Numéro 9

Titre Original : 9

De : Shane Acker

Avec les Voix Originales de Elijah Wood, Jennifer Connelly, Christopher Plummer, John C. Reilly

Année : 2009

Pays : Etats-Unis

Genre : Animation

Résumé :

Dans un futur proche, la Terre a été ravagée par une grande guerre entre les hommes et les puissantes machines qu’ils avaient créées. Sachant l’humanité condamnée, un scientifique créé 9 petites créatures, fragiles et sans défense à partir d’objets divers ramassés dans les décombres. Incapables de s’opposer aux machines, ils ont formé une petite communauté survivant au jour le jour dans les décombres. Mais le dernier né de cette famille, le Numéro 9 a une mission. Il détient en lui la clé de leur survie et devra convaincre ses camarades de quitter leur refuge de fortune pour s’aventurer au cœur du royaume des machines. Ce qu’ils vont découvrir en chemin représente peut-être le dernier espoir de l’Humanité.

Avis :

Shane Acker est un nom presque anonyme, du moins chez le grand public, tant le réalisateur est une anomalie dans le paysage cinématographique. Faisant sa carrière dans l’animation, le cinéaste livre un premier court-métrage en 1999. Ce dernier passe plutôt inaperçu et Shane Acker va alors travailler sur les animations de quelques courts-métrages, tout en faisant de son coté, ses propres courts. En 2005, il présente un film de onze minutes titré « 9« . Ce film, qui raconte l’histoire d’une poupée ayant un 9 dans le dos, ira jusqu’aux Oscars. Dès lors, Shane Acker tape dans l’œil d’un certain Tim Burton et de Timur Bekmambetov. Les deux réalisateurs vont alors produire le premier et pour l’instant seul long-métrage de Shane Acker, « Numéro 9« .

« Numéro 9« , c’est le genre de petit film qui est plus de dix ans après sa sortie injustement tombé aux oubliettes. Film très ambitieux qui fut un petit succès, « Numéro 9 » fut à l’époque un pur plaisir à découvrir sur grand écran. On peut même dire que dans un sens, il fut une petite claque, mais pourtant, malgré la richesse de l’univers, et l’attachement pour ses personnages, et au-delà de ça, le très bon moment passé, j’ai mis beaucoup trop de temps à revoir « Numéro 9« et à cette redécouverte, je me dis que c’est bien dommage, car le film demeure toujours un petit bijou.

9 est une poupée qui se réveille un jour, comme ça, dans un monde en ruine. Très vite, elle fait la rencontre de 2, qui l’amènera à faire la rencontre d’autres petites poupées comme elle. Ces poupées sont dirigées par 1, et elles vivent cachées dans la tour des restes d’une église. Elles se cachent de la bête. Quand 2 se fait enlever par la bête, 9 décide de braver les interdits et de partir sauver son ami. 9 ne le sait pas encore, mais il se lance dans une aventure qui va changer leur mode de vie à jamais…

Un seul et unique film et Shane Acker s’en est allé, car depuis ce « Numéro 9« , et malgré le petit succès que le film a rencontré, on retrouve désormais le nom du cinéaste au département des effets spéciaux. Il a travaillé notamment sur « Le monde fantastique d’Oz » ou encore le remake de « Total Recall » et c’est bien dommage de ne pas le laisser renouveler l’expérience, car si « Numéro 9 » est imparfait, notamment dans son écriture, la proposition de cinéma et au-delà ça, le moment de cinéma que nous a offert le réalisateur fut aussi plaisant qu’intéressant.

« Numéro 9« , c’est avant tout un film qui visuellement propose quelque chose. C’est un film qui arrive à nous entraîner très vite dans un univers et ce dernier se tient jusqu’au bout de son film. On sent que Shane Acker a une idée et qu’il essaie de l’exploiter à son maximum. Magique et bluffant, « Numéro 9 » est donc un petit bijou qui nous offre un petit bout de cinéma qui marque nos rétines. C’est bien simple, c’est beau, animation, design, les détails apportés aussi bien aux personnages qu’aux décors, photographie, les effets spéciaux, BO, cadrages, plans, idées de mise en scène… Bref, tout visuellement est excellent et au-delà de ça, c’est très plaisant, car Shane Acker arrive sans aucun mal à nous entraîner dans cette aventure, au plus près de ces personnages qu’on adore découvrir.

Mais voilà, si visuellement parlant le film de Shane Acker est une merveille, il est vrai que du côté de son intrigue, celle-ci a ses carences. Le souci principal qui émane de ce film, c’est qu’il laisse un sentiment d’incomplet, comme s’il lui marquait une petite partie à cette histoire. Shane Acker, qui a écrit lui-même son film, ouvre des pistes, propose des choses, mais ne boucle pas tout, ce qui fait que même si l’on suit cette aventure avec intérêt, et osons même avec une certaine passion, on la quitte aussi avec des questions et une sensation que finalement tout a été trop vite. Le film fait à peine plus d’une heure dix et il aurait mérité une bonne demi-heure de plus, afin que Shane Acker puisse prendre plus son temps pour développer cette intrigue, pour la rendre réellement marquante, car finalement, si l’on regarde bien, ce qui marque dans ce film, c’est bien plus son univers et son visuel que la petite histoire qu’il nous raconte. Bien sûr, cette dernière est loin d’être mauvaise et au-delà de ça, elle est très plaisante à suivre, mais c’est vrai qu’elle méritait bien plus.

Malgré un scénario qui aurait mérité plus, « Numéro 9 » demeure toutefois une petite perle qui onze ans après sa sortie reste toujours aussi étonnante. Audacieux, orignal, maîtrisé, et tout simplement plaisant, très plaisant, « Numéro 9 » mérite qu’on le redécouvre tout simplement.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net