octobre 27, 2020

Hellraiser II: Les Ecorchés

40314

Titre Original: Hellraiser II Hellbound

De : Tony Randel

Avec Claire Higgins, Ashley Laurence, Kenneth Cranham, Imogen Boorman

Année : 1988

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé :

Pour Kirsty Cotton, le cauchemar est sans fin… Internée dans un hôpital psychiatrique, elle tente d’oublier les innommables meurtres perpétrés par sa belle mère Julia. En écoutant son récit, le Docteur Channard va enfin réussir à accomplir son rêve: résoudre le secret de la bête maléfique qui ouvre les portes du plaisir et de la douleur…

Avis :

Le premier épisode de la saga « Hellraiser » m’a beaucoup charmé, je me suis donc empressé de voir sa suite, intitulé « Hellraiser, les écorchés » et à mon grand déplaisir, je n’ai pas du tout aimé cette suite, qui pourtant est en accord avec le film précédent.

images

Kirsty Cotton pensait en avoir fini avec les cénobites, mais alors qu’elle est dans un hôpital psychiatrique, elle apprend l’existence d’un détail, qui fait que le cauchemar peut alors recommencer. Elle se confie au Docteur Channard pour éradiquer ce mal, mais ce que Kirsty ne sait pas c’est que le Docteur Channard cherche depuis toujours la solution pour ouvrir la maudite boite. Pour la deuxième fois, pour que le cauchemar s’arrête, Kirsty va devoir affronter les cénobites. Mais cette fois-ci c’est sur leur terrain qu’elle se lance.

Le début du film est plutôt réussi, on voit bien que le résultat est en dessous du premier opus, mais ça tient la route et c’est donc avec plaisir que je me lançais dans les méandres cauchemardesques des cénobites. Mais voilà, le film ne tiendra pas ses promesses et au bout d’une petite demi-heure, le film part en vrille. La faute à l’histoire, malgré le fait qu’elle soit la suite du premier et reste logique.

En fait c’est tout le film qui n’est pas terrible, le scénario s’embrouille, je trouve que tout est confus. Il y a trop de personnages et chacun d’eux amène sa part de questions, mais le film ne les approfondit pas malheureusement. Une fois arrivé dans l’enfer des cénobites, je n’arrive pas à me convaincre des événements. Je trouve que le réalisateur peine à nous offrir quelque chose d’original. Les rebondissements sont mal amenés (Le médecin fou, mouais si on veut …) et c’est souvent fait à la va vite histoire de combler le manque évident de profondeur de l’histoire. C’est dommage, parce que quand on l’a survole, l’histoire en elle-même est bien trouvée et logique. C’est logique que le personnage de Kirsty veuille retrouver son père si elle en a les moyens. C’est logique la façon dont est amenée la résurrection de la belle-mère au début du film, car elle va très bien avec ce qu’y a été fait. Le film apporte aussi quelques réponses sur l’origine des cénobites, mais malgré toute cette logique, impossible de rentrer dedans. Il manque quelque chose.

Pour ce deuxième film, exit Clive Barker à la réalisation. On trouve-là Tony Randel (« Amityville 1993 – Votre heure a sonné« , ou « Ticks attack » rien de bien folichon) et la différence entre les deux réalisateurs se fait réellement sentir. Là où Clive Barker livrait une ambiance presque parfaite, Tony Randel n’y arrive pas. Son film est dénué d’ambiance, la magie n’opère que pendant le début du film. Les enfers des cénobites font vraiment décors de ciné, j’ai senti les décors en carton, surtout les plans vus de haut des labyrinthes, alors que ces labyrinthes doivent être imprégnés d’un vécu, d’une horreur où le danger peut arriver de n’importe où.

La réalisation n’est pas terrible non plus. Le film est plat, il ne s’en dégage rien, les effets gores sont les mêmes et pourtant il manque de tout. Les effets spéciaux ne sont pas bons, en fait ce film flirte plus avec le mauvais nanar qu’avec la souffrance du premier.

J’ai pris quand même plaisir à retrouver certains personnages du premier, en fait ceux que j’aimais dans le premier sont aussi dans celui-ci. Ce qui fut une surprise surtout concernant le personnage de Julia. Donc Claire Higgins, Ashley Laurence et Doug Bradley restent encore bons dans leurs rôles respectifs et ne font qu’étoffer un peu leurs personnages. Mais les autres ce n’est pas ça du tout. Entre Kenneth Cranham qui en fait des caisses, Imogen Boorman qui reste figée et William Hope qui ne sait visiblement pas jouer et m’a plus fait rigoler qu’autre chose (C’est déjà ça), il y a vraiment de quoi être déçu.

oh

Voilà ce que je pouvais dire pour cette suite. Il y a bien des idées intéressantes, mais ça ne suffit pas pour sauver le film. Pour moi ce deuxième volet est une catastrophe qui commençait pourtant très bien. C’est vraiment dommage et pour le coup je suis un peu refroidi en ce qui concerne le troisième …

Note : 08/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

ServalNote de Serval: 17/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.