janvier 19, 2021

Kingdom Saison 2

D’Après une Idée de : Kim Seong-Hun

Avec Ju Ji-Hoon, Ryu Seung-Ryong, Doona Bae, Kim Sang-Ho

Pays: Corée du Sud

Nombre d’Episodes: 6

Genre: Horreur

Résumé:

L’épidémie n’épargne personne, et les malades ne sont pas les seuls monstres à faire obstacle au prince Chang qui lutte pour protéger le royaume.

Avis :

Les pays asiatiques possèdent un cinéma assez marquant et qui est assez loin des standards que l’on peut voir en France ou aux Etats-Unis. Baignant souvent dans un polar âpre et sans concession, les films japonais, chinois ou coréens sont toujours des évènements que l’on attend avec impatience tant il y a là-dedans une culture précise et une façon de faire qui ne peut laisser indifférent. Néanmoins, s’ils sont très forts dans le thriller, certains films d’horreur auront marqué leur époque comme The Ring ou The Grudge dans leurs versions originales. Cependant, le zombie n’a pas l’air d’être une créature forcément appréciée dans la culture asiatique et il faudra attendre l’énorme Dernier Train Pour Busan pour voir les coréens parler de zombies. En 2019, Netflix proposait alors Kingdom, une série historique avec des zombies dedans, qui se passe dans une Corée médiévale que l’on connait assez peu. Le résultat était tout bonnement incroyable, avec six épisodes menés tambour battant, mélangeant intrigue, coup d’état et invasion zombie. Finissant sur un cliffhanger de malade, on attendait la suite avec impatience, et on n’est pas du tout déçu.

La série reprend bien évidemment là où la précédente saison s’était arrêtée, c’est-à-dire à l’attaque de masse des zombies aux portes d’une grande ville. Il va être assez compliqué de résumer la deuxième saison de Kingdom car elle est assez riche et les noms des personnages sont difficilement retenables. Tout ce qu’il faut savoir, c’est que le prince Chang décide d’aller à la rencontre du père de la reine, qui fait tout pour le dénigrer et placer sa lignée à sa place. On sait d’ailleurs que c’est lui qui a transformé le roi en zombie afin de placer sa fille et son fils qui doit naître sur le trône. Chang ne veut pas du trône qui lui revient de droit, mais il veut destituer la reine qui a affamé le peuple. Avec sa petite troupe, Chang va voyager et tenter de faire valoir sa parole pour ne pas être tué pour haute trahison. De ce fait, entre les zombies à éviter et à exterminer pour éviter la mort du peuple et les membres de la cour qui complotent dans son dos, son Altesse a pas mal de pain sur la planche. Et finalement, cette deuxième saison de Kingdom va trouver un juste équilibre entre les manipulations pour le pouvoir et les attaques de zombies, qui sont d’ailleurs intimement liées.

Comme toujours, la première chose qui frappe dans Kingdom, c’est la maestria de sa réalisation. Entièrement mise en scène par Park Inje, cette deuxième saison est tout simplement sublime. Les décors sont grandioses, les costumes sont beaux et on vit une vraie plongée dans cet univers médiéval assez inédit où les villes-cités côtoient les grands temples et les villages dégarnis. En dehors de l’aspect matériel, la photographie est superbe. Certains plans sont dignes du septième art et on sent que les moyens ont été mis dans cette entreprise, puisqu’on est proche, sur certains plans, du cinéma et même de certaines grosses productions. Tout comme les effets spéciaux, qui sont vraiment bien faits. Si on pourra émettre quelques réserves sur le sang en CGI, les zombies sont bien foutus et le côté gore est totalement assumé, décapitant à tout va et s’amusant même avec du maquillage pour faire des plaies bien suintantes. Très clairement, Kingdom est une série qui a du cachet et qui à aucun moment ne fait cheap. Même le costume de la reine sur le dernier épisode, est tout simplement incroyable. Bref, il est difficile de dire que l’on n’aime pas Kingdom pour son aspect formel, puisque c’est divin.

Néanmoins, on peut comprendre que sur le scénario, certaines personnes se soient un peu ennuyées. Alors cela ne vient pas de l’écriture en elle-même, car la série est très riche dans ses thématiques, empruntant une intrigue très « Game of Thrones », le cul en moins, mais plutôt dans sa rythmique. Kingdom est une série assez exigeante au départ, qui demande une implication et une compréhension des noms et des fonctions. Ce n’est pas évident et pourtant les enjeux en valent la peine. Cette deuxième saison trouve un juste équilibre entre les intrigues de cour, les manipulations politiques, et les attaques de zombies, qui sont de plus en plus violentes et qui ont constamment un lien avec l’intrigue principale, à savoir la bataille pour le trône, pour placer son clan, sa famille, sur la plus haute place du pays. En seulement six épisodes, de façon limpide, la série raconte une histoire profonde qui, sur fond d’ambition, montre des personnes prêtes à sacrifier tout un pays, quitte à régner sur du vent. Assez manichéen dans son ensemble, tout en essayant vainement de mettre des personnages qui laissent planer un doute sur leurs intentions, Kingdom nous embarque grâce à sa beauté, mais aussi et surtout grâce à son aspect épique et le liant qu’il y a entre les phases horrifiques et les phases politiques. Cette deuxième saison est d’ailleurs plus équilibrée que la précédente.

Enfin, si on pouvait ressentir un manque d’empathie pour les personnages sur la saison précédente, ici, ce n’est plus trop le cas. Déjà parce que le prince Chang devient plus charismatique, il impose son énergie et son envie d’en découdre avec tout le monde pour sauver son peuple et l’acteur Ji-Hoon Ju est très bon dans ce rôle. On ressentira aussi une profonde émotion pour son bras droit, personnage plus trouble dans cette saison, la faute à une femme enceinte dont on ne sait le futur indécis, et qui va faire des choix discutables mais terriblement humain. Doona Bae est comme d’habitude très forte dans ce rôle de femme médecin qui va tenter de percer le secret des zombies. Quant aux autres personnages, ils ont tous une bonne raison d’être là et démontrent un talent dingue pour assoir l’autorité de leurs personnages. Mention spéciale à Ryu Seung-Ryong qui campe un bad guy parfait et à Hyejun Kim, incarnant une reine folle et glaçante.

Au final, la deuxième saison de Kingdom est une franche réussite, aussi bien formelle que sur le fond. Oscillant constamment entre des phases très nerveuses, gores et très bien mises en scène et des intrigues politiques donnant une réelle épaisseur à l’intrigue, la série trouve un équilibre constant et ne lâche jamais sa tension. En bref, il s’agit d’une saison impeccable, très rapide (six épisodes) mais dont le final appelle bien entendu à une troisième et à une révélation qui promet. On a déjà hâte.

Note : 17/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.