Mindhunter Saison 2

D’Après une Idée de : Joe Penhall

Avec Anna Torv, Jonathan Groff, Holt McCallany, Hannah Gross

Pays: Etats-Unis

Nombre d’Episodes: 9

Genre: Thriller

Résumé:

Avec le soutien de leur nouveau patron, les experts de l’Unité des sciences comportementales tentent de passer de la théorie à la pratique. Une succession d’affaires d’enfants assassinés à Atlanta est portée à la connaissance de l’agent Ford. Serait-ce l’œuvre d’une seule et même personne ?

Avis :

Joe Penhall est un scénariste, réalisateur et créateur de série britannique. Si son nom est passé sous silence, c’est à lui qu’on doit les séries « Moses Jones« , « Birthday » et bien entendu sa plus connue, « Mindhunter« . Si la série est bien souvent associée à David Fincher, et pour cause, il en assure une partie de la production et pour chaque saison, pour l’instant, il en réalise les trois premiers épisodes, derrière David Fincher, c’est Joe Penhall qui en est la source.

Après une première saison passionnante de bout en bout, il aura fallu attendre presque deux ans pour revoir ce qui se pose comme l’une des meilleures séries du moment. Sur une base de neuf épisodes, et non plus dix, cette deuxième saison reprend pile là où on l’avait quittée et à travers les nouveaux épisodes, la série de Joe Penhall va s’étoffer, et surtout elle va définitivement se poser comme une grande série. Une série sombre, réaliste, et surtout une série passionnante dans tout ce qu’elle entreprend. Que ce soit du côté de son scénario, du côté de sa mise en abîme, Joe Penhall et ses trois réalisateurs nous livrent un grand moment de télévision, dont chaque épisode mérite à lui seul un grand écran, c’est dire !

Quantico a un nouveau parton et ce dernier soutient totalement la section de recherche comportemental que Holden, Bill et Wendy ont lancé. Alors que les interviews dans tous les pays de tueurs en séries continuent, les deux agents vont bientôt mettre en pratique leur théorie, car à Atlanta, la ville est frappée par une vague de meurtres d’enfants noirs. Si les autorités se sont voilées la face, aujourd’hui, alors que les cadavres s’empilent, ils ne peuvent faire autrement et c’est Holden et Bill qui vont être envoyés sur place. Des questions se posent, et la principale est : a-t-on à faire à un seul homme?

La première saison de « Mindhunter » fut une claque offrant dix épisodes quasi-parfaits et il est clair que la deuxième saison était on ne peut plus attendue et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’après ces neuf nouveaux épisodes, la troisième saison qui n’arrivera surement pas avant 2021 sera l’un des grands évènements télé de cette année-là, tant « Mindhunter » vient de confirmer tout le bien qu’on pensait d’elle.

Retour à Quantico donc, la cellule d’étude des comportements prend de l’ampleur et à travers ces nouveaux épisodes, « Minhunter » ne va faire que donner de plus en plus de profondeur, aussi bien à cette étude qu’à sa mise en pratique, ou encore à ses personnages qui, plus la série avance et plus elle se fait passionnante. Entre interviews de grandes figures chez les criminels, avec l’arrivée de Charles Manson, vie privée qui pour certains se fait difficile et cette affaire qui se met peu à peu en place, « Mindhunter » se fait puissante, passionnante, prenante, voire même presque terrifiante, tant elle a le souci du détail. Toujours basé sur des faits réels, chaque épisode se pose comme un cadeau qui déborde de cinéma. Chaque épisode appelle irrémédiablement le suivant et le seul petit défaut qu’on aurait reprocher à cette nouvelle saison, comme la précédente d’ailleurs, c’est de se faire bien trop addictive et on a tendance à bien trop vite la regarder, et une fois arrivé au bout, une fois le générique arrivé, « Minhunter » laisse un grand vide.

Comme je le disais, la série est parfaitement écrite et tenue par une intrigue géniale et des scénarios passionnants et cette passion, on la retrouve aussi dans la mise en scène des trois grands réalisateurs qu’on retrouve derrière la caméra. Comme la précédente, c’est David Fincher qui s’occupe de l’ouverture, puis il passe le relais à Andrew Dominik (« L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford« , « Cogan : Killing Them Softly« ) et c’est enfin Carl Franklin (« Un Faux mouvement« , « Le Diable en robe bleue« ) qui conclura cette saison. Les trois réalisateurs font front commun et tout en injectant de leur style, ils livrent un ensemble cohérent, fluide et forcément passionnant.

Si Jonathan Groff, Holt McCallany et Anna Torv sont toujours aussi bons et voient leurs personnages encore plus approfondis, on appréciera aussi le fait que la saison développe les personnages tenus par Joe Tuttle et Stacey Roca. Puis comme toute nouvelle saison, on trouve de nouveaux personnages avec notamment l’arrivée de Michael Cerveris. Une mention spéciale à Damon Herriman qui trouve là,= son rôle de Charles Manson, rôle qu’il retiendra chez Tarantino la même année, pour « Once upon time … in Hollywood« . Puis comme pour la saison précédente, mention spéciale à Cameron Britton qui l’espace d’un épisode revient dans la peau de Ed Kemper et il est toujours aussi terrifiant.

Cette deuxième plongée dans l’Amérique des années 70 est encore une fois une réussite totale. Puissante et passionnante, sombre, intelligente, historique, « Minhunter » se pose vraiment comme l’une des séries les plus passionnantes qu’on trouve en ce moment. Il faudra attendre sûrement deux ans pour avoir une troisième saison, et clairement, pour avoir cette qualité-là de cinéma, l’attente vaut amplement le coup.

Note : 18/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net