octobre 27, 2020

Run Out

run_out_jaqdvd-724x1024

Titre Original: Vehicle 19

De : Mukunda Michael Dewil

Avec Paul Walker, Katelynn Tilley, Naima McLean, Gys de Villiers

Année: 2012

Pays: Etats-Unis

Genre: Thriller

Résumé:

En Afrique du Sud, un Américain loue une voiture… qui renferme un pistolet dans la boîte à gants et une femme ligotée dans le coffre. Il va se retrouver mêlé à une sale affaire impliquant des flics corrompus…

Avis:

Le cinéma est un fabuleux vecteur d’expériences  et un immense vivier d’idées. Si l’on exclut les mélanges des genres, chose assez facile et qui finalement touche pratiquement tous les films d’aujourd’hui, les expérimentations osées sont assez peu représentées. Il faut dire que les producteurs sont de plus en plus frileux, et à moins d’avoir un sacré nom de réalisateur, il faut se battre pour voir son idée originale sur une galette à défaut d’avoir une bobine. Et c’est un peu le cas pour Run Out qui part d’un concept intéressant mais difficile à tenir sur la longueur. On a déjà eu Phone Game qui se déroule exclusivement dans une cabine téléphonique ou encore Buried qui se passe essentiellement dans un cercueil, avec Run Out, l’action se déroule principalement dans une voiture. Un choix difficile à mettre en place mais qui peut se révéler payant en fonction de l’histoire et de la portée dramatique des acteurs. Alors qu’en est-il réellement? Expérience réussie ou ratée?

20486809.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Putain d’aérophagie!

Le scénario est très simple dans son fond autant que dans sa forme. Un homme vient retrouver sa femme qui travaille à l’ambassade des Etats-Unis en Afrique du Sud. On découvre que l’homme cache un lourd passé et qu’il n’a visiblement pas e droit d’être là. A son arrivée à l’aéroport, l’agence de location s’est trompée de voiture et lui a refilé une familiale au lieu d’une berline. Pressé de retrouver sa femme, il garde la voiture. Mais la surprise est de taille lorsqu’il trouve un flingue et un téléphone portable ainsi qu’une femme ligotée dans le coffre. Bien évidemment, il apprend que la femme devait être tuée à cause d’un terrible secret et il va tout faire pour la sauver et que le secret éclate au grand jour. Bref, rien de surprenant, on est même dans quelque chose d’assez binaire, mais le film possède une jolie surprise, toute l’action du film se déroule dans la voiture. Pas une seule fois la caméra ne va sortir du véhicule et le concept va être tenu jusqu’au bout. On peut donc applaudir cette audace qui est même bien amenée. En effet, le film est bien rythmé, on ne s’ennuie que rarement et le film réserve même quelques surprises. D’un point de vue de la réalisation, c’est très propre, le cinéaste qui tient le projet s’amuse à changer les points de vue et de ce fait, c’est relativement dynamique.

On peut bien évidemment trouver des défauts au métrage. Outre le classicisme de l’histoire qui peut forcément déplaire à ceux qui en demandent plus, les scènes de poursuites en voitures manquent de pêche et parfois on remarque un léger accéléré pour tenter de rendre le tout plus rapide. On peut aussi reconnaître la facilité de rendre gentil un homme mystérieux qui semble être un ancien vilain garçon en montrant des bouteilles de whisky dans son sac ou en laissant quelques idées de-ci de-là.

Mais on ne peut pas bouder la performance de Paul Walker. Si certains passages semblent plutôt surjoué, notamment quand il découvre le téléphone portable et qu’il s’énerve tout seul, la plupart du temps il est vraiment habité par son personnage. Homme au passé louche complètement perdu dans une ville dont il ne connait rien, on sent ses hésitations et surtout sa perte totale de repère. Outre son personnage qui est intéressant, il est lui-même presque touchant par moments et bien loin (même très loin) de son personnage de Fast and Furious. D’ailleurs, le film n’est pas du tout un ersatz de la saga des voitures tunés et des tocards dopés à la testostérone, bien au contraire, il est un film à part, plus fauché mais surtout plus centré sur l’humain et sur ses réactions face à quelque chose d’imprévu dans une ville inconnue. Pour le reste du casting, c’est très délicat, car Paul Walker occupe 90% du film. Mais Naima McLean s’en sort très bien et est vraiment crédible. On sera un peu moins tolérant envers les deux flics de la fin de l’histoire qui sont bien moins intéressants et surjouent un peu trop.

20493528.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

T’aurais pu me dire que tu avais tes règles!

Au final, Run Out est un petit film sympathique, une de ces sorties en direct to video qui à défaut d’être majeures sont bien divertissantes et osent même quelques réalisations culottés. Produit et portée à bout de bras par Paul Walker, Run Out s’avère court, rapide, sans temps mort et avec un personnage principal attachant. Un bon petit film qui ne révolutionne pas le genre, mais qui a le mérite de pousser son concept jusqu’au bout sans jamais ennuyer.

Note: 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.