Séjour Dans les Monts Fuchun – Lenteur Contemplative

Titre Original : Chun Jiang Shui Nuan

De : Gu Xiaogang

Avec Qian Youfa, Wang Fengjuan, Sun Zhangjian, Sun Zhangwei

Année : 2020

Pays : Chine

Genre : Romance, Drame

Résumé :

Le destin d’une famille s’écoule au rythme de la nature, du cycle des saisons et de la vie d’un fleuve.  

Avis :

Gu Xiaogang est un réalisateur chinois qui vient tout juste de passer la trentaine. Il est originaire d’une petite ville, Fuyang, où il ne se passe pas grand-chose. Gu Xiaogang va faire alors des études en design de mode et de marketing et c’est là qu’il commence à s’intéresser au cinéma. Il commence par réaliser des courts-métrages documentaires, avant de se lancer dans un défi, ouvrir sa filmographie par une trilogie. « Séjour dans les monts Fuchun » est donc le premier chapitre d’une trilogie et vous l’aurez compris, c’est aussi le premier film de son réalisateur.

« Séjour dans les monts Fuchun« , c’est le genre de film dont la bande-annonce laissait rêveur, tant il y avait de la poésie et de la vie qui s’échappaient d’elle. Il était clair qu’avec ce film, Gu Xiaogang ne pouvait que nous embarquer dans un voyage familial bouleversant. Un voyage au grès des saisons et finalement, même si le film a d’énormes qualités, il va surtout s’avérer être une bien belle déception. Trop long, manquant de souffle et de vie, « Séjour dans les monts Fuchun » est de ces films contemplatifs qui arrivent de temps à autre à nous tenir, mais qui pour la plupart du temps, nous laisse sur le côté, dans l’attente qu’enfin on soit pris et touché par cette histoire, ce qui malheureusement, et même tristement, n’arrive pas ici et c’est tellement dommage.

La vie d’une famille moyenne dans une ville près des monts Fuchun. Alors que la grand-mère de la famille ne peut plus vivre seule, quatre frères qui essaient tous de vivre et survivre comme ils le peuvent, vont devoir s’adapter pour l’accueillir chez eux.

« Séjour dans les monts Fuchun« , c’est un film dont je ressors très embêté, car il tient en son cœur des thématiques qui sont intéressantes et dans un sens, le film en lui-même reste intéressant. Avec ce film, plus que la vie d’une famille, c’est surtout la peinture de la société chinoise qui intéresse le plus ici. Gu Xiaogang vient du documentaire et ça se sent, son film étant un documentaire fictif, duquel ressort le portrait d’une société en pleine mutation à travers le destin d’une famille lambda.

Si l’on s’aventure du côté de l’évolution de cette société, « Séjour dans les monts Fuchun » est un film intéressant, son réalisateur peignant ici une ville qui bouge, qui détruit, rénove et reconstruit. Il est intéressant de voir comment les habitants s’adaptent à ces évolutions. Le film est aussi très intéressant pour le réalisme et la simplicité de ses traditions, de ses superstitions et bien sûr de sa vie de famille, de la hiérarchie de celle-ci. Gu Xiaogang s’aventure aussi sur les thématiques de soin, pointant du doigt que se soigner en Chine revient à une fortune. Le tout est présenté à la limite du documentaire et pris à part, les thématiques et les sujets sont tous plus intéressants les uns que les autres.

Mais voilà, malgré ça, malgré ses qualités, « Séjour dans les Monts Fuchun » demeure un film qui a bien du mal à nous accrocher et surtout à nous embarquer avec lui. Très éparpillé dans ses envies de thématiques, Gu Xiaogang nous perd dans un film qui ne sait quelle direction prendre. Si son réalisateur a bien de jolies idées de mises en scène et s’il démontre bien qu’il sait filmer, notamment en mettant en scène des plans-séquences assez fous, il n’empêche que rien n’y fait, « Séjour dans les Monts Fuchun » traîne en longueur et se fait interminable. Bien souvent, malgré toutes les qualités qu’on peut trouver, on reste dans le flou, se demandant pourquoi Gu Xiaogang étire telle ou telle scène, au point qu’elles finissent par ne plus rien vouloir dire, en plus de nous épuiser. On ajoutera à cela que le rythme est très lent, bien trop lent, le film fait quand même deux heures et demi (c’est interminable), il y a peu d’ambiance qui s’échappe (on oublie la poésie et la vie que la bande-annonce laissait s’envoler), et peu de vie finalement, ce qui est très décevant, car Gu Xiaogang met en scène la vie d’une famille et malgré tous les efforts de ses comédiens et malgré les bons sujets qui traversent ces personnages, finalement l’ensemble est peu, voire pas touchant du tout.

Ce premier chapitre est donc une déception. Si « Séjour dans les Monts Fuchun » n’est pas un mauvais film, on peut même dire qu’il est très intéressant par certains de ses aspects, il n’en demeure pas moins qu’il est interminable, et que Gu Xiaogang a bien du mal à nous entraîner dans la vie de ses personnages, qu’on finit par suivre du coin de l’œil. Peut-être que sa suite rehaussera le tout, mais encore faut-il avoir envie d’aller la voir, et là comme ça, à chaud, rien n’est moins sûr…

Note : 08/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net