septembre 28, 2020

Demain et Tous les Autres Jours

De : Noémie Lvovsky

Avec Noémie Lvovsky, Mathieu Amalric, Luce Rodriguez, Anaïs Demoustier

Année : 2017

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Mathilde a 9 ans. Ses parents sont séparés. Elle vit seule avec sa mère, une personne fragile à la frontière de la folie. C’est l’histoire d’un amour unique entre une fille et sa mère que le film nous raconte.

Avis :

Noémie Lvovsky est une actrice et réalisatrice française dont on n’entend jamais parler et pourtant, elle est l’une de celles qui tournent le plus. Dégageant un charme naturel qui envoûte, Lvovsky fait partie de ces actrices que j’adore voir sur grand écran. Mais avant d’être une actrice, Noémie Lvovsky est une réalisatrice, et le cinéma qu’elle propose est très souvent un joli moment de fantaisie, « Petites« , « Les sentiments« , « Camille Redouble » sont autant de films qui m’ont fait voyager.

Sorti dans la plus grande des discrétions, échec total en salle, puisque le film est resté une petite semaine au cinéma et il fut très mal distribué. Ajoutez à cela un tournage très difficile, qui fut même arrêté deux fois, et la deuxième fut un arrêt définitif alors qu’il manquait beaucoup d’éléments encore… Bref, rien n’était présent pour que le film trouve le succès qu’avait par exemple « Camille Redouble » et j’aurais aimé dire que malgré tout ceci, « Demain et tous les autres jours » est un bon et joli film, mais ce n’est pas vraiment le cas. Si le film a ses qualités, il dégage une confusion totale dans son intrigue qui finit par nous perdre et malgré le fait qu’on s’accroche, jamais elle nous rattrape et finalement, en plus d’avoir un sentiment d’être largué, on finit par se ficher de ce qui peut arriver aux personnages… Dommage.

Mathilde a neuf ans et elle vit avec sa mère, une femme fragile, qui est à la frontière de la folie. Malgré un amour indéfectible envers cette dernière, Mathilde a du mal à la comprendre et elle se sent seule. Un soir, sa mère lui fait un cadeau, dans une cage se trouve une chouette chevêche. Rapidement, la jeune fille tisse un lien fort avec l’oiseau, puisque celui-ci a le don de pouvoir lui parler et Mathilde est la seule à l’entendre.

« Demain et tous les autres jours » est un film duquel je ressors avec un sentiment très partagé, entre de bonnes idées et finalement un film qui malgré son envie, ne fonctionne pas.

Sur l’idée même de cette intrigue, Noémie Lvovsky tient un joli sujet, puisqu’elle explore les relations mère/fille et au-delà du fait que le film ne fonctionne pas dans l’ensemble, la réalisatrice arrive à nous offrir de jolis moments de cinéma. On est touché parfois par ce que Noémie Lvovsky soulève, et il faut mentionner que la réalisatrice, qui incarne cette maman qui sombre peu à peu dans la folie, est excellente dans le rôle. D’ailleurs, le film aurait sûrement gagné à se recentrer sur elle et sur cette fragilité, sur cette fissure qui gagne peu à peu du terrain. Car finalement, même si là encore l’idée était bonne, « Demain et tous les autres jours » s’éparpille avec cette idée de petite fille qui trouve un refuge auprès d’une chouette avec laquelle elle peut communiquer. Souvent mal amené et encore plus souvent laissant un sentiment de ne pas savoir où aller et quoi faire de son idée, le film a du mal à nous accrocher. Bon, il faudra tout de même y mettre des guillemets, car pour beaucoup ce n’est pas la faute de la réalisatrice, qui après l’arrêt de son tournage, s’est retrouvée obligée de composer avec les rushs qu’elle avait et par conséquent, elle a dû réinventer une autre histoire avec ce qu’elle avait. Ça se voit, ça se ressent et même si elle a fait le maximum pour que ça tienne la route, finalement l’ensemble a du mal à se faire comprendre et même s’il y a de moments touchants, l’ensemble, lui, a du mal à l’être et nous tenir donc.

Le film se rattrapera un peu du côté de son casting, même si on n’y trouvera rien de folichon non plus, les acteurs sont bons et c’est avec plaisir qu’on retrouve les habitués du cinéma de Noémie Lvovsky. Mathieu Amalric en père aimant mais absent, Anaïs Demoustier toujours aussi magique, India Hair, et surtout Micha Lescot, impeccable dans le doublage de cette chouette. Notons aussi la jeune Luce Rodriguez qui s’en sort admirablement bien pour un premier rôle. Mais voilà, si les comédiens sont bons, cela reste assez décevant car le film ne fournit pas plus d’épaisseur aux personnages.

« Demain et les tous autres jours » est donc une déception. Ayant de belles idées sur le papier et parfois même à l’écran, Noémie Lvovsky est capable de nous toucher parfois, mais la plupart du temps, ce sentiment de confusion, ce sentiment de ne pas savoir où elle va et finalement quoi raconter prime sur l’ensemble et on finit par s’ennuyer et ça, c’est vraiment dommage. En espérant que son prochain film nous fasse oublier cette déception.

Note : 05/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.