décembre 2, 2020

Un Faux Mouvement

Titre Original : One False Move

De : Carl Franklin

Avec Bill Paxton, Cynda Williams, Billy Bob Thornton, Michael Beach

Année: 1993

Pays: Etats-Unis

Genre: Policier

Résumé:

Le shériff d’une petite ville de l’Arkansas voit débarquer dans sa juridiction la police de Los Angeles. Elle est à la recherche d’un trio de braqueurs meurtriers qui pourrait se réfugier dans la bourgade. En effet, l’oncle d’un des membres de la bande infernale habite ici… Les méthodes de travail des « flics de la ville » et des « flics de la campagne » sont très différentes et cela provoque des étincelles pendant l’enquête.

Avis:

Carl Franklin est le genre de petit réalisateur qui avait très bien commencé sa carrière, mais qui n’a pas vraiment passé le cap des années 2000. Après six films, Carl Franklin a déserté les salles de cinéma et aujourd’hui, on le retrouve principalement à la télévision. On notera toutefois qu’il travaille sur les meilleures séries du moment, « The Leftovers« , « House of cards« , Mindhunter« , « Ray Donovan« … Après un premier film qui fait office de série B totalement méconnu, Carl Franklin revenait au début des années 90 avec l’un de ses films les plus remarqués, « Un faux mouvement« . Le film raflera le Grand Prix au Festival de Cognac, et sera même cité par le National Board of Review comme l’un des dix meilleurs films sortis en 1993.

Oublié aujourd’hui, « Un faux mouvement » est un petit polar intéressant qui se suit avec un certain plaisir et ça, même si l’ensemble a pris un petit coup de vieux. Écrit par Billy Bob Thornton entre autres, « Un faux mouvement » est un film qui joue avec les genres, qui s’aventure-là où on ne s’y attend pas et qui nous est livré avec de très bons comédiens. Bref, si le moment de cinéma n’est pas aussi grand que je l’aurais voulu, il n’empêche que je ne regrette à aucun moment de m’y être arrêté.

Los Angeles, une série de meurtres vient d’être commis la nuit dernière. Alors que les suspects sont très vite identifiés, deux enquêteurs s’envolent pour l’Arkansas, car les trois meurtriers sont en fuite pour trouver refuge dans la région. Sur place, les deux enquêteurs vont faire la connaissance de Dale « Hurricane » Dixon, un homme aux méthodes campagnardes, bien différentes de celle de la ville.

Troisième long-métrage pour Carl Franklin et il est clair que ce « Un faux mouvement » est à classer dans ce que le film réalisateur a fait de mieux. Petit film oublié, « Un faux mouvement » mérite amplement qu’on le redécouvre tant ce dernier s’impose comme un bon petit moment de cinéma.

« Un faux mouvement« , c’est un film qui essaie des choses, Carl Franklin voulant surprendre son spectateur en tout temps. Ainsi, le film commence comme un thriller urbain perdu dans les rues de Los Angeles, avant de s’aventurer sur d’autres routes, comme celle de la cavale à la campagne. D’un coup, au polar, Carl Franklin injecte à son œuvre un côté western qui est bien vu et bien venu. Enfin, comme le cinéaste a une envie folle de cinéma, il va encore faire basculer son film pour finalement le transformer peu à peu en drame crépusculaire. Le scénario, même si ce dernier a un ventre mou, arrive toujours à se rattraper, et surtout à nous tenir en suspens et intérêt jusqu’à ce final, assez incroyable pour le coup. D’ailleurs, si tout est bien fait, tout en manquant peut-être d’impact, les derniers instants du film sont presque glaçants et il est clair que sans cette fin, « Un faux mouvement » ne serait qu’un film parmi tant d’autres. Cette fin apporte énormément et c’est ce qui l’élève dans la masse.

Du côté de la mise en scène, Carl Franklin nous livre un film très sombre, qui développe une ambiance quasi-glaçante par instant (le film est souvent violent, notamment son ouverture qui est une terreur si l’on peut dire). On appréciera les petites touches d’humour et de légèreté que le film injecte par petits coups bien pensés, notamment quand le film s’amuse à opposer les méthodes des flics des villes et ceux de la campagne. D’ailleurs, le flic de la campagne est merveilleusement campé par Bill Paxton, qui s’en donne à cœur joie.

Mais voilà, si tout l’ensemble dégage de l’intérêt, il est vrai que le film a pris un sacré coup de vieux, et parfois même si tout est bien fait, l’ensemble manque de souffle et apparaît comme dépassé, déjà vu ou démodé. Il faut donc replacer le film dans son contexte et être indulgent sur certains choix et certaines idées.

Du côté des personnages, l’ensemble est assez jouissif. Si les personnages sont loin d’être creusés et apparaissent comme des stéréotypes, ils sont génialement campés. Ainsi, en plus de Bill Paxton, on trouve un Billy Bob Thornton en tueur cinglé avec une queue de cheval. On trouve un Michael Beach, terrible en tueur sadique qui ne fait pas dans le détail. On sera séduit par Cynda Williams, qui est le petit rayon lumineux de ce film. Et enfin, il faut mentionner Dud Cole et Earl Billings qui composent ce duo de flics des villes.

Bon petit moment de cinéma, « Un faux mouvement » a certes pris un coup de vieux, mais il demeure néanmoins un film qui a son petit cachet. Carl Franklin essaie beaucoup de chose, il déborde de cinéma et si tout n’est pas à la hauteur, il n’empêche que la séance rétro est on ne peut plus sympathique et il se pose comme un film qui mérite amplement d’être redécouvert.

Note : 14/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.