La Fille au Bracelet – Mineur en Procès

De : Stéphane Demoustier

Avec Melissa Guers, Roschdy Zem, Anaïs Demoustier, Chiara Mastroianni

Année : 2020

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Lise, 18 ans, vit dans un quartier résidentiel sans histoire et vient d’avoir son bac. Mais depuis deux ans, Lise porte un bracelet car elle est accusée d’avoir assassiné sa meilleure amie.

Avis :

Stéphane Demoustier est un réalisateur français qui a commencé sa carrière dans le court-métrage documentaire consacré à l’architecture. Après pas moins de six courts-métrages, Stéphane Demousiter sort deux long-métrages en toute confidentialité, « Terre Battue » et « Allons enfants« . Notons que ce second film d’à peine plus d’une heure est tenu par les deux enfants du jeune réalisateur.

Deux ans après « Allons enfants« , Stéphane Demoustier est de retour avec un film au titre qui a tendance à piquer la curiosité, « La fille au bracelet« . Film s’aventurant dans les thèmes de la justice, il s’agit-là d’un film de procès qui sur le papier donne la sensation de connaître le sujet par cœur, tant on a déjà maintes et maintes fois vu ce genre de film. Le nouveau-né de Stéphane Demoustier reste pourtant un bon moment de cinéma et surtout, il est un film qui va être aussi intéressant dans son fond que dans sa forme. Montrant les assises comme rarement on les a vues, tenant son suspens jusqu’au bout et plus loin encore, « La fille au bracelet » est indéniablement une jolie réussite.

Lise, dix-huit ans, fut arrêtée il y a deux ans de cela, après que le corps de sa meilleure amie fut retrouvé sans vie. Lise se dit innocente, mais pourtant, bien des preuves l’accusent. Assignée à résidence, Lise est une jeune femme énigmatique et renfermée et alors que s’ouvre enfin son procès, avocats, juges comme jurés vont avoir du mal à trancher le cas de Lise Bataille. Est-elle coupable ou innocente ?

Pour son troisième film, Stéphane Demoustier a décidé d’aller explorer d’autres horizons. Le jeune réalisateur s’essaie à autre chose, il essaie de raconter autre chose quitte à se planter et l’on peut dire qu’il a bien fait, car cette « … fille au bracelet » est un film ô combien fascinant et même passionnant de par son procès, son mystère, cette jeune fille, ses attitudes ou encore ce meurtre.

Ce qui frappe en premier avec le film de Stéphane Demoustier, c’est son réalisme absolu. Stéphane Demoustier a voulu nous plonger en plein cœur d’une cour, au plus près des débat et plus son film avance et plus il est passionnant, mais pas que, puisque son réalisateur n’a pas oublié d’y injecter du cinéma. Ainsi donc, en plus d’être passionnant, « La fille du bracelet » crée un suspens et un doute. Stéphane Demoustier nous met au même niveau que les jurés qu’on trouve dans son film. Il en résulte alors qu’on est attentif au moindre détail, on scrute son accusé, fait presque attention à chacun mot qui sort de sa bouche, comme si on allait prêcher le faux pour découvrir le vrai. Ou du moins nous convaincre, nous apporter une certitude et le scénario étant un petit bijou écriture, notamment pour ses dialogues et ses termes bien spécifiques, on reste accroché du début à la fin. Et une fois les débats clos, les preuves ou les réfutations apportées, et le verdict tombe, on quitte la salle, surpris et conquis.

« La fille au bracelet« , c’est aussi un scénario qui va plus loin que son simple film de procès, puisque à travers ce procès, Stéphane Demoustier en profite pour sonder l’adolescence et les bonnes ou mauvaises mœurs. Il aborde l’image, la liberté sexuelle, ou encore le regard des parents, les secrets des ados qui ne révèlent pas tout. Là encore, le scénario est particulièrement bien écrit et intéressant dans les réflexions, les questions qu’il pose ou bien le regard qu’il porte.

Comme je le disais, avec « La fille au bracelet« , Stéphane Demoustier a décidé de faire dans l’ultra-réaliste et on pourrait presque qualifier son film d’anatomie d’un procès, tant ce dernier sonne juste, résonne comme vrai. Stéphane Demoustier, comme précisé plus haut, n’a pas oublié de faire du cinéma et si on pourrait presque voir un documentaire, dans un autre sens, il est indéniable que « La fille au bracelet » est un vrai film de cinéma. Un film sombre, brut, épuré, froid, presque « malaisant » parfois. Et de par ses choix, alors même qu’on connaît par cœur le film de procès tant le genre a presque été épuisé à force de manger à tous les râteliers, Stéphane Demoustier arrive à nous offrir un bout de cinéma neuf.

Enfin, du côté de ses comédiens, si Roschdy Zem est très bon, Chiara Mastroianni parfaite, Annie Mercier impeccable, il ressort surtout de cette « … fille au bracelet » les performances d’Anaïs Demoustier, excellente en avocat général et la jeune Mélissa Guers, dont c’est le premier film et qui en plus de tenir une très grosse partie du film sur ses épaules, fait face à des acteurs confirmés et arrive à s’imposer sans mal aucun.

Malgré tout ce que j’en dis, « La fille au bracelet » n’est pas non plus parfait. Si le film est passionnant et intéressant, il est vrai aussi qu’il a quelques petites longueurs, il a quelques incohérences dans ses témoignages, ce qui est très étrange. Mais sur l’ensemble, ce troisième film pour Stéphane Demoustier est un beau morceau de cinéma devant lequel on passe un bon moment et plus…

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net