Booksmart

De : Olivia Wilde

Avec Kaitlyn Dever, Beanie Feldstein, Skyler Gisondo, Billie Lourd

Année : 2019

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie

Résumé :

Deux jeunes filles de terminale prennent conscience qu’elles auraient dû profiter davantage des  » années lycée  » afin de s’amuser et décident de se trouver un petit ami avant la fin de l’année scolaire.

Avis :

On se plaint souvent du manque de diversité dans le cinéma, et notamment derrière la caméra, beaucoup estimant qu’il n’y a pas assez de femmes réalisatrices. Ce qui est vrai, car si on jette un rapide coup d’œil sur la parité homme/femme dans le septième art, ça ne vole pas bien haut du côté des damoiselles. Pour autant, certaines d’entre elles se sont faits un nom dans la réalisation comme Kathryn Bigelow, Patty Jenkins ou encore Karyn Kusama, mais c’est bien trop peu et il serait intéressant de voir plus de femmes derrière l’objectif. Et on commence à en voir de plus en plus, notamment des actrices qui ont des désirs de réalisatrice, à l’image de Brie Larson et de son Unicorn Store ou encore d’Olivia Wilde et son Booksmart qui nous intéresse aujourd’hui. Empruntant les chemins de la fin de l’adolescence en racontant plein de sujets comme l’homosexualité féminine, le rapport au travail et au mérite, mais aussi à la vie future, Olivia Wilde ne s’est pas facilitée la tâche et livre pourtant une petite comédie douce et touchante, plus réussie, à mon sens, que le Lady Bird de Greta Gerwing.

Amy et Molly sont deux amies inséparables qui ont fait de bonnes études durant leur lycée. La fin d’année approche, Amy va partir au Botswana, laissant Amy seule, cette dernière partant à Yale avec des a priori très arrêtés sur ses camarades qui ne pensent qu’à faire la fête. En apprenant que tous vont dans de grandes universités malgré leur penchant festif, Molly veut à tout prix aller à la grande fête pour s’amuser et stopper un petit peu ses révisions, histoire de voir ce que cela fait de vivre pleinement. Sous la forme d’un road trip pour trouver la localisation de la fête, les deux jeunes filles vont s’aider, se déchirer, découvrir des amis et de fausses façades, démontrant que la vie, c’est tout un tas d’émotions que l’on ne contrôle pas vraiment. Et c’est en ça que le film d’Olivia Wilde est intéressant, il montre que l’on peut faire la fête, paraître idiot au regard des gens, et pourtant réussir ses études, alliant moment de détente et travail. Le début du film est un peu laborieux, car il essaye d’installer deux personnages un peu déjantés, mais qui finalement ne vivent qu’entre elles. Au regard des autres, elles apparaissent comme ringardes, voire même pénibles, ne sachant pas s’amuser. On aura donc du mal à ressentir de l’empathie pour ces deux jeunes filles qui jugent les autres et n’arrivent pas à se mêler à la masse. Mais très rapidement, lorsque les filles vont sortir de chez elles pour s’affranchir des codes qu’elles se sont imposés, le film va enclencher un rythme jouissif et plaisant.

Jouant à fond la carte de la comédie et de la découverte d’un peu tout, les deux jeunes filles vont aller de mésaventures en drôles de rencontres, ce qui va forger leur avenir et leur faire exploser en pleine face leur manque de lucidité par rapport à leurs camarades et au monde qui les entoure. On aura donc droit à des séquences parfois un peu gênantes, où elles décident de mater un porno sur leur téléphone dans un taxi pour découvrir comment deux filles peuvent faire l’amour. On verra aussi comment un élève essaye par tous les moyens de faire une fête sur son bateau, mais personne ne veut venir car il ment à tout le monde, pointant du doigt que l’argent et le paraître ne sont pas des arguments pour avoir des amis. On ira aussi du côté de l’inconnu et des dangers que cela peut avoir, rencontrant alors un homme recherché pour meurtre lors d’une délicieuse séquence. A travers toutes ces rencontres et toutes ces péripéties, Olivia Wilde tisse un film à la drôle et intelligent qui pousse à la réflexion sur la vie et sur des sujets sensible, comme l’homosexualité chez les adolescentes ou encore la pression que l’on se met pour réussir ses études, passant souvent à côté de l’essentiel. Le film est malin, et même si quelques moments sont un peu vulgaires, cela ne prend jamais le pas sur l’humour corrosif de l’ensemble.

L’autre point fort de ce métrage est la mise en scène. Pour son premier film, Olivia Wilde prend des risques et testent plusieurs choses qui fonctionnent à plein régime. Jouant constamment avec les codes de la comédie indépendante, on aura droit à des séquences où l’éclairage à clairement son importance, jouant avec les contre-jour ou encore les flares. Mais ce n’est pas tout, outre un bel œil, la réalisatrice en herbe va se tâter à plusieurs genres au sein même de son film. Si la comédie prendra des tons dramatiques au détour d’une dispute qui déchirera notre petit cœur, on aura aussi droit à un passage en comédie musicale pour montrer le fantasme de l’une des deux jeunes filles, et un autre passage en animation, avec des poupées, pour illustrer ce que voient les filles alors qu’elles sont sous stupéfiants. L’idée est bonne, c’est inattendu et c’est surtout très drôle. Pour un premier film, la prise de risque est présente, mais cela a toujours un but pour servir un propos, une réflexion. Avec les poupées, les deux filles aborderont alors leur corps, avec leurs défauts, par exemple.

Enfin, Booksmart se démarque grâce à son casting. Les deux jeunes filles sont très attachantes car elles jouent divinement bien. Kaitlyn Dever sera la plus réservée et celle qui n’ose pas aborder la fille qui lui plait. Plus timide, moins à l’aise avec les autres, elle va devoir se faire violence pour suivre sa meilleure amie. Elle va alors découvrir sa corps, celui des autres et se faire quelques désillusions. Quant à Beanie Feldstein, elle est incroyable d’énergie. Un peu ronde, très strict avec les règlements, elle va devoir accepter les compromis et le regard des autres sur sa façon d’être. Elle va aussi se rendre compte que de juger les autres sur leur physique est une mauvaise chose et que bien souvent, les gens ne sont pas ce qu’ils paraissent être, tout le monde joue un immense jeu de rôle. Ces deux jeunes actrices sont épaulées par des seconds rôles tout aussi bons mais aussi quelques acteurs plus confirmés comme le très drôle Jason Sudeikis en principal à la ramasse, ou encore une Lisa Kudrow toute en retenue.

Au final, Booksmart, le premier film de l’actrice Olivia Wilde en tant que réalisatrice, est une belle réussite. Elle arrive à aborder des thèmes lourds pour des adolescents sous le prisme de la comédie, sans pour autant être vulgaire et ne jugeant jamais ses protagonistes. A la fois drôle et intelligent, ce premier film montre une cinéaste qui a de la suite dans les idées et qui arrive à conjuguer mise en scène inspirée et scénario avec du fond, tout en gardant un bon rythme. En bref, on appelle cela une petite pépite qui aurait pu mériter une sortie en salles !

Note : 17/20

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net