décembre 5, 2020

Jack et la Mécanique du Cœur

De : Mathias Malzieu et Stéphane Berla

Avec le Voix de Mathias Malzieu, Olivia Ruiz, Grand Corps Malade, Jean Rochefort

Année : 2014

Pays : France, Belgique

Genre : Animation

Résumé :

Édimbourg 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son cœur en reste gelé. Le Docteur Madeleine le sauve en remplaçant son cœur défectueux par une horloge mécanique. Il survivra avec ce bricolage magique à condition de respecter 3 lois: premièrement ne pas toucher à ses aiguilles, deuxièmement maîtriser sa colère et surtout ne jamais Ô grand jamais, tomber amoureux. Sa rencontre avec Miss Acacia, une petite chanteuse de rue, va précipiter la cadence de ses aiguilles. Prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel un Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais, à Paris jusqu’aux portes de l’Andalousie.

Avis :

Mathias Malzieu, c’est le chanteur du très bon groupe Dionysos. Groupe qui, depuis presque trente ans maintenant, se fait passionnant et égaille le paysage du rock français. Véritable touche à tout, Mathias Malzieu est aussi écrivain, conteur, scénariste et réalisateur. Alors que « La mécanique du cœur » est son deuxième roman, Mathias Malzieu décide de le mettre en images et c’est ainsi que va naître son premier film. Film qui sera coréalisé par Stéphane Berla, qui est quant à lui graphiste et réalisateur de clips et de publicité.

« La mécanique du cœur« , en plus d’être un roman, c’est aussi un album de Dionysos que j’aime énormément et j’avais beaucoup de curiosité pour le film qu’ont réalisé Malzieu et Berla. De la curiosité parce que Mathias Malzieu passait alors à la réalisation. Parce que pour « Jack et la mécanique du cœur« , Malzieu et Berla avaient choisi de faire dans l’animation et plus simplement parce que l’univers, les chansons, l’affiche ou encore les visuels avaient l’air d’être un grand bol d’air frais. Et j’ai vraiment bien fait de m’y arrêter puisque « Jack et la mécanique du cœur » est le morceau de poésie et de bonheur que j’avais envie de voir. Beau, délicat, amusant et original, cette première réalisation pour Malzieu et Berla est une très belle réussite.

Édimbourg, 1874, on dit que Jack est né pendant la nuit la plus froide du monde. Cette nuit-là fut si froide qu’elle gela le cœur de Jack à jamais et la sage-femme qui l’accoucha lui fabriqua un cœur avec une horloge. Dès lors ne serait-ce que pour vivre, Jack devra respecter trois règles simples.

01 : tu ne devras pas toucher tes aiguilles.

02 : tu devras maîtriser sa colère.

Et 03 : surtout, tu ne devras jamais tomber amoureux…

Puis soudain, à l’adolescence, Jack fait la connaissance de Miss Acacia…

En France, on n’y pense pas souvent, mais il se trouve qu’on a de quoi se défendre dans le domaine de l’animation et si les films qui sortent sont assez peu nombreux et généralement ramènent moins de monde en salles que des Disney ou des Pixar pour ne citer qu’eux, il est dommage de ne pas mettre en avant nos petites pépites et dans ce camp-là, aujourd’hui, je tire la carte de la première réalisation de Mathias Malzieu et Stéphane Berla, « Jack et la mécanique du cœur« .

« Jack et la mécanique du cœur » est un film particulier car quand on le découvre avec son histoire sombre, les thèmes abordés ou encore son caractère qui tient tout autant de noirceur, on se demande à quel public il est vraiment adressé. Et est-ce que nos plus petits pourraient entrer dedans ? La réponse est floue de ce côté-là, mais de l’autre, il est clair que pour nous, adultes, le film est une merveille qui nous transporte avec originalité et poésie dans une intrigue touchante, emmenée par une galerie de personnages hauts en couleurs comme on les adore.

« Jack et la mécanique du cœur« , c’est une intrigue sublime et radicalement différente de ce qu’on a l’habitude de voir dans le cinéma d’animation tout court. Mélangeant romance, film d’aventure et drame humain, le film de Malzieu et Berla, à travers les péripéties de ces personnages, aborde des thèmes assez durs pour un dessin animé. Ainsi, « Jack et la mécanique du cœur » aborde les déceptions amoureuses, les rivalités, l’alcoolisme ou encore la mort et l’injustice. Et même si le film abordera aussi l’amitié, l’amour, ou encore la découverte de soi, on ne peut pas dire que ce soit vraiment la joie à l’écran et dans un sens, c’est ce qui en fait toute son originalité et son charme, et plus on y pense et plus « Jack et la mécanique du cœur » se pose comme un film pour adulte. On est touché par le parcours de Jack, on est touché par ses rencontres, loufoques avec Méliès ou sombres avec Joe ou encore pleines de poésie avec Miss Acacia. Bref, si je n’ai pas lu le roman de Mathias Malzieu, « Jack et la mécanique du cœur » se pose en tant que film, comme un sublime métrage.

Autre argument de grande qualité, c’est évidemment l’ambiance et l’univers de ce film. « Jack et la mécanique du cœur » regorge de créativité, Malzieu et Berla nous entraînent dans un film unique dans le paysage du cinéma français. Un film qui n’est pas sans rappeler du Tim Burton, et en même temps, les deux réalisateurs s’en détachent pour créer leur propre univers et leur propre style. Et en plus d’une réalisation intelligente et délicate, il faut saluer la qualité folle des graphismes. Si parfois, on sent que les deux metteurs en scène n’ont pas eu tous les moyens qu’il faut, il n’en demeure pas moins que leur film est une invitation et que bien au-delà de ça, « Jack et la mécanique du cœur » jouit de ce manque de moyen, car cela lui donne un charme en plus. On appuiera aussi sur la réussite de Malzieu et Berla à faire ce qu’ils veulent, leur film oscillant avec fluidité entre film d’aventures, comédie musicale, drame humain, et un film qui déborde de poésie. De la poésie partout et tout le temps.

Enfin, « Jack et la mécanique du cœur« , c’est un casting de voix excellentissime. Un casting où se côtoient les voix de Mathias Malzieu lui-même, celle de Jean Rochefort, celle du Grand Corps Malade, d’Olivia Ruiz, d’Arthur H, Rossy De Palma, Emily Loizeau, Dani, Cali ou encore Alain Bashung… Bref, ce casting vocal est une merveille.

« Jack et la mécanique du cœur« , le premier film de Mathias Malzieu et Stéphane Berla est donc une petite merveille. Plongée dans un univers sombre et poétique à la fois, le film nous entraîne de la plus belle des façons dans son intrigue, dans son aventure, dans son histoire d’amour et l’on en ressort la tête pleine de belles images, de moments durs et tendres à la fois, la tête pleine de musique et la tête pleine de cinéma tout simplement.

Note : 15/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.