Adoration – L’Amour Fou

De : Fabrice Du Welz

Avec Thomas Gioria, Fantine Harduin, Benoit Poelvoorde, Laurent Lucas

Année : 2020

Pays : Belgique, France

Genre : Thriller, Drame

Résumé :

Paul, un jeune garçon solitaire, rencontre Gloria, la nouvelle patiente de la clinique psychiatrique où travaille sa mère. Tombé amoureux fou de cette adolescente trouble et solaire, Paul va s’enfuir avec elle, loin du monde des adultes…

Avis :

Fabrice Du Welz est un réalisateur belge au cinéma très « marqué », dans le sens où il est l’un de ces auteurs qui proposent en permanence quelque chose. Après avoir passé énormément de temps à tester le cinéma de genre, en 2017, Fabrice Du Welz avait cédé à l’appel de l’Amérique avec « Message From The King« , et même si le film en lui-même restait pas mal du tout, il est vrai aussi qu’il était loin du cinéma marquant auquel nous avait habitué le réalisateur.

Trois ans plus tard, on a enfin des nouvelles de Fabrice Du Welz et le réalisateur est de retour là où on ne l’attendait pas, puisqu’avec « Adoration« , il nous revient avec une histoire d’amour. Alors entendons-nous bien, « Adoration » reste un film de Fabrice Du Welz, ce sera donc une histoire d’amour à part, une histoire d’amour plus viscérale, plus intense et plus sombre. Fabrice Du Welz nous entraîne dans un coup de foudre total qu’on va se plaire à suivre aux confins de la folie. Bref, c’est beau, c’est bon, et surtout, ça fait du bien de revoir le réalisateur à ce niveau-là !

Paul est un jeune garçon de quatorze ans. Solitaire et solaire, un jour, il fait la rencontre de Gloria, une jeune fille de son âge, qui vient d’être internée dans l’institut où travaille la mère de Paul. Pour le jeune homme, c’est le coup de foudre. Un coup de foudre puissant, instantané, et surtout un coup de foudre qui va bouleverser sa vie à tout jamais…

Sixième film de Fabrice Du Welz, « Adoration » est un métrage singulier qui n’est pas sans rappeler « La ballade sauvage » d’un certain Terrence Malick. Avec ce film, le metteur en scène belge s’éloigne de tout ce qu’il a déjà fait, et en même temps, il nous offre un film avec un tel caractère, une telle empreinte, que finalement, en plus d’être cohérent dans la filmographie de son auteur, il n’est finalement pas si éloigné que ça de son cinéma.

« Adoration« , vous l’aurez compris, c’est l’histoire d’un coup de foudre et d’une échappée belle pour fuir et vivre l’amour loin des pressions, des traitements, des prisons. Ecrit par Fabrice Du Welz, Vincent Tavier et Romain Protat (scénaristes ayant déjà travaillé avec le réalisateur), « Adoration » fascine et envoute, et si tout n’est pas incroyable non plus, notamment une petite baisse de régime en milieu de film, et quelques ellipses qui ne s’expliquent pas vraiment, « Adoration » demeure toutefois un film qui nous tient de son début jusqu’à son dernier et magnifique plan de fin. Un plan final qui en donne la chair de poule et qui invite d’ores et déjà à revoir l’œuvre du Fabrice Du Welz, car le voyage, si douloureux soit-il, fut surtout beau, tendre et humain. « Adoration« , c’est un voyage naïf, à hauteur d’enfant, des enfants qu’il suit. C’est un voyage où amour et folie se conjuguent au présent. C’est un voyage qui dépasse son personnage principal, qui est pris dans un engrenage fou auquel il ne peut renoncer. Comme je le disais plus haut, « Adoration » reste un film de Fabrice Du Welz, c’est donc une œuvre qui n’est pas si facile d’accès que ça, et surtout, c’est une œuvre qui est loin des sentiers battus. « Adoration » demande à son spectateur de le suivre, de se laisser envahir et il nous laisse avec une conclusion qui nous est propre à chacun. Fabrice Du Welz emmène son histoire jusqu’au bout d’elle-même et quand il nous laisse, il nous propose d’en conclure ce dont on en a envie et ne serait-ce que pour cette démarche, « Adoration » (qui sera sûrement très mal distribué) mérite qu’on s’y intéresse.

« Adoration« , c’est aussi envoûtant parce qu’il est tenu par de jeunes comédiens exceptionnels. Si l’on notera un Benoit Poelvoorde magistral, ainsi qu’un petit rôle pour Gwendolyn Gourvanec, c’est bel et bien Thomas Gioria et Fantine Harduin qui tiennent le film sur leurs petites épaules, le premier débordant de magnétisme dans un rôle bien difficile, qu’il maîtrise pourtant de bout en bout de film, quant à la seconde, elle est tout simplement étonnante et parfaite.

Quand on plonge dans un film signé Fabrice Du Welz, on s’attend à une ambiance, un univers et avec « Adoration« , on est loin d’être déçu. Si, comme je le disais, le film a ses défauts, il a surtout ses qualités et du point de vue de la mise en scène, « Adoration » est sûrement l’un des plus aboutis de son réalisateur et surtout l’un de ses plus beaux. « Adoration« , c’est un film qui a un grain, une patte, c’est un film qui tient une ambiance des plus sublimes, même quand cette dernière se fait sombre. Fabrice Du Welz nous offre un film au visuel extraordinaire qui contient sûrement une bonne partie des plus beaux plans, et même séquences, de sa filmographie. Comme toujours ou presque, on peut compter sur la participation pour la BO de l’ami Vincent Cahay, qui est ici en très grande forme, offrant des notes qui en plus de soutenir l’ambiance du film, lui donnent aussi une certaine mélancolie bien vue.

Trois ans après son incursion oubliable dans le cinéma américain, Fabrice Du Welz est de retour en Terre Belge et il nous livre là un très beau film d’amour. Un film sombre et tendre à la fois, un film humain à hauteur d’adolescent avec ce qu’il faut de sentiments et de naïveté pour nous emporter, nous toucher, nous séduire, et finalement, malgré des petits coups de mou, nous faire passer un bon moment de cinéma, qui ne méritera pas le peu de salles qui vont lui être consacré.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net