie

Résumé :

La tête pleine de rêves, Amélie, 20 ans, revient dans le Japon de son enfance. Elle propose des cours particuliers de français et rencontre Rinri, son premier et unique élève, un jeune Japonais qui devient bientôt son amant. A travers les surprises, bonheurs et déboires de ce choc culturel drôle et poétique, nous découvrons une Amélie toute en spontanéité et tendresse, qui allie la grâce d’un ikebana à l’espièglerie d’un personnage de manga.

Avis :

Acteur, homme de télévision et humoriste belge, Stefan Liberski est aussi réalisateur à ses heures perdues. Ayant peu réalisé, on lui compte quatre films sur un espace de vingt ans, Stefan Liberski demeure un réalisateur qui a un oeil et un univers, en prouveront « Bunker Paradise« , « Baby Balloon » et « Tokyo Fiancée » qui, même si on a déjà vu bien plus marquant comme cinéma, ont tous un petit quelque chose qui fait qu’on passe un bon moment devant et même qu’on a envie de les retenir quelque part dans notre mémoire.

Troisième film pour Stefan Liberski, « Tokyo Fiancée » est le genre de petit film qui fait du bien. Sans être un grand moment de cinéma non plus, cette petite comédie douce et japonaise, nous fait passer un joli petit moment. Entre folie douce, joie de vivre, envie d’évasion et de culture, recherche de soi, « Tokyo Fiancée« , surtout en cette période de confinement, est une bonne solution pour s’aérer l’esprit. Décidément, Stefan Liberski a vraiment un petit truc.

Amélie est belge, mais elle est née au Japon et elle y a vécu avec ses parents jusqu’à ses cinq ans. Malgré les apparences, Amélie est une vraie Japonaise. Une Japonaise jusque dans l’âme. Amélie a attendu toute son enfance et son adolescence de pouvoir retourner dans le pays qu’elle aime et voilà, aujourd’hui Amélie a vingt ans, elle part étudier et ainsi vivre au Japon. Pour combien de temps ? Amélie ne le sait pas. Entre ses études, Amélie donne des cours de français et elle n’a qu’un seul client, Rinri, un jeune homme de son âge. Entre elle et ce jeune homme naît alors une belle relation et bientôt, Amélie se retrouve à vivre la vie qu’elle voulait…

Il y a des petits films comme ça, qui n’entreront jamais dans le panthéon des meilleurs films qu’on verra dans nos vies et pourtant, il se trouve que ces petits films-là, sur l’instant, font un bien fou et « Tokyo Fiancée » fait clairement partie de ceux-là.

Adapté de « Ni d’Eve, ni d’Adam » d’une certaine Amélie Nothomb, le film de Stefan Liberski est un petit régal pour son humour, pour sa découverte, pour sa poésie et son grain de folie. « Tokyo Fiancée » nous présente un personnage tout à fait adorable et à travers ses envies, ses désirs, ses doutes et ses déceptions, Stefan Liberski nous entraîne dans un petit tourbillon de tendresse, de délicatesse, et de recherche de soi. On y trouvera aussi une jolie histoire d’amour, avec un choc des cultures à la clef. D’ailleurs, tout le film est un joli choc des cultures. Ou plutôt, c’est un mélange des cultures, Stefan Liberski arrivant très bien à parler aussi bien de la culture japonaise que de la culture belge.

« Tokyo Fiancée« , c’est aussi un film qui charme de par son ambiance, son univers poétique et tendre. Le film jouit d’une jolie mise en scène qui est pleine de petites trouvailles, de petits moments tout mignons. On sent que Stefan Liberski a fait ce film pour de bonnes raisons, on sent qu’il s’amuse totalement derrière sa caméra pour nous raconter cette histoire. Certes, on pourra toujours dire que c’est un peu niais, que ça ne vole pas bien haut, mais l’ensemble se tient, c’est amusant et surtout, ça propose quelque chose et rien que pour ça, en plus du choc des cultures et son héroïne, « Tokyo Fiancée » mérite son coup d’œil.

Puis le film mérite aussi son coup d’œil car il est tenu par Pauline Etienne qui est vraiment une actrice qui mérite bien plus attention. Dans la peau d’Amélie (Nothomb), elle est absolument divine. Son personnage est l’une des très grandes forces de ce film et la façon de jouer, pleine de vie, toute pétillante, nous fait du bien. On adore cette Amélie et son actrice.

« Tokyo Fiancée » est donc une petite comédie tout ce qu’il peut y avoir de plus sympathique et enjoué. Plein de vie, de culture, de couleur, de poésie et de tendresse, on ressort de cette séance l’esprit ailleurs, avec l’envie de découvrir le Japon et plus encore de découvrir des ailleurs. Bref, « Tokyo Fiancée » est un joli moment qu, petit bonus, vous pouvez jumeler avec « Stupeur et tremblements » d’Alain Corneau, puisque vous retrouvez le même personnage sauf que c’est Sylvie Testud qui joue Amélie.

Note : 14/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.