novembre 30, 2020

Dawn of Solace – Waves

Avis :

On ne peut pas dire que Tuomas Saukkonen soit du genre à se reposer sur ses lauriers. Chanteur, musicien multi-instrumentiste talentueux, songwriter prolifique, il lance en 1999 le projet Before the Dawn avec lequel il fera en tout 7 albums. Entre deux albums de Before the Dawn, il lance Dawn of Solace et sort l’album The Darkness. Il s’agit d’un projet death mélodique où il ajoute un vocaliste de chant clair complémentaire de son chant à lui qui est plutôt dans le registre chant harsh/growl. Deux ans plus tard, toujours entre deux albums de Before the Dawn, il lance Black Sun Aeon avec lequel il sort trois albums tout en continuant de travailler sur Before the Dawn. En 2013, il arrête tout et lance Wolfheart, d’abord comme one-man band puis sous la forme d’un trio/quatuor. En 2019, Saukkonen relance Dawn of Solace et sort Waves. Contrairement à l’album The Darkness, le chanteur clair n’est plus un guest mais un membre à part entière. Suokkonen s’occupe des guitares acoustiques et électriques, de la basse, de batterie, des percussions et du clavier, et Mikko Heikkilä du chant.

Un choix payant car Heikkilä a une voix magnifique, chaleureuse et le contraste entre son chant mélancolique et les orchestrations denses, profondes et riche fait mouche à chaque coup. Et ce dès le début avec le très beau Lead Wings où après près de 2 minutes d’instrumental qui mettent dans cette ambiance finlandaise dont Saukkhonen a le secret, il déboule et met des frissons dès ses premières gammes. Le très « insomniumesque » Ashes, hyper lourd et massif colle l’auditeur par terre, alors que Silence contient des moments bien péchus. Puis vient Hiding où l’alchimie entre les deux atteint son paroxysme. Un sommet de mélancolie qui commence avec une gratte sèche et qui monte doucement en pression avec un refrain sublime à faire pleurer un insensible chronique, où la lourdeur des riffs de Saukkonen et la voix d’ange d’Heikkilä se marient à merveille. Tuli, morceau intégralement chanté en finnois, est le gros moment énervé de l’album. Un mélodeath bien senti avec un riff abrasif et un mix voix claire/voix harsh du plus bel effet. Numb et Choice sont tout autant de morceaux de bravoure où Saukkhonen et Heikkilä font parler la poudre avec une émulation qui les emmène à offrir le meilleur d’eux même. Waves se conclut par le poignant Ghost, tout en sobriété avec un duo clavier/voix tout en douceur.

Si au premier abord, la pochette n’est pas hyper engageante, Waves est un petit bijou, la formule du death à chant clair flirtant parfois avec le doom et le gothic fonctionne parfaitement bien. C’est un album riche, généreux, véritable concentré d’émotions et par moments beau à en pleurer. Pas le genre d’album qui fait tourner les serviettes, mais assurément celui qui touche au cœur et aux tripes.

  • Lead Wings
  • Ashes
  • Silence
  • Hiding
  • Tuli
  • Numb
  • Choice
  • Ghost

Note : 18.5/20

Par Nikkö

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.