Kuzco, l’Empereur Mégalo

Titre Original : the Emperor’s New Groove

De: Mark Dindal

Avec les Voix Originales de David Spade, John Goodman, Patrick Warburton, Eartha Kitt

Année : 2001

Pays : Etats-Unis

Genre : Animation

Résumé :

A la tête d’un royaume mythique se trouve Kuzco, un jeune empereur aussi capricieux que méprisant. Secondé par la perfide Yzma qui rêve de lui ravir le trône, il projette de bâtir une somptueuse résidence d’été sur une des plus jolies collines de l’empire. Il fait d’ailleurs venir le chef du village, l’imposant Pacha, pour le prévenir qu’il aura le grand honneur de voir sa maison détruite.
Kuzco congédie Yzma. Folle de rage, la diablesse élabore un plan délirant et fatal. Flanquée de son sbire, Kronk, elle se prépare à éliminer le jeune empereur et à régner.
Yzma invite son neveu à souper. Kronk est supposé verser du poison dans le plat de Kuzco, mais il se trompe et verse une potion qui transforme le prince en lama. Se rendant compte de leur erreur, Yzma et Kronk assomment le jeune souverain avec un vase et le balancent dans la charrette de Pacha qui part hors de la ville.

Avis :

Mark Dindal est un réalisateur américain dont on entend très peu parler. Concepteur d’effets spéciaux et de personnages, il a commencé sa carrière chez Disney et à travers les années 80 et 90, il a travaillé sur une pelletée de films du studio, dont notamment les célèbre « La petite sirène« , « Oliver et compagnie » ou encore « Aladdin« .

Si Mark Dindal réalise « Les chats ne dansent pas« , son premier film loin des studios Disney, c’est avec la firme qu’il réalise son deuxième film, qui reste à ce jour son plus connu, un film qui a même atteint le statut de film culte, puisqu’il s’agit de « Kuzco, l’empereur mégalo« . Alors que Disney a peu convaincu avec son film précédent, « Dinosaures« , sorti six mois plutôt, avec « Kuzco … » le studio livre là une petite bombe d’humour et de décadence. Original, fun, tordant, cartoonesque, le film de Mark Dindal est une bouffée d’air frais qui fait beaucoup de bien. Une bouffée d’air qui ne perd rien de sa vigueur et de son délire, alors même film vogue tranquillement vers ses vingt ans.

Kuzco est l’empereur des Incas et c’est un homme qui règne sur son peuple avec beaucoup d’injustice et d’égoïsme. Un jour comme un autre, il vire Yzma, son bras droit. Cette vieille femme décide alors de l’assassiner et de prendre sa place, mais malheureusement ses plans tombent à l’eau et Kuzco, qui devait mourir empoisonné, se retrouve transformé en lama. L’homme de main de Yzma devait alors tuer Kuzco, mais il n’eut le courage et l’empereur se retrouve par un heureux concours de circonstances sur le chariot de Pacha, un chef de village qui avait été convoqué par l’empereur plus tôt dans la journée. Loin de son palais, Kuzco, cet empereur on ne peut plus mégalo, va devoir apprendre à faire confiance et surtout, il va devoir ouvrir les yeux et changer s’il veut se sortir de ce mauvais pas…

Il y a des Disney qui sont une source d’émotions, d’autres qui sont de l’aventure, d’autres encore qui sont une source de réflexion, ou encore de poésie, de délicatesse ou encore des Disney qui sont juste classiques et banals… Puis il y a « Kuzco, l’empereur Mégalo« , qui est sûrement le plus fun et le plus délirant des Disney. « Kuzco … » et son histoire d’empereur changé en lama, c’est une heure et quart de délire, de personnages très hauts en couleurs. C’est une heure et quart de répliques tordantes et de scènes hilarantes.

Le film de Mark Dindal est assez singulier dans l’univers de Disney. Ce qui est étrange et génial à la fois, c’est cette sensation que le réalisateur ne s’est pas foulé, que ce soit du point de vue de la réalisation de son film, ou de son histoire et pourtant tout ici apparaît comme génial de bout en bout. « Kuzco … », c’est le film que l’on sent fait par amour et avec générosité. Certes, visuellement « Kuzco … » apparaît comme un film assez pauvre, mais ce n’est pas pour cela qu’il n’est pas efficace, et même mieux encore, c’est la pauvreté de ses dessins qui le rend fun. « Kuzco … », c’est un film qui va à l’essentiel et Mark Dindal sait comment gérer ses scènes de comédie, d’action ou d’aventures. Et le tout est livré avec une belle énergie communicative. En une heure et quart de film, Mark Dindal livre un métrage dense dans son énergie, dans son aventure (même si cette dernière est simple au possible) et simplement dans sa forme. C’est bien simple, une fois commencé, « Kuzco, l’empereur mégalo » ne s’arrête pas une seconde.

L’autre gros atout de « Kuzco … », c’est ces personnages qu’on adore. Mark Dindal nous offre des personnages qui sont plus géniaux les uns que les autres. Tous, on peut tous les prendre un par un, tous existent dans ce film et tous, en plus de servir, ont quelque chose en plus. Que ce soit Kuzco, génialement fou, à Yzma, méchante ô combien génialement délurée, en passant par Pacha, le vrai gentil ou encore Kronk qui est parfait en imbécile heureux, il sont tous terribles et ils nous font passer au-dessus de cette intrigue qui ne vole pas bien haut.

« Kuzco, l’empereur mégalo » est donc un petit régal. Certes, que ce soit du côté de l’intrigue ou de la qualité graphique, le film de Mark Dindal ne peut prétendre à être un grand Disney, pourtant, malgré tout, il reste un film adorable, efficace et surtout un film tordant qui déborde d’humour comme on en a rarement vu, voire jamais, dans un film Disney. Et c’est sûrement pour cela que ce petit Disney est devenu un culte !

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net