Les Âmes Pirates T.02 – La Vindicta – J.K-Gras

Auteure : J.K Grass

Editeur : J.K-Grass

Genre : Aventure, Historique

Résumé :

Octobre 1750. Elle l’a fait. Je vais la tuer. Mon bateau?! L’Anarkhia disparaît sur le Mississippi pendant que je reste là, immobile. Non. Je n’abandonnerai pas. Ce brick est à moi. La Siréna aussi.

Avis :

Le second tome de la saga Les âmes pirates constitue une magnifique suite au tome précédent, déjà fabuleux. L’auteure change ici de narrateur. Ce n’est plus Florence qui raconte mais Steven Kelly, qui constate avec ahurissement la disparation de son navire, l’Anarkhia, volé par Florence à la fin du tome un. Contre toute attente, notre héroïne est devenue une véritable pirate, alliant maniement des armes, fourberies en tous genres et trahisons savoureuses. Steven est perdu. Que va-t-il devenir sans navire ? Que va-t-il devenir sans Florence ?

Ce tome deux nous permet d’en apprendre plus sur ce personnage, qui s’avère finalement aussi complexe que celui de Florence. L’auteure réussit l’exploit de nous faire aimer Steven de la même manière qu’elle nous avait fait adorer Florence. Quoiqu’un peu déçu au démarrage de la lecture du tome deux, étant donné l’absence de la personnalité rafraîchissante et forte de la jeune femme, le lecteur se laisse amadouer et finit par plonger dans cette nouvelle histoire avec la même fougue. D’abord méprisé par le lecteur à cause de son rôle dans le tome un, le personnage de Steven déchaîne les passions. Tout comme Florence, il a évolué dans L’Anarkhia et n’est plus le même.

L’auteure nous offre à découvrir son personnage par le même stratagème déjà usité, soit une alternance entre le passé et le présent, présente dans chacun des chapitres. Ces instants s’intègrent toujours aussi bien dans l’histoire, et apportent bien plus d’émotions que dans ceux détaillant le passé de Florence. Steven constitue en effet un personnage à l’humanité rare, qui n’a pas eu une enfance facile, et qui cherche à s’améliorer, évoluer, pour atteindre un bonheur simple, que la vie ne cesse de lui refuser. Contrairement à Florence qui a pu vivre dans l’opulence, le jeune garçon a goûté aux affres de la pauvreté et de la souffrance. Deux personnalités bien différentes au fond, mais qui se ressemblent et qui désirent la même chose. Deux parcours antagonistes qui se rapprochent pour former un couple inattendu, balancé entre la haine de l’autre, de par leurs différences marquées, et l’amour profond qui les unie dans leur quête de liberté.

L’histoire se déroule de manière fluide, efficace, enchaînant les voyages au gré de l’eau, les manigances politiques et commerciales, les trahisons mesquines et les accords forcés, sur fond d’une course-poursuite trépidante. Steven souhaite récupérer l’Anarkhia, et il ne laissera aucun obstacle lui barrer la route. Sur la Vindicta, l’ancien capitaine retrouvera ses marques et voguera vers celle qui lui a tout pris, mais qui lui a aussi tout appris. Tout au long de cette aventure, Steven se cherche, se défait puis se reconstruit. Tel un voyage initiatique, sa mission est également intérieure. On le sent grandir au fil des pages, et cette sensation s’avère aussi poignante que croustillante.

D’autres personnages secondaires prennent également plus de place, et deviennent aussi attachants que les pirates présents dans le tome un. Le Cuistot, à l’apparence bagarreuse et peu aimable, apparaît être l’ami le plus fidèle de Steven, et l’aidera même dans ses tâches les plus ingrates. Le duo incongru devient le héros de ce roman et nous charme, tant les attaches qui les lient apparaissent profondes. Les figures du bien et du mal disparaissent.

Dans un autre registre, et plus puissantes que dans le précédent tome, les batailles constituent des passages plus douloureux, tant par la perte de certaines figures appréciées, que dans les actions glauques et violentes des combattants. Le lecteur s’imprègne de l’univers de la piraterie avec plus de force, plus d’impact. Le sang coule, la fumée empoisonne les cœurs et l’air, l’eau pénètre les poumons et voile les regards, les lames brillent et entament les peaux. En plus de ces instants poignants, la fin émeut le lecteur qui, bien que préparé par l’auteure, ne pouvait s’attendre à cette chute aussi tragique.

L’auteure écrit de manière fluide, et chacune de ses phrases semble marquée par un message fort. L’histoire d’amour entre Steven et Florence prend une nouvelle tournure, toujours aussi captivante. Le roman ne s’étend pas sur leurs sentiments amoureux, mais plutôt sur leur relation bien particulière, animée par des émotions divergentes et passionnantes.

En conclusion, le tome deux de Les âmes pirates est magique, grâce à une histoire fascinante, un univers alliant piraterie et Histoire, et grâce à la figure emblématique de Steven Kelly, un capitaine au passé tumultueux et au cœur aussi ravagé qu’intrépide. Ce tome nous transporte dans un univers bien plus sombre, à l’image d’un narrateur dévasté, et d’une vie de pirates peu glorieuse.

Note : 20/20

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net