Et mon Cœur Transparent

De : Raphaël et David Vital-Durand

Avec Julien Boisselier, Caterina Murino, Serge Riaboukine, Sara Giraudeau

Année : 2018

Pays : France

Genre : Thriller

Résumé :

« Je m’appelle Lancelot Rubinstein, ma femme est morte ce jour-là, à cet instant précis. Elle s’appelait Irina. Le plus étrange dans cette histoire c’est de découvrir la personne avec laquelle on vit une fois qu’elle est morte. »

Avis :

Débarquant de nulle part, avec « Et mon cœur transparent« , Raphaël et David Vital-Durand nous livrent-là leur premier long-métrage. Mais qui sont ces deux frères réalisateurs originaires de Lyon ? Venant d’une famille d’artistes, les deux frères commencent leur carrière dans la publicité au début des années 90. De publicité en publicité, ils dérivent et commencent une carrière dans le clip vidéo, réalisant des vidéos pour Brigitte Fontaine, Sinead O’Conor, Ismaël Lo, Johnny Hallyday ou encore Elton John.

Après une vingtaine d’années de carrière, les deux frères passent aujourd’hui le cap de la réalisation de leur premier film long-métrage. « Et mon cœur transparent« , c’est le genre de film qui n’a pas connu les joies de la grande diffusion, sortant de manière quasi-anonyme dans les salles françaises et c’est vraiment dommage, car à l’heure de la découverte, presque deux ans après sa sortie, « Et mon cœur transparent » s’avère être un petit bijou, très loin des familiarités que le cinéma français a l’habitude de proposer. Alors qu’il aurait été peut-être plus simple de faire une petite comédie sociale, ou un drame larmoyant, les frères Vital-Durand ont opté pour autre chose et le moins que l’on puisse dire, c’est que le résultat vaut très largement le détour, tant « Et mon cœur transparent » nous entraîne dans une expérience de cinéma aussi singulière que puissante.

Lancelot Rubinstein, la quarantaine, est un homme qui s’ennuie dans sa vie, mais cette dernière va basculer le jour où il fait la connaissance d’une chaussure qui lui tombe dessus. Cette chaussure, elle appartient à Irina, une femme superbe dont Lancelot tombe totalement amoureux. Lancelot plaque tout pour elle et après trois ans d’amour, et un mariage, cette femme qui a bousculé sa vie meurt dans un accident de voiture. Et alors qu’il pensait connaître sa femme, Lancelot va la découvrir vraiment…

« Et mon cœur transparent« , c’est le film qu’on n’attendait pas, et qui est passé totalement inaperçu et c’est bien dommage, car pour leur premier film, les frères Vital-Durand livrent là un objet de cinéma assez fabuleux.

« Et mon cœur transparent« , c’est avant tout une ambiance et un style visuellement puissant. Dès les premières images, on sent que les deux réalisateurs ont une ambition. On sent que visuellement, ils veulent retenir toute notre attention et ça fonctionne parfaitement du début à la fin. « Et mon cœur transparent« , c’est un thriller impeccable qui tient son mystère jusqu’au bout. Il y a quelque chose de l’ordre du rêve qui s’échappe de ce film. « Et mon cœur transparent« , c’est un doux et sombre mélange entre réalité, rêve, drame, thriller, et une touche d’absurdité comique. Les deux frères ont une vision et ce film est comme une sorte de promesse pour l’avenir. Alors que ce n’est que leur premier film, que ce soit les plans, les séquences, les couleurs, la photographie, le rythme, les répliques, la direction des acteurs, la BO d’Erwan Coic, tout respire le détail et au-delà de ça, tout a un sens, tout sert son intrigue et tout est important. Les deux ont vraiment un sens du cinéma qui fait très plaisir à voir.

Si visuellement le film des Vital-Durand est très beau, il se révèle être aussi un joli coup de cœur dans son intrigue. « Et mon cœur transparent« , c’est un film complexe dans ce qu’il raconte, car les deux réalisateurs s’amusent avec le mystère de son intrigue. Construit comme une enquête où un homme découvre le vrai visage de l’être aimé après sa mort, « Et mon cœur transparent » nous tient car il donne l’impression qu’il peut toujours aller plus loin dans ses révélations à la scène suivante. Jouant aisément entre les styles, les deux réalisateurs se permettent d’être romantiques quand il le faut, ils se permettent une enquête prenante où se croisent espoirs, désespoirs, fausses pistes et sentiments confus et bouleversés. Bref, les deux réalisateurs tiennent leur ligne jusqu’au bout, et arrivent même à nous surprendre avec un dénouement totalement inattendu.

Enfin, « Et mon cœur transparent« , c’est aussi un casting impeccable lui aussi. Un casting où ressort très facilement Julien Boisselier, qui trouve là l’un de ces meilleurs personnages. Ca faisait un bout de temps qu’on n’avait pas vu l’acteur comme ça. On retiendra aussi la grâce de Caterina Murino qui crève l’écran dans un rôle complexe et beau. On retrouve aussi dans de petits rôles Serge Riaboukine, Michel Bompoil, ou encore Sara Giraudeau. Bref, comme je le disais, le casting est impeccable, mais il est vrai que pour certains, même s’ils sont très bons, leurs personnages auraient mérité d’être un peu plus développés.

Ce premier film pour les frangins Vital-Durand est une belle, très belle, réussite. Certes, je n’en ai pas vraiment parlé mais « Et mon cœur transparent » n’est pas non plus parfait, il a ses petits défauts, mais face à tout ce qu’il a bon, de bien et de puissant, ça ne vaut même pas le coup de s’y attarder, car ils sont vite gommés et oubliés. Puissant visuellement parlant, fort et intriguant, « Et mon cœur transparent » est ni plus ni moins qu’un très beau coup de cœur. On attend avec beaucoup d’impatience maintenant de découvrir un nouveau film du duo.

Note : 16/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net