octobre 29, 2020

The Grudge 3

De : Toby Wilkins

Avec Shawnee Smith, Marina Sirtis, Matthew Knight, Mike Straub

Année: 2010

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

Une jeune femme japonaise détient le secret qui pourrait mettre fin à la malédiction des Saeki. Elle voyage jusqu’à Chicago où elle rencontre dans un immeuble une famille qui se bat pour survivre aux fantômes. Ensemble, ils vont affronter le fantôme de Kayako afin de sauver leurs âmes de leur tragique destin devenu imminent.

Avis:

Toby Wilkins est un de ces réalisateurs de série B, voire plus loin encore dans l’alphabet, qu’on ne connaît pas vraiment. Toby Wilkins traverse le début des années 2000 dans le domaine du court-métrage, réalisant pas moins de cinq courts en six ans, ce qui lui permet d’être remarqué. En 2008, « Splinter« , un film de monstres épineux qui, s’il passe inaperçu, est arrivé suffisamment à convaincre des producteurs de lui laisser les rênes de « The Grudge 3« .

Si Takashi Shimizu demeure à la production de ce troisième opus de la franchise « The Grudge« , il laissera la réalisation à un autre et c’est donc Toby Wilkins qui s’y colle. La franchise américanisée de « The Grudge » n’est pas extraordinaire, malgré Shimizu à la réalisation et même si je n’y croyais pas un seul instant, un changement de réalisateur pouvait changer la saga et lui apporter un peu de neuf et des idées, malheureusement, après un second opus un poil meilleur, « The Grudge » revient avec un troisième film qui est une catastrophe de bout en bout. Oubliez le charme que pouvait avoir les deux premiers films américains, oubliez l’intrigue, oubliez les bons comédiens, ce troisième opus est un drame, qui fait passer les défauts des deux premiers pour de la pinaillerie !

Seul survivant, le jeune Jake est enfermé dans un hôpital psychiatrique et il attend la mort. Non pas qu’il la souhaite, mais il sait très bien que les murs de sa petite cellule et les caméras de surveillance n’arrêteront pas la malédiction de s’abattre sur lui et quand cette dernière arrive, le docteur Ann Sullivan qui n’a pas cru le jeune garçon va alors chercher à comprendre les raisons de ses terreurs. Raisons qui la mèneront dans l’appartement du drame, et c’est ainsi qu’elle va rencontrer Lisa et Max…

Après avoir succombé aux sirènes de l’Amérique pendant deux films qui ont raisonnablement fonctionné au box-office, voici que Takashi Shimizu s’en va et laisse sa saga au plus offrant si l’on peut dire.

Il est difficile de savoir par où commencer tant ce troisième « The Grudge » est surprenant de nullité à tous les niveaux. C’est même assez dingue, car plus je m’en éloigne, et plus le film s’efface, tant il n’y a rien de convaincant là-dedans. Si dans les deux premiers films, il y avait des défauts, les films de Shimizu se laissaient regarder au final, car il y avait un charme, une certaine logique et surtout une cohérence dans l’ensemble qui faisait que bon gré, mal gré, on avait l’envie de savoir où Shimizu allait nous emmener. Ici, ce n’est absolument pas le cas et très sincèrement, hormis le fait que ce troisième film soit une suite directe, et qu’il introduit un rituel pour contrer la malédiction, pour le reste, il faudra redoutablement repasser.

Je pourrais m’attarder sur la réalisation low-cost de Toby Wilkins qui n’a clairement pas le budget qu’il faut. On notera que le jeune réalisateur essaie tant bien que mal de proposer de petites choses, mais rien ne fonctionne malheureusement pour lui.

Je pourrais m’attarder sur les comédiens qui jouent comme des pieds tout du long, en en faisant trop quand il ne faut pas et pas assez quand il aurait en fallu plus. Dans ce casting, seule Johanna Braddy et Beau Mirchoff s’en sortent de peu, notamment parce qu’il y a une jolie histoire d’amour entre les deux personnages.

Je pourrais m’attarder sur le manque cruel de consistance des personnages. Un manque qui fait passer le vide des personnages du premier film pour des vases qui n’attendent qu’une goutte d’eau pour déborder.

Non, ce qui est le plus dramatique avec ce troisième opus, c’est le vide cruel de son intrigue qui hormis l’idée de faire un rituel pour contrer la malédiction, n’apporte strictement rien à la saga. Pire encore, puisque ce scénario fait absolument n’importe quoi avec son intrigue, son univers et ses personnages. « The Grudge 3 » part du principe que s’il y a des morts, beaucoup de morts, alors le spectateur sera accroché et ainsi le film se met à tuer tout et n’importe quoi, sans même présenter les personnages qu’il va supprimer… Du coup, on se fout complétement des personnages, et pire encore, on ne comprend pas pourquoi ils sont touchés par cette malédiction. Puis au-delà de ça, avec ce sentiment de n’avoir rien à raconter, avec des éléments qui font clairement de la redite de ce que l’on avait déjà vu et en mieux, on se retrouve à s’ennuyer devant ce film qui n’a rien, ni surprise, ni tension, ni horreur, ni rien…

Si les producteurs comptaient alors sur ce troisième opus pour donner un nouveau souffle à la saga, c’est raté, complétement raté et le résultat est là, après ce film, on n’a plus entendu parler de « The Grudge« , ni de Toby Wilkins qui travaille désormais sur des séries télés…

Note : 06/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.