avril 15, 2021

Lucky – Pas si Stupéfiant

De : Olivier Van Hoofstadt

Avec Michaël Youn, Alban Ivanov, Florence Foresti, Sarah Suco

Année : 2020

Pays : France, Belgique

Genre : Comédie

Résumé :

Pour s’en sortir financièrement, Willy et son pote Tony, endettés de naissance, ont une idée de génie : voler un chien de la brigade des stups. Mais, les choses ne se passent pas tout à fait comme ils l’avaient prévu. La seule solution : s’associer avec Caro, une flic totalement corrompue.

Avis :

Olivier Van Hoofstadt est un réalisateur belge qui s’est imposé comme un réalisateur culte dès son premier film, le complétement dingue « Dikkenek« . Sorti de nulle part, le film est vite devenu un phénomène qui n’a cessé avec les années de faire de nouveau adeptes. Par la suite, le réalisateur aura délaissé la comédie loufoque pour revenir avec un thriller musclé, « Go Fast« . Le film a connu son petit succès en salle et l’on attendait alors un troisième film du réalisateur. Et l’on va attendre très longtemps, puisque depuis 2008, hormis un court-métrage en 2016, Olivier Van Hoofstadt n’a plus rien livré.

Après donc douze ans de silence, voici que Olivier Van Hoofstadt est de retour et en plus de ça, le réalisateur nous fait plaisir, puisque c’est le chemin de la comédie qu’il emprunte de nouveau. Dès lors, « Lucky » et son idée de vol d’un chien des stupéfiants devenait l’une des comédies que j’attendais le plus en ce début d’année, espérant retrouver le grain de dinguerie du premier film de son metteur en scène. Malheureusement, et même si le film est amusant dans son ensemble, on est loin de la comédie folle et délirante que le réalisateur avait su nous offrir. On ressort donc partagé du nouveau Olivier Van Hoofstadt, avec la sensation que finalement, peut-être qu’on en attendait trop.

Willy et Tony ont une vie de merde et ils croulent tous les deux sous les soucis financiers. Après avoir assisté à un défilé de chien de la police, Willy a une idée, et s’ils volaient un chien des stupéfiants afin que celui-ci renifle les cachettes de dealers du coin. Bien évidemment rien ne va se passer comme prévu et le duo de bras cassés va devoir faire équipe avec Caro, qui est sûrement la flic la plus pourrie de France.

Avoir posé un pavé comme « Dikkenek » en premier film n’était-ce peut-être pas trop d’un seul coup ? Sûrement, et c’est peut être ça le problème d’Olivier Van Hoofstadt, car dans le fond, « Lucky » est un film qui amuse. C’est un film qui nous trouve de bonnes situations, de bons quiproquos, et il est emporté par des personnages hauts en couleurs comme on les aime. De plus, par rapport à « Dikkenek« , « Lucky » est un film qui a un semblant de scénario avec un début et une fin, chose que le premier film d’Olivier Van Hoofstadt n’avait pas vraiment. Mais voilà, si ça reste amusant, il y a comme le fantôme de « Dikkenek » qui plane sur « Lucky« , comme si son réalisateur avait essayé de reproduire le délire de son premier et il n’y arrive pas. « Lucky« , c’est un film qui est amusant, mais qui ne dépasse jamais ça, il ne se transcende jamais. On avait envie avec un tel pitch d’une comédie irrévérencieuse, d’une comédie immorale, d’une comédie qui oserait aller loin, et force est de constater que le tout reste bien trop sage. Alors bien sûr, le film se suit, et dans l’ensemble on ne s’ennuie pas, Olivier Van Hoofstadt trouvant toujours quelque chose de drôle à mettre à l’écran.

Ce sentiment de fantôme, on le retrouve aussi dans les dialogues qui manquent de punch dans l’ensemble. Il y a bien quelques répliques et quelques vannes qui sont bien trouvées, mais dans l’ensemble, on est loin du festival qu’était « Dikkenek« .

Tout comme on retrouve aussi ce sentiment quand on s’arrête sur les personnages. Certes, ils sont attachants, certains sont funs et bien trouvés, franchement, on veut un film complet sur le personnage incarné par Corine Masiero, qui est sûrement le plus tordant du film, mais voilà, là encore, on a l’impression que tout est restreint et que le réalisateur n’ose pas aller plus loin, qu’il veut rester sage et c’est vraiment dommage. On aura aussi une déception avec le fait que Florence Foresti ne joue pas le même personnage que dans « Dikkenek« , ce qui aurait fait un joli clin d’œil, surtout que les deux personnages sont si proches. 

Sur l’ensemble, « Lucky » demeure une petite comédie sympathique qui a ses bons gags, ses bons personnages, et sa petite histoire qui tient debout. Loin du délire déglingué de « Dikkenek« , on ressort malgré l’amusement quelque peu déçu du nouveau film d’Olivier Van Hoofstadt et finalement, on se dit que, d’une part on en espérait plus et de l’autre qu’on en attendait peut-être un peu trop.

Note : 11/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.